Tre : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 51 : Ligne 51 :
 
=== variation et répartition dialectale ===
 
=== variation et répartition dialectale ===
  
[[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:209) signale à Plozévet des forme concurrentes: <font color=green>/net/</font color=green> ''net'' et <font color=green> /ɡlɛ s/</font color=green> ''glez'' (dans <font color=green>/ˌbu:ar 'ɡlɛ s/</font color=green> 'complètement sourd') qui se trouve ailleurs sous la forme ''dres''.
+
[[Goyat (2012)|Goyat (2012]]:209) signale à Plozévet des forme concurrentes: <font color=green>/net/</font color=green> ''net'' et <font color=green> /ɡlɛs/</font color=green> ''glez'' (dans <font color=green>/ˌbu:ar 'ɡlɛs/</font color=green> /[[bouzar]] gles/, 'complètement sourd') qui se trouve ailleurs sous la forme ''dres''.
  
  

Version du 19 novembre 2019 à 12:59

Tre est la réalisation d'une postposition dans mont tre 'entrer', un adjectif signifiant 'bien, de bien, affable', ou un adverbe traduisible par 'tout-à-fait'.


(1) Ha merc'hed Treboull noe ket tre ar memes taol dorn da lakaat o c'hoef.
et femme.s Tréboul avait pas tt.à.fait le même coup main pour1 mettre leur2 coiffe
'Et les filles de Tréboul n'avaient pas la même façon de mettre leur coiffe'.
Douarnenez, Melle Griffon, Denez (1984:73)


Postposition

La postposition tre 'dedans' dénote l'inclusion dans un espace, et s'utilise avec un verbe de mouvement. Le sujet du verbe peut apparaître après tre.


(2) pa zegouez tre Pat.
quand1 arrive dedans Pat
'Quand Pat fait son entrée' Cornouaillais de l'Est, Derrien (1980:26)


Adverbe

syntaxe

Tre se trouve avant ou après ce qu'il modifie.


(2) Gwelet e vez diàrnezhi ar c’hornad-bro a-bezh, tre beta kornad al linennoù
vu R4 est de.sur.elle le 5coin-pays en.entier tout-à-fait jusqu’à coin le lignes
'On voit de sur elle (la colline) le coin de pays en entier, jusqu’au coin de la ligne de front.' Vannetais, Herrieu (1994:218)


(3) /trɛ 'laɛ/, tre laez, 'tout en haut', Plozévet, Goyat (2012:211)


Gros (1984:45) cite tre parmi les intensifieurs des adjectifs.


variation et répartition dialectale

Goyat (2012:209) signale à Plozévet des forme concurrentes: /net/ net et /ɡlɛs/ glez (dans /ˌbu:ar 'ɡlɛs/ /bouzar gles/, 'complètement sourd') qui se trouve ailleurs sous la forme dres.


Adjectif

Martin (1929:179) donne la forme cornouaillaise (Scaër, Guiscriff, Gourin) un den tré, 'un homme bien'.


(4) Rei ar ger-zé zo tud trei.
ceux le 1village- est gens affable
'Ceux de ce village sont affables.' Cornouaille, Ar Scao (1945:'affable')