-ach, -aj

De Arbres
Révision datée du 26 février 2014 à 10:22 par Mjouitteau (discussion | contributions) (Diachronie)
Aller à : navigation, rechercher

Le suffixe -ach, ou -aj, est un morphème nominalisant. C'est un emprunt d'origine romane.


Kervella (1947:§840) donne sklavach, bugaleach, skolach, luc'hach, koadach, moc'hach, evach, livach, liñvach, mogach.

Trépos (2001:75) donne meskaj, 'mélange'; evaj, 'boisson'.


Morphologie

genre

Les noms dérivés en -ach, -aj sont masculins (Kervella 1947:§840) .

nombre

Les noms dérivés en -ach, -aj ont un pluriel en -où (Kervella 1947:§840) .


Kervella (1947:§840) note que certains noms ne sont pas employés au singulier. Il cite diankachoù, pellachoù, lostennachoù, malachoù, stokachoù, bruzhunachoù, kouezhachoù, dislonkachoù

Le nom traoùachoù pourrait être considéré comme un double pluriel, mais la finale en -achoù est toujours associée avec une lecture péjorative, et le singulier * traoùach n'existe pas (Kervella 1947:§840).

exocentricité

Le morphème -ach, -aj est exocentrique; il obtient un nom quelle que soit la catégorie de sa base.


Sur une base adjectivale, -ach, -aj obtient un nom.

(1) dister, 'insignifiant' => disterach, 'babiole, chose futile', Merser (2009)


Il se trouve aussi directement sur un nom.


(2) Glavaj a ra arre.
pluie.sfx R fait encore
'Il mouille encore.' Vannetais, Herrieu (1994:96)


Diachronie

Le suffixe -ach, -aj est un emprunt au suffixe français -age, qui a le même impact dépréciatif (Deshayes 2003:39).

Sémantique

Selon Kervella (1947:§840), le suffixe -ach, -aj dénote un état ou un regroupement. Il note qu'il est "souvent" attaché à une lecture péjorative.


Gros (1970b:§'avelaj') traduit avelaj par 'grand vent'.


(3) Pa veze bet avelaj evel-se e miz Here ez een d'ar haojoù da geuneuta.
quand était eu vent.sfx comme-ça en mois octobre R allais à'le5 bois à1 petit.bois.ramasser
'Quand il y avait eu de grands coups de vent comme cela en Octobre,
j'allais dans les bois ramasser du bois mort.' Gros (1970b:§'avelaj')


(4) E taoler houarnaj ken nend eo ur spont.
R jette.IMP fer tant ne est un honte
'On jette du fer que c'en est effrayant.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:14)