-en (N. coll.)

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher

Le suffixe -en marque certains noms collectifs comme merien 'fourmis' ou kelien 'mouches'.

Kervella (1947:§828) donne broen, tirien, kelen, et holen/halen.


Morphologie

singulier

Les noms collectifs en -en prennent le singulatif -enn pour obtenir une seule unité, obtenant une finale en -enenn; ur gelienenn 'une mouche'.


emprunt

Sur les noms d'emprunt, le suffixe -en est parfois concurrent avec le suffixe -ez qui leur est la plupart du temps attribué. Kervella (1947:§828) donne saladen(enn).


Diachronie et répartition dialectale

-on > -en, -an

La forme ancienne -on du suffixe est préservée en vannetais dans la forme kelion de kelien (cf. carte 371 de l'ALBB, des mouches, mouche).

En KLT, le suffixe collectif -en se trouve sous sa forme -an dans gwenan 'abeilles', alors que le vannetais a gardé son suffixe -en typique des noms collectifs (cf. carte 291 de l'ALBB, des abeilles, une abeille (m'a piqué)').


A propos des noms en -en qui viennent d'un ancien suffixe -on, comme gouelien, (Vannetais goulion), aluzen (Trégorrois aluzon), l'Académie bretonne (1922:150) recommande d'éviter la confusion avec les noms en -enn du singulatif.

A ne pas confondre

Il existe aussi un autre suffixe de nom collectif en -ien, ion, dérivé du pluriel -ien, -ion.

Certains nom squi finissent en -en ne sont pas des noms collectifs.

  • Ejen 'boeuf' est la forme du singulier, et non pas un nom collectif. Son pluriel est ejen-ed et il ne prend pas de singulatif (carte 180 de l'ALBB).
  • Planken 'planche', est la forme du singulier et non pas un nom collectif. C'est un nom masculin qui n'a donc rien à voir non plus avec le singulatif -enn.