War-hed : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
La [[préposition]] complexe ''war-hed'' signifie chez le trégorrois Jules Gros, 'à la distance de', 'à portée de'.
+
La [[préposition]] complexe ''war-hed'' signifie chez le trégorrois Jules Gros 'à la distance de, à portée de'.
  
  
Ligne 13 : Ligne 13 :
  
  
Ce complexe est à distinguer de ''war''-/possesseur/-''hed'' qui signifie 'entièrement', 'de bout en bout', c'est-à-dire littéraement 'de son long'.
+
== Morphologie ==
 +
 
 +
=== répartition dialectale ===
 +
 
 +
En trégorrois de Perros-Guirrec, on trouve la préposition synonyme concurrente ''war-vete'' ([[Konan (1954)|Konan 1954]]).
 +
 
 +
 
 +
== A ne pas confondre ==
 +
 
 +
Ce complexe est à distinguer de ''war''-/[[possesseur]]/-''hed'' qui signifie 'entièrement, de bout en bout', c'est-à-dire littéraement 'de son long'.
  
  
Ligne 25 : Ligne 34 :
 
| |||||| colspan="4" |''Standard'', [[Ar Barzhig (1988)|Ar Barzhig (1988]]:132), cité dans [[Ledunois (2002)|Ledunois (2002]]:320)
 
| |||||| colspan="4" |''Standard'', [[Ar Barzhig (1988)|Ar Barzhig (1988]]:132), cité dans [[Ledunois (2002)|Ledunois (2002]]:320)
 
|}
 
|}
 +
  
 
== Bibliographie ==
 
== Bibliographie ==

Version du 13 juillet 2019 à 19:45

La préposition complexe war-hed signifie chez le trégorrois Jules Gros 'à la distance de, à portée de'.


(1) Chomit aze war-hed tôl bete-gouzoud e vefe ezomm diouzoh.
restez ici sur-long coup de.crainte R serait besoin de.vous
'Restez là à une distance d'un jet de pierre, de crainte qu'on ait besoin de vous.'
Trégorrois, Gros (1966:235)


Morphologie

répartition dialectale

En trégorrois de Perros-Guirrec, on trouve la préposition synonyme concurrente war-vete (Konan 1954).


A ne pas confondre

Ce complexe est à distinguer de war-/possesseur/-hed qui signifie 'entièrement, de bout en bout', c'est-à-dire littéraement 'de son long'.


(2) Aet al lost hag an divesker war o hed en dour.
allé le queue et le deux.jambes sur1 leur2 long dans.le eau
'La queue et les pattes arrières avaient disparu dans l'eau.'
Standard, Ar Barzhig (1988:132), cité dans Ledunois (2002:320)


Bibliographie

  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 320)