Évidentialité : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : navigation, rechercher
m (Préposition 'da')
m (Variation dialectale)
Ligne 122 : Ligne 122 :
 
|}
 
|}
  
== Variation dialectale ==
+
== variation dialectale ==
  
  

Version du 6 mai 2013 à 16:12

Les marqueurs d' évidentialité sont les marques grammaticales dont le locuteur peut se servir pour qualifier son information ou sa source.

Sont des évidentiels tous les éléments de la grammaire qui ont cette fonction, quelle que soit leur catégorie syntaxique.


Les prépositions

préposition 'eme'

La préposition eme apparaît en incises et introduit à la parole rapportée.


(1) Echu eo, eme Ber.
fini est dit Pierre
'C'est fini, dit Pierre.' Standard, Kervella (1995:§130)


(2) Ar c'hezeg, emezañ, n'o devije ket kroget, ma ne vijes ket bet aze.
le chevaux dit.il ne 3PL avait pas commencé si ne serais pas été
'Les chevaux, dit-il, n'auraient pas démarré si tu n'avais été présent.' J. Riou, cité par Kervella (1995:§704)

préposition 'evit'

La préposition evit peut servir à introduire le point de vue ou la source d'une information.


(3) Ar Vretoned evito ? Tud diwar-lerh, plouked, pennou kaled.
le bretons pour.eux gens de-suite ploucs têtes dure
'Les Bretons pour eux ? Des arriérés, des ploucs, des entêtés.'
Léon (Roscoff), Breur du, Naïg Rozmor

préposition 'gant'

(4) Me 'zo o c'hober 'r c'hi gant hennezh.
moi est à faire le chien avec celui.ci
'Il me prend pour un chien.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:V)

préposition 'hervez'

La préposition hervez introduit le point de vue et la source d'une information. Cette source est spécifiée comme vague par la préposition complexe a-hervez.


(1) A-hervez e oa droug ken e oa
P.selon R était méchant autant R était
'Il paraît qu'il était terriblement méchant' Trégorrois, Gros (1984:50)


(2) Me a oa eet fesonet-fall, a-hervez.
moi R était allé pâle P.selon
'J'étais devenu pâle, paraît-il.' Trégorrois, Gros (1984:316)

préposition 'da'

La préposition da peut servir à introduire la source d'une information.


(4) Damen! me n'am-eus ezomm sort ebed d' ar re all.
dame! moi ne R.1SG a besoin sorte aucun à le ceux autre
'Mais! Moi je n'ai besoin de rien, de l'avis des autres.' Trégorrois, Gros (1970:157)


(5) Ankounac'heet am-eus piou a oa Soaz dezo.
oublié R.1SG-a qui R était Soaz à.eux
'J'ai oublié qui était Soaz dans leur imagination.' Trégorrois, Gros (1970:157)


infinitives introduites par 'da'

Stephens (1990) remarque que certaines infinitives introduites par da ne peuvent pas être disloquées à droite. Il s'agit probablement là d'une propriété des évidentielles.


(6) (Da Yann da welout) e oa ar baotred aze (*da Yann da welout)
pour Yann de voir R était le hommes Trégorrois, Stephens (1990:161-2)
'Aussi loin que Yann pouvait voir, les hommes étaient là.'


(7) (Din da c'houzout) ez eo evel 'zo dleet (*din da c'houzout)
pour.moi de savoir R est comme est Trégorrois, Stephens (1990:162)
'C'est correct, autant que je sache.'

variation dialectale

'da-laras'

A l'Ouest du Trégor, l'évidentiel gouez da n'est pas connu (Gros 1970:162). C'est la préposition complexe da-laras qui est employée dans les mêmes environnements.


(x) Ne oa ket deut e gig gantañ toud, da laras-añ!
ne était pas venu son viande avec.lui tout à dit.lui
'Il n'avait pas ramené toute sa chair (il y avait laissé des plumes), comme il disait.'
Trégorrois, Gros (1984:39)

Les adverbes

Les adverbes évidentiels sont des adverbes de proposition, comme marteze, 'peut-être', ou moarvat, 'sans doute', a-berzh-vat, 'de source sure', meus aon, 'je crois, selon moi'.


(1) 'M-eus aon ez eer da vale?!
je.crois R va.IMP à marcher
'Je crois qu'on va se promener (que vous allez vous promener).'
Trégorrois, Gros (1984:159)


Les adverbes évidentiels, comme marteze, 'peut-être', peuvent apparaître au dessus de la négation, provoquant des ordres V3.


(2) Marteze ivez n'he doa ket klasket Matriona kalz war o lerc'h.
peut-être aussi ne 3SGF avait pas cherché Matriona beaucoup sur leur suite
'Peut-être aussi que Matriona n'avait pas beaucoup cherché à les trouver.'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, Ar Barzhig (1976:34)

Horizons comparatifs

Les particules évidentielles sont très répandues à travers les langues.

En Yup'ik en (1), si la particule -gguq n'était pas présente, l'implication obligatoire serait que le locuteur a eu une expérience directe du village décrit.


(1) Tua-llu-gguq nunaa-t uku-t uita-lri-it.
alors-et-évidentiel village-ABS démonstratif-ABS être-passé-3
'Et alors, selon eux/ils disent, il y avait ce village.' Yup'ik, Reed & al. (1977)


Une autre possibilité en Yup'ik est l'insertion d'une particule inférentielle (war a seblant, 'apparemment') comme en (2), qui marque que l'énoncé résulte d'une inférence: le locuteur devine que quelqu'un est parti, mais il n'en a pas d'expérience directe, et personne ne lui en a parlé.


(2) Ak'a-ggem ayag-llru-uq
déjà-inférentiel partir-passé-3
'Apparemment, il est déjà parti.' Yup'ik, Reed & al. (1977)

Bibliographie

  • Gros, Jules 1970. TBP.I Le trésor du breton parlé I. Le langage figuré, chapitre II.
  • Reed, Irene, Osahito Miyaoka, Steven Jacobson, Paschal Afcan, and Mickael Krauss. 1977. Yup'ik Eskimo Grammar, Fairbanks: Alaska Native Language Center and Yup'ik Language Workshop, University of Alaska.