Différences entre les versions de « -at (V.) »

De Arbres
m (Remplacement de texte — « |- |||||colspan="10" |'' » par « |- |||||colspan="10" | '' »)
m (Remplacement de texte — « A ne pas confondre » par « À ne pas confondre »)
Ligne 59 : Ligne 59 :
|}
|}


== A ne pas confondre ==
== À ne pas confondre ==


Il existe deux autres [[suffixes]] ''[[-at]]'', et un suffixe ''[[-ad]]'' qui est susceptible d'être [[dévoisé]] en fin de mot.
Il existe deux autres [[suffixes]] ''[[-at]]'', et un suffixe ''[[-ad]]'' qui est susceptible d'être [[dévoisé]] en fin de mot.

Version du 23 mai 2022 à 10:31

Le morphème -at est un suffixe verbal de l'infinitif. Il apparaît suffixé sur des noms. C'est un verbe léger qui signifie FAIRE.


  • labour 'travail' + 'faire' = labourat 'travailler'
  • marvailh 'conte' + 'faire' = marvailhat 'discuter, bavarder'
  • diaoul 'diable' + 'faire' = diaoulat 'faire le diable, faire son petit diable'.


(1) Dre forzh labourat, e tay da benn.
par force travailler R4 viendra à1 tête
'À force de travailler, il réussira.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:65)


Morphologie

composition

Ce suffixe verbal de l'infinitif se trouve dans les finales en -ikat et en -aat.

productivité

En (2), le verbe léger semble sélectionner un idéophone (signalé par l'harmonie vocalique).


(2) Ema o turlutad aze gand eur goz souflez
est à4 bricoler avec un 1vieille soufflet
'Il est là en train de s'amuser avec un vieux soufflet.'
Trégorrois, Gros (1984:484)

Sémantique

Le sens 'FAIRE' du verbe léger -at est clair dans de nombreuses dérivations, comme sur lamm 'saut' avec lammat 'sauter, faire un saut'.

Il y a quelques cas moins clairs, avec probablement une variation dialectale. À Cléguérec en vannetais pré-moderne, au moment de la collecte de l'ALBB, Thibault (1914:433-4) donne fenechtat 'aller sous la fenêtre d'une fille lui conter fleurette'. Le sens FAIRE n'est pas adéquat dans cette dérivation (*FAIRE des fenêtres). Il a aussi gweskônyat sur le français gascon 'dire des choses inintelligibles' (FAIRE (comme/du) gascon ?).


Diachronie

(3) É tañ a gowessat.
R4 viens de1 confesser
'Je viens de me confesser.'
Vannetais, Le Bayon (1878)

À ne pas confondre

Il existe deux autres suffixes -at, et un suffixe -ad qui est susceptible d'être dévoisé en fin de mot.