Unan

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Unan est un cardinal qui est grammaticalisé en pronom indéfini anaphorique. Son pluriel est alors re.


(1) Amañ a zo bet unan bennag war an nor.
ici R y.a été un quelconque sur1 le porte
'Ici, il y a eu quelqu'un qui a cherché à ouvrir la porte.'
Trégorrois, (Gros 1984:216).


(2) Bout a zo re hag a achap.
explétif R y.a quelques.uns que R1 échappe
'Il y en a qui s'échappent.' Vannetais, Herrieu (1994:14)


Unan apparaît aussi en tant que pronom impersonnel existentiel. Avec un possessif, unan forme un réfléchi ou signifie 'seul'. C'est aussi une particule de discours.


Morphologie générale de unan

Le cardinal 1 est réalisé comme un lorsqu'il est suivi d'un nom (un aval, une pomme').

Lorsqu'il n'est pas suivi d'un nom, le cardinal est réalisé en standard comme unan comme si sa finale /-ɑ̃n/, homophone en synchronie de l'article défini an, servait la fonction nominale. Cette forme est parfois abrégée, selon les dialectes. Pour Fave (1998:134), une forme un/eun abrégée de unan est caractéristique du cornouaillais. On trouve cependant cette forme partout dans l'aire centrale (voir la carte 113 de l'ALBB).

Pronom anaphorique

morphologie

genre

Le pronom anaphorique unan porte un trait abstrait de genre. Un adjectif après unan révèle son trait abstrait de genre en déclenchant une mutation douce (la lénition) s'il est féminin.


(5) Me m'bo unan vraz.
moi 1SG aurai un 1grand
'J'en aurai une grande.', 'Je prendrai une grande.' Trégorrois, (Gros 1984:215).


nombre: unan / re

Le pluriel de unan est re.


(1) Bout a zo re ivez n'int ket ag ar vro.
explétif R1 y.a ceux aussi ne sont pas de le 1pays
'Il y en a aussi qui ne sont pas du pays.' Vannetais, Herrieu (1994:§13)


(2) Hed-ha-hed get al linenn, hep dehan, [...] bernoù re lazhet.
long-et-long avec le ligne sans arrêt tas.PL N.humain tué
'Tout le long du front, sans arrêt, des tas de cadavres (litt. de ceux tués).' Vannetais, Herrieu (1994:24)


(3) Pelloc'h e kavomp c'hoazh re lazhet.[...] Nag a re lazhet!

'Plus loin, on trouve encore des morts [...] que de morts!', Vannetais, Herrieu (1994:25)


Re, comme unan, peut être la tête d'un prédicat.


composés

Trépos (2001:§317) note les formes:

unanennou: 'quelques uns en particulier' (pluriel du singulatif de unan)
kwitibunan: 'tous sans exception' (sur l'étymologie 'kuit hep unan', selon Favereau 1993:§ 'gwitibunan')


Unan peut prendre un diminutif, qui n'a pas forcément portée sur lui. En (1), le diminutif a portée sur un élément temporel de la phrase.


(1) Unanig bennag a deu eur wech an amzer.
un.DIM quelconque R1 vient un 1fois le temps
'Un petit quelqu'un (quelques rares personnes) vient de temps en temps.' Trégorrois, Gros (1984:174)
* 'quelqu'un de petit en taille', * 'quelqu'un que j'aime bien'


Unan peut être redupliqué autour de la coordination ha pour donner l'adverbe complexe 'un à un'.


(1) Distilhañ a rae e c’herioù, unan-hag-unan
articuler R faisait son1 mots un-et-un
'Il articulait ses mots un à un.' Standard, Drezen (1990:69)


syntaxe

pep unan, estroc'h evit unan

Unan peut être précédé de pep, 'chaque'. Il signifie alors 'chacun' (littéralement /chaque un/).


(1) Hag en ur zegouezh ema ex lec'h da bep unanx da gempenn.
et en1 arriver est son1 lieu à1 chaque un de nettoyer
'Et en arrivant, chacun doit nettoyer sa (propre) place.' Vannetais, Herrieu (1994:100)


(2) Pep unan1 em gempenn...
chaque un se1 nettoyer
'Chacun se fait beau...' Vannetais, Herrieu (1994:79)


(3) [ɛʃtroh awɛ inõ]
estroc'h -evit unan
autre.que que un
'plus d'un' Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:36)


ellipse en tête de relative

Unan peut être élidé.


(1) Setu aze hag a ra ardou.
voici un que R1 fait manières
'En voilà un qui en fait des manières.' Merser (2011:9)


unan vs. un

La distribution respective de unan et de un n'est pas claire.


(1) Ma teue eun aneval da vankoud e ranked hebdale prena eun all.
si4 venait un animal à1 manquer R4 devait sans.retard acheter un autre
'Si un animal venait à manquer, on devait en acheter un autre sans retard.' Plouzane, Briant-Cadiou(1998:7)


structure informationnelle

Unan peut opérer une reprise anaphorique.


Léon (Cléder), Seite (1985:33)
(1) Ma veze savet moh ganeom, eo evid gelloud laza unan d'an nebeuta, eur wech ar bloaz.
si4 était élevé cochons avec.nous est pour pouvoir tuer un pour1 le peu.le.plus un 1fois le an
'Si nous élevions des cochons, c'était pour pouvoir en tuer un, au moins, une fois l'an.'


Unan peut aussi porter un focus présentationnel.


(2) [ Setu unan, ] ar gwad é tiver a-zoc'htoñ.
voici un le sang à4 couler de.lui
'En voici un qui saigne.' Vannetais, Herrieu (1994:92)

Adverbe 'seul, solitaire'

Précédé d'un article ou d'un possessif, unan forme un composé adverbial signifiant 'seul', 'de façon solitaire'. Cette structure glisse parfois sur un sens réfléchi.


(1) É oen é choñjal get-n-eign me unañ.
R4 étais à4 penser avec-1SG mon2 un
'Je songeais en moi-même.' Vannetais, Le Bayon (1878)


morphologie

En breton standard, la forme du numéral cardinal 'un' et la forme signifiant 'seul' sont morphologiquement identiques. Ce n'est cependant pas le cas dans tous les dialectes.


(1) Deit ounn me chunon.
venu suis mon un
'Je suis venu tout seul.' Meslan, Haute-cornouaille, Martin (1929:181)


Ternes (1970:219) donne pour Groix la forme débutant par une consonne / kunãn, čunãn / . Cette consonne initiale est sujette aux mutations consonantiques.


(4) /jãzo n-igynãn / vs. /xizo n-ixynãn /
lui.est dans-son1.un elle.est dans-son2.un
'Il/elle est tout.e seul.e Groix, Ternes (1970:220)


On trouve aussi des formes avec une initiale en -h: karantez an-(h)unan ('amour de soi-même' Favereau 1993:§'soi').

antécédent personnel

Le pronom possessif est co-référent avec le sujet de la phrase. Avec un antécédent personnel, le composé adverbial commence par un possessif coréférent suivi de unan qui peut être morphologiquement dérivé (pluriel, diminutif).


(2) Matriona gaezh a yae war goshaat ivez hec'h unanik.
Matriona1 chère R allait sur1 vieillir aussi son1,+C un.DIM
'Matriona vieillissait aussi seule.
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:50)


(3) Eno e oan ma-unanig-penn.
y R4 étais mon2.un-DIM-tête
'J'étais là absolument tout seul.' Trégorrois, Gros (1984:175)


Ce composé peut être invariable, mais il n'est pas rare de trouver des formes de pluriel à travers les dialectes.


(4) Emaint diouig eno o-unanou.
sont 2.petite y leur2.un-PL
'Elles sont deux pauvres filles là-bas toutes seules.' Trégorrois, Gros (1984:175)


(5) /jãzo n-igynãn / vs. /nizo n-urxynãnew /
lui.est dans-son1.un nous.est dans-notre2.un.s
'Il est tout seul, nous sommes tous seuls Groix, Ternes (1970:220)


voir aussi Ternes (1970:220) pour d'autres exemples similaires à Groix.

antécédent impersonnel ou arbitraire: an unan

Cette structure peut signifier 'tout seul', 'soi-même'. Elle apparaît avec un antécédent impersonnel.


accord verbal impersonnel

Lorsque l'antécédent est un impersonnel réalisé par l'accord verbal, le composé commence par un article défini.


(1) Amañ ez eer an-unan.
ici R4 va.IMP le-un
'Ici on marche seul (l'enfant d'ici marche seul).', Trégorrois, Gros (1984:186)


(2) d'ar poent-ze e ranked ober ar bara an unan.
à1'le temps-ci R4 devait.IMP faire le pain le un
'En ce temps là il fallait faire son pain soi-même.' Ouessant, Gouedig (1982)


(3) Ne weler1 ket ar sioù an-unan1. (= Ne wel ket pep hini1 e1 sioù e-unan1.)
ne voit.IMP pas le défaut le-un
'On ne voit pas ses propres défauts.' Menard & Kadored (2001:§ 'an-unan')

PRO arbitraire

En (4), le sujet de la phrase est une proposition infinitive dont le sujet n'est pas prononcé et est interprété comme arbitraire. Ce pronom silencieux (PRO) réfère à la personne qui fait l'action elle-même.


(4) Gwelloh eo __ ober ar homisionou an-unan.
mieux est [ PROARB faire le5 commissions le-un ]
'Il vaut mieux faire les commissions soi-même.', Trégorrois, Gros (1984:187)

unan a unan, 'un à un'

(3) Ar per zo aet darev unan a unan.
le poires est allé mûr un à1 un
'Les poires ont mûri les unes après les autres.' M. Lincoln (05/2014)

Le réfléchi

Cette même structure signifiant 'tout seul', 'moi-même', est aussi la structure réalisant un réfléchi, 'mon propre X'...

Combiné avec un déterminant possessif, unan obtient un pronom réfléchi.


(1) [...] Ne oant nemed devezourien, 'n-oa c'hoantet en em lakaad war o hont o-unan...
... ne étaient seulement journal.iers 'avait envié se1 mettre sur leur2 compte leur2-un
'C'était seulement des journaliers qui avaient voulu se mettre à leur propre compte...'
Uhelgoat, Skragn (2002:9)

Pronom impersonnel unan

Les adjectifs numéraux cardinaux, lorsque non suivis d'un nom, réfèrent par défaut au nombre correspondant des personnes humaines (Gros 1984:182). Unan réalise donc très logiquement un impersonnel, portant sémantiquement le trait [+humain].


(1) Laret 'rafe unan eman ar gaouenn o kaozeal dezhi.
dire R ferait un est le 1chouette à4 parler à.elle
‘On dirait que la chouette lui parle.’ Comes (1981:25)


(2) /'baw vɛ 'ɛ :n ti a re 'al/
Bao e vez unan e ti ar re all.
maladroit R4 est un (dans) maison le ceux autre
'On est maladroit chez les autres.' Plozévet, Goyat (2012:242)


voir (Gros 1984:216-7) pour d'autres exemples.


Minimiseur un unan

On trouve la forme un unan, littéralement /un un/, sous la portée de la négation. Comme dans l'expression française 'Il n'y a pas un chat (pas même un seul, pas le moindre)', la négation du minimiseur (unan) permet d'obtenir la lecture 'pas même un, pas le moindre'.


(1) Mat, Per, n'o doa ket frigaset un unan zoken.
bien Per ne'3PL avait pas écrasé un un même
'Bien, Per, ils n'en avaient pas écrasé la moindre (pas même une motte). ' Léon, Abeozen (1986:59)


(2) ...ne oa ket chomet un unan d'he gortoz...
ne était pas resté un un à'la attendre
... pas un n'était resté à l'attendre. ' Léon, Abeozen (1986:38)


Adverbe a-unan

(1) He mamm-gaer ha hi na oant ket a-unan.
son mère-1belle et elle ne1 étaient pas a-un
'Sa belle-mère et elle n'étaient pas d'accord.' Trégorrois, Gros (1984:188)


Particule de discours unan

(2) Hennez a zo eur forban, unan!
celui-là R1 est un forban un
'C'est un bandit, un vrai!' Trégorrois, Gros (1984:489)


Terminologie

Kervella (1947:§438) utilise le terme de raganv niveriñ pour unan (en opposition au cardinal un, ul, ur, anv-gwan pegementiñ).