Verbe réfléchi

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Un verbe réfléchi se conjugue avec un pronom réfléchi ou réciproque.

C'est prototypiquement un verbe transitif dont l'argument sujet co-réfère, au moins partiellement, avec son argument objet.

Un verbe réfléchi peut n'avoir pas d'équivalent non-réfléchi. En (1), en breton comme dans le français s'y prendre, il n'existe pas de version non-réfléchie du verbe qui aie le même sens. C'est une forme verbale dite pronominale.


(1) Droug a oa ennañ outañ e-unan, rak en em gemeret en doa evel ur genaoueg…
méchanceté R y.avait en.lui à.lui son-un car se pris R.3SGM avait comme un idiot
'Il s’en voulait à lui-même car il s’y était pris comme un idiot…' Standard, Drezen (1990:73)


sélection de l'auxiliaire

Contrairement aux verbes réflexivés en français, les verbes réflexivés en breton peuvent être sélectionnés par l'auxiliaire kaout, 'avoir' (cf. la fiche sur la sélection de l'auxiliaire).


(2) Ar vandenn a-bez he deus en em serret en eun torkad.
le bande en.entier 3SGF a se1 rangé dans un troupeau
'Tout le troupeau s'est rassemblé.' (*... s'a rassemblé) Trégorrois standardisé, Le Bozec (1933:82)

Terminologie

La voix réfléchie est appelée, en breton:

- emod (G. Pennaod, SADED 2010)
- emober (Favereau 1993)


Bibliographie

Hemon, R. 1954. 'Le verbe réfléchi en breton', Zeitschrift für Celtische philology, L. XXIV: 248-263.