Différences entre les versions de « -ez (nom féminin) »

De Arbres
(Remplacement de texte — « ]] || » par « ]] || »)
m (Remplacement de texte — « ''Le Juch'', [[Hor Yezh (1983)| » par « ''Cornouaillais (Le Juch)'', [[Hor Yezh (1983)| »)
 
(11 versions intermédiaires par le même utilisateur non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
Le [[morphème]] ''-ez'' est la marque très productive du [[genre]] féminin des noms d'[[agent]].  
Le [[morphème]] ''-ez'' est la marque très productive du [[genre]] féminin des noms d'[[animé]].  




[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) donne ''kazh'''ez''''' 'chatte', ''kiger'''ez''''' 'bouchère'.
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) donne ''kazh'''ez''''' 'chatte', ''kiger'''ez''''' 'bouchère'.


[[Helias (1986)|Helias (1986]]:13) donne ''[[paotr]]'' 'garçon', ''paotr'''ez''''' 'fille'.
[[Helias (1986)|Helias (1986]]:13) donne ''[[paotr]]'' 'garçon' et ''paotr'''ez''''' 'fille'.




Ligne 15 : Ligne 15 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
|(1)||N'eus || bet biskoaz || sot'''ez''' || war an douar evel ma'z out-te! .
|(1)|| N'eus || bet || biskoaz || sot'''ez''' || war || an douar || evel || ma'z || out-te !  
|-
|-
||| [[ne]] [[E|y.a]] || [[bet|été]] [[biskoazh|jamais]] || sot.te || [[war|sur]] [[art|le]] [[douar|terre]] [[evel|comme que]]'[[R]] [[COP|es]]-[[écho|toi]]  
||| [[ne]] [[E|y.a]] || [[bet|été]] || [[biskoazh|jamais]] || [[sod|sott]].e || [[war|sur]] || [[art|le]] [[douar|terre]] || [[evel|comme]] || [[ma|que]]<sup>[[+C]]</sup> || [[R]] [[COP|es]]-[[écho|toi]]  
|-  
|-  
| ||colspan="10" | 'Il n'y a jamais eu sur la terre une sotte comme toi!'||||||||||''Trégorrois'', || [[Gros (1984)|Gros (1984]]:17)
|||colspan="15" | 'Il n'y a jamais eu sur la terre une sotte comme toi !'
|-
|||||||||colspan="15" | ''Trégorrois'', [[Gros (1984)|Gros (1984]]:17)
|}
|}


Ligne 39 : Ligne 41 :


{| class="prettytable"
{| class="prettytable"
| (2)|| Penemet ma'z oc'h-c'hwi || kañver'''iez''', ||Me am boa graet || deoc'h || ur garlantez.
|(2)|| Penemet || ma'z || oc'h-c'hwi || kañver'''iez''', || Me || am boa || graet || deoc'h || ur garlantez.
|-
|-
| || [[penemet|sinon]] [[ma|que]] [[COP|êtes]]-[[écho|vous]] || endeuillée || [[pfi|moi]] [[R]].1SG [[kaout|avait]] [[ober|fait]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|vous]] || [[art|un]] guirlande
||| [[penemet|sinon]] || [[ma|que]]<sup>[[+C]]</sup> || [[COP|êtes]]-[[écho|vous]] || [[kañv|deuill]].[[-er, -our|eus]].e || [[pfi|moi]] || [[R]].1SG [[kaout|avait]] || [[ober|fait]] || [[da|à]].[[pronom incorporé|vous]] || [[art|un]] [[garlantez|guirlande]]
|-
|-
| || colspan="10" | 'Sinon que vous êtes en deuil, je vous aurais fait une guirlande.'  
||| colspan="20" | 'Sinon que vous êtes en deuil, je me serais moqué de vous.'  
|-
|-  
| || colspan="10" | (la guirlande se moque d'un râteau reçu, d'un délaissement amoureux)
||||||||||||| colspan="20" | [[Luzel (1868)|Luzel (1868]]:258)
|-  
|-  
| |||||||| colspan="10" | [[Luzel (1868)|Luzel (1868]]:258), cité dans [[Menard (1995)|Menard (1995]]:172)   
||||||||||||| colspan="20" | cité dans [[Menard (1995)|Menard (1995]]:172)   
|}
|}


Ligne 55 : Ligne 57 :
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) note qu'il existe des noms féminins en ''-ez'' qui n'ont pas de contrepartie au masculin, comme ''heizez'', ''[[maouez]]'', ''amiegez'', ''maeronez'', ''damez'', ''seurez''.   
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) note qu'il existe des noms féminins en ''-ez'' qui n'ont pas de contrepartie au masculin, comme ''heizez'', ''[[maouez]]'', ''amiegez'', ''maeronez'', ''damez'', ''seurez''.   


[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) note que le suffixe ''-ez'' peut n'apparaître que dans la forme plurielle, comme dans ''[[c'hoar]]([[-ezed|ezed]])'' 'soeur(s)' et ''keniterv([[-ezed|ezed]])'' 'cousine(s)'.
[[Kervella (1947)|Kervella (1947]]:§828) note que le suffixe ''-ez'' peut n'apparaître que dans la forme plurielle, comme dans ''[[c'hoar]]([[-ezed|ezed]])'' 'sœur(s)' et ''keniterv([[-ezed|ezed]])'' 'cousine(s)'.
 


=== nombre ===
=== nombre ===
Ligne 65 : Ligne 68 :
|(3)|| Barzh || ti || ar seur'''ezed''' || ni || nie || ket || ken || restachou || ar re || all || da || verenn.
|(3)|| Barzh || ti || ar seur'''ezed''' || ni || nie || ket || ken || restachou || ar re || all || da || verenn.
|-  
|-  
||| [[e-barzh|dans]] || [[ti|maison]] || [[art|le]] sœur.F.[[-ed (PL.)|s]] || [[pfi|nous]] || [[kaout|aurait]] || [[ket|pas]] || [[ken|autre.chose]] || rest[[-achou|es]] || [[art|le]] [[hini|ceux]] || [[all|autre]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[merenn|repas]]
||| [[e-barzh|dans]] || [[ti|maison]] || [[art|le]] sœur.F.[[-ed (PL.)|s]] || [[pfi|nous]] || [[kaout|aurait]] || [[ket|pas]] || [[ken|autre.chose]] || rest.[[-achou|es]] || [[art|le]] [[hini|ceux]] || [[all|autre]] || [[da|pour]]<sup>[[1]]</sup> || [[merenn|repas]]
|-
|-
||| colspan="15" | 'Chez les sœurs, nous n'avions que les restes des autres à midi.'  
||| colspan="15" | 'Chez les sœurs, nous n'avions que les restes des autres à midi.'  
|-
|-
||||||| colspan="15" | ''Le Juch'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:17)
||||||| colspan="15" | ''Cornouaillais (Le Juch)'', [[Hor Yezh (1983)|Hor Yezh (1983]]:17)
|}
|}


Ligne 81 : Ligne 84 :
En ancien français, le suffixe ''-esse'' est le [[morphème]] du féminin qui a pris une position généraliste ([[Bonnard & Régnier (1989)|Bonnard & Régnier 1989]]:25). C'est initialement un suffixe emprunté au grec par le latin d'église.
En ancien français, le suffixe ''-esse'' est le [[morphème]] du féminin qui a pris une position généraliste ([[Bonnard & Régnier (1989)|Bonnard & Régnier 1989]]:25). C'est initialement un suffixe emprunté au grec par le latin d'église.


== A ne pas confondre ==
 
== À ne pas confondre ==


Il existe plusieurs suffixes qui prennent au moins une des formes en <font color=green>/es, ez, e/</font color=green>. Ils se trouvent sous les formes écrites ''[[-ez, -e(z), -ezh]]''.
Il existe plusieurs suffixes qui prennent au moins une des formes en <font color=green>/es, ez, e/</font color=green>. Ils se trouvent sous les formes écrites ''[[-ez, -e(z), -ezh]]''.

Version actuelle datée du 25 juin 2022 à 11:57

Le morphème -ez est la marque très productive du genre féminin des noms d'animé.


Kervella (1947:§828) donne kazhez 'chatte', kigerez 'bouchère'.

Helias (1986:13) donne paotr 'garçon' et paotrez 'fille'.


Morphologie

dérivation

Le suffixe -ez est exocentrique. Il peut créer un nom à partir d'un adjectif.


(1) N'eus bet biskoaz sotez war an douar evel ma'z out-te !
ne y.a été jamais sott.e sur le terre comme que+C R es-toi
'Il n'y a jamais eu sur la terre une sotte comme toi !'
Trégorrois, Gros (1984:17)


optionalité sur les noms féminins

Sur les noms féminins, à travers les dialectes, on trouve des variétés qui s'affranchissent du suffixe -ez. C'est le cas de maeron(ez) 'marraine' ou de itron(ez) 'madame'.


composition de finales

Un nom dérivé en -ez peut continuer sa dérivation morphologique, comme dans brasested 'grossesse' ou brasesañ 'engrosser' (Deshayes 2003:'bras').

Le suffixe -ez du féminin apparaît après les morphèmes marquant l'agent: -ad > adez; -er > erez; -oniour > oniourez; -our > ourez.


En (2), la dérivation est -er > -eriez.


(2) Penemet ma'z oc'h-c'hwi kañveriez, Me am boa graet deoc'h ur garlantez.
sinon que+C êtes-vous deuill.eus.e moi R.1SG avait fait à.vous un guirlande
'Sinon que vous êtes en deuil, je me serais moqué de vous.'
Luzel (1868:258)
cité dans Menard (1995:172)


irrégularités

Kervella (1947:§828) note qu'il existe des noms féminins en -ez qui n'ont pas de contrepartie au masculin, comme heizez, maouez, amiegez, maeronez, damez, seurez.

Kervella (1947:§828) note que le suffixe -ez peut n'apparaître que dans la forme plurielle, comme dans c'hoar(ezed) 'sœur(s)' et keniterv(ezed) 'cousine(s)'.


nombre

Les noms d'agent féminins en -ez prennent un pluriel en -ed, ce qui obtient la finale -ezed. On peut constater la prouctivité de cette dérivation dans la carte 294 de l'ALBB qui documente la variation dialectale de la traduction de Vierge (Marie), vierges et obtient massivement gwerc'hez, gwec'herezed.


(3) Barzh ti ar seurezed ni nie ket ken restachou ar re all da verenn.
dans maison le sœur.F.s nous aurait pas autre.chose rest.es le ceux autre pour1 repas
'Chez les sœurs, nous n'avions que les restes des autres à midi.'
Cornouaillais (Le Juch), Hor Yezh (1983:17)

Sémantique

Selon Favereau (1997:§168), le suffixe féminin -ez a parfois une "nuance péjorative", qu'il illustre par denez 'hommasse' et paotrez 'garçonne'. Dans ses exemples, l'effet péjoratif ne tient cependant pas à la sémantique du suffixe lui-même, mais à des représentations culturelles genrées. Il donne aussi pemoc'hez 'petite égoïste', mais la nuance péjorative provient plus plausiblement de la racine nominale pemoc'h 'cochon', que de la marque du féminin.


Diachronie et horizons comparatifs

En ancien français, le suffixe -esse est le morphème du féminin qui a pris une position généraliste (Bonnard & Régnier 1989:25). C'est initialement un suffixe emprunté au grec par le latin d'église.


À ne pas confondre

Il existe plusieurs suffixes qui prennent au moins une des formes en /es, ez, e/. Ils se trouvent sous les formes écrites -ez, -e(z), -ezh.