Tutoiement et vouvoiement

De Arbres
(Redirigé depuis Tutoiement)
Aller à : Navigation, rechercher

Il existe une grande variation dialectale dans les usages des pronoms d'adresse.


(1) Hui 'ra tammou dudoñ.
vous R fait morceaux de.lui
'Tu en fais des morceaux.' Scaër, Cheveau & Kersulec (2012-évolutif:Scaër,'dioutañ')


Dans les dialectes qui ont un contraste singulier/pluriel, les usages de tutoiement et de vouvoiement en breton montrent des décalages nets avec les usages de la langue en contact, le français. Les cartes de l'ALBB sont parlantes: lorsqu'il a été demandé à des brittophones de traduire des formes françaises de tutoiement 2SG, les réponses de 2PL affluent (voir, par exemple, la carte 502, 'attaché à toi/vous', et carte 107, 'à toi, à vous'). Cependant, il ne s'agit à proprement parler de phénomène de vouvoiement que dans les dialectes où l'adresse au singulier existe en contraste. Certains dialectes n'ont en effet qu'un seul nombre pour la personne 2, qui emprunte la morphologie 2PL. Dans d'autres, les deux paradigmes peuvent co-exister (2).


(2) Lak’ ‘neoñ beke ‘moc’h sell’ !
mets P.lui puisque êtes (à) regarder
'Mets-la [ceinture de sécurité], puisque tu es en train de regarder!' Loqueffret, Solliec (2015)


Dialectes où le vouvoiement est genré

Dans tous les dialectes où le contraste morphologique singulier/pluriel existe, il est possible de s'adresser à une seule personne en utilisant la forme plurielle. Comme en français pour vous ou votre, l'usage du pronom pluriel est attaché à un usage formel alors que l'usage singulier est attaché à un usage familier.

Cependant, cette règle d'usage croise une règle genrée: l'adresse peut être différente selon qu'on s'adresse à une femme ou un homme. Hemon (2000:§51,n1) considère d'ailleurs que le vouvoiement est genré dans tous ces dialectes où il existe: les hommes se parlent au singulier entre eux et s'adressent aux femmes avec des formes plurielles.

Les auteurs rapportant une asymétrie genrée n'évoquent pas ce qui se passe lorsque deux femmes parlent entre elles (Hemon 2000:§51,n1, Bouzeg 1986:31, Wmffre 1998:25).


breton central

Selon Wmffre (1998:25), le tutoiement en breton central est utilisé dans les rapports familiers entre hommes, mais pas lorsque ceux-ci s'adressent à une femme. Il n'est pas précisé comment les femmes s'adressent à d'autres femmes.

Haute-Cornouaille maritime

La règle d'adresse est aussi genrée à Riec, en Haute-Cornouaille maritime, où la forme au singulier existe en contraste.

 Bouzeg (1986:31):
 "Le pronom personnel te est utilisé dans la frange côtière de la région (Tregon, Nizon, Pont-Aven, Rieg, Moelan, Nevez, Kloar). Réservé aux proches en général, il est soumis à une règle dans la commune de Riec: le te s'adresse aux garçons et aux hommes des quartiers maritimes, le vouvoiement étant de rigueur envers les filles et les femmes."

Puisque l'auteur est elle-même une femme, il est probable que cette règle s'applique aux locuteurs de tous sexes (c'est-à-dire formes plurielles enre femmes et formes singulières entre hommes).

Dialectes où l'adresse au singulier a disparu

Dans ces dialectes, l'équivalent du vouvoiement est impossible à réaliser car le paradigme en fournit pas de contraste possible.


Basse-Cornouaille

Il semble qu'à Plozévet, le nombre ait entièrement disparu des pronoms (pronoms incorporés, pronoms forts indépendants, déterminants possessifs). Des formes anciennement opposées en nombre peuvent maintenant co-référer.


(2) /'ɡɥɛz pez a 'ɡa:roh /
Grez ar pez a garoh.
fais le que R1 aimez
'Fais ce que tu voudras.', ou bien
'Faites ce que vous voudrez.' Plozévet, Goyat (2012:306)


Trépos note que dans la partie de Cornouaille qui a perdu la distinction entre tutoiement et vouvoiement, le pronom écho apparaît avec une combinaison de singulier et de pluriel.


(1) ho puoc'h -t -hu
votre vache ('te' = 2SG) 2PL Cornouaillais, (Trépos 1980:94)


Goyat ne relève à Plozévet effectivement cette forme qu'en pronom écho.


 Goyat (2012:244-5):
 "Le pronom personnel te n’est pas en usage à Plozévet. [...] aucune forme de la deuxième personne du singulier appartenant au  groupe nominal, à l’exception de l’enclitique /tu/ -t-hu [...] n’est usitée.
 
 Ce pronom personnel /tu/ -t-hu (2ème personne neutre) appelle une explication : le premier composant, /-t-/, provient vraisemblablement du pronom personnel indépendant de la deuxième personne du singulier te et le second, /u/, du pronom indépendant de la deuxième personne du pluriel c’hwi. Il réunit donc des marques des deuxièmes personnes du singulier et du pluriel dans le même morphème. [...] Pour notre part, nous ne l’avons entendue employée qu’à Plozévet. Elle ne s’utilise que de manière suffixale, ou enclitique, comme pronom dépendant, pour renforcer la personne.
 Exemples :
 . /'pe:a ˌres tu/ petra a rez-t-hu?, 'que fais-tu / que faites-vous' ?
 . /nu 'ti tu/, en ho ti-t-hu, 'chez toi / chez vous'"


Wmffre (1998:25) situe la ligne dialectale entre le sud de Plounévézel, où le tutoiement a disparu, et Poullaouen, à 10km au Nord-Ouest, où le tutoiement est répandu.


Haute-cornouaille intérieure

Naoned (1952:61) note que de c'hwi et te, seule la forme c'hui du pluriel est connue à Scaër/Guiscriff.

Le passage cité de Bouzeg (1986:31) semble aussi confirmer, par un effet de contraste avec la Haute-cornouaille maritime, que le tutoiement est absent des communes de l'intérieur de la Haute-cornouaille: Sant Turian, Banaleg, An Treou, Lokunole, Gellegouarc'h et Tremeven.

vannetais

Il se pourrait que la perte des formes au singulier soient plus étendues que ce qui est signalé dans l'ALBB. Hemon (2000:§51,n1) considère que la forme d'adresse au singulier est perdue dans l'aire Ouest du vannetais, ce qui correspond aux notes de Cheveau (2011:30) et au corpus de Ar Borgn (2011).


Lorient

 Cheveau (2011:30):
 "La première chose qui surprend est la présence de nombreuses formes de tutoiement dans l'ALBB pour Ploemeur. En effet, sur le terrain on s'aperçoit vite que dans la zone bas-vannetaise (à l'exception de l'île de Groix), les locuteurs n'utilisent jamais le tutoiement, ni spontanément, ni quand on leur demande de traduire de petites phrases en breton, et ne reconnaissent pas les formes de tutoiement quand on les utilise devant eux.
 [...]
 Dans mon corpus, je n'ai relevé aucune forme de tutoiement à Ploemeur (ni d'ailleurs dans les autres communes étudiées dans ma thèse: Guidel, Caudan et Quéven). [...] Pourtant, mes informateurs étaient enfants à l'époque où les enquêtes de l'ALBB ont été faites (1911) ou sont nés quelques années après, et devraient donc au moins se souvenir de ces formes s'ils les avaient entendues dans leur commune."

Val de Scorff

En val de Scorff, Ar Borgn collecte des formes plurielles en niveau de langue très familier.


(1) Kouchet mat oc'h.
coïncidé bien es.2PL
'Tu tombes pile-poil.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:25)


(2) Don 'peus lakaet ho piz en hoc'h lagad.
profond avez mis votre3 doigt dans votre3 oeil
'Tu t'es mis profond le doigt dans l’œil.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:36)

Perte du vouvoiement?

Léon

En Léon pour Plougerneau, M-L. B. (04/2016) précise que des enfants de sa génération ont eu vouvoyé leurs parents, mais que ce n'était pas son propre cas. Elle montre par ailleurs un paradigme de vouvoiement incomplet sur les verbes.


Horizons comparatifs

En ancien français au XII°, on trouve des exemples de tutoiements/vouvoiements instables. D'un domaine propositionnel à l'autre, le locuteur peut passer du tutoiement au vouvoiement.


(1) Pren la corone, si seras coronez; O se ce non, filz, laissiez la ester : Je vos defent que vos n'i adesez.

'Prends la couronne, tu seras couronné. Sinon, fils, laisse-là: je te défends d'y toucher. '
Le couronnement de Louis, pdf

Bibliographie

  • Le Goff, P. 1927. 'Du tutoiement en breton de Vannes', Les annales de Bretagne 37 bis, 198-203.
  • Goyat, Gilles. 2004. 'La deuxième personne dans le parler breton de Plozévet', Dialectologie et Géolinguistique, La Bretagne Linguistique 13, 129-138.
  • Le Monze, S. 1998. 'Tutoiement, vouvoiement et autres formes d’adresse en français de Bretagne', La Bretagne Linguistique 11, CRBC.