Trugarez : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Morphologie)
(accentuation)
Ligne 36 : Ligne 36 :
 
=== accentuation ===
 
=== accentuation ===
  
Dans les dialectes [[KLT]], l'accentuation est sur l'avant-dernière syllabe.  
+
Dans les dialectes [[KLT]], l'accentuation est sur l'avant-dernière syllabe, <font color=green>/tryGAre/</font color=green>.  
  
 
Pourtant, une abréviation est apparue fin XX° chez de jeunes [[bilingues]], ''Trug' '', qui ne garde que la première syllabe. Il s'agit du résultat d'une apocope; une opération de troncage des finales à la française, comme dans ''ciné'' pour ''cinéma(tographe)'' ou ''amphi'' pour ''amphithéâtre''.
 
Pourtant, une abréviation est apparue fin XX° chez de jeunes [[bilingues]], ''Trug' '', qui ne garde que la première syllabe. Il s'agit du résultat d'une apocope; une opération de troncage des finales à la française, comme dans ''ciné'' pour ''cinéma(tographe)'' ou ''amphi'' pour ''amphithéâtre''.

Version du 28 avril 2019 à 20:11

Trugarez a un usage d'interjection proche du français merci, parole performative du remerciement. C'est aussi un nom qui dénote la 'pitié' (comme en français archaïsant dans demander merci).


(1) N'am euz foeltr tamm ezom dimeuz e drugarez.
ne1'1SG a foutre morceau besoin de son1 merci
'Je n'ai pas le moindre besoin de sa pitié.' Haute-Cornouaille (Kergrist-Moëlou), Le Garrec (1901:57)


Morphologie

composition

On retrouve trugarez dans la préposition complexe a-drugarez 'grâce à'.


(2) Diwar hiziv e vo peoc’h, en ti-mañ pelloc’h, a drugarez Doue.
à.partir.de aujourd'hui R4 sera paix dans.le maison-ci finalement de1 merci Dieu
'A partir d'aujourd'hui, grâce à Dieu, cette maison vivra finalement en paix.'
Perrot (1943:48)


dérivation

Kervella (1947:§880) donne les adjectifs trugarezus et son opposé didrugar 'sans pitié'.


accentuation

Dans les dialectes KLT, l'accentuation est sur l'avant-dernière syllabe, /tryGAre/.

Pourtant, une abréviation est apparue fin XX° chez de jeunes bilingues, Trug' , qui ne garde que la première syllabe. Il s'agit du résultat d'une apocope; une opération de troncage des finales à la française, comme dans ciné pour cinéma(tographe) ou amphi pour amphithéâtre.