Tre-, tar-, ter-, tres-

De Arbres
(Redirigé depuis Ter-)
Aller à : Navigation, rechercher

Le morphème tre- est un préfixe au sens assez flou. Selon Deshayes (2003:38), il vient du vieux breton tre, 'à travers'.


(1) chal, 'inquiétude', => trechal, 'ennui, gêne, alarme'

kas, 'haine' => tregas, 'tracas, inquiétude', Merser (2009)


(2) ant, 'creux, sillon fait par la charrue, raie, rayure'

=> treant, 'harpon de pêche', treanti, 'harponner, transpercer', Merser (2009)


Kervella (1947:§876) donne: trevell, treveriañ, tregoad...

Kervella (1947:§886) donne: trelatiñ, tredan, trelonk, treskav, tremor (tramor), tregerniñ, trec'hwezañ, trealañ, trebarzhiñ, tremen


Morphologie

accentuation

L’accentuation en KLT tombe sur l’avant-dernière syllabe et montre avec les bisyllabiques que le préfixe tre- peut prendre l’accentuation de mot (TREsell, Kervella 1947:§887).


mutations

Kervella (1947:§886) note que la mutation est le plus souvent faite, avec les exceptions de tremor, tremen, trebarzhiñ.


allomorphes

On trouve à ce préfixe les formes tar-, ter-, tres-.


tar-

Le préfixe tar- peut signifier clairement une trajectoire non-droite.


(1) Taol pled e tarlonkfes!
jette attention R4 pfx.avaler
'Prends garde d'avaler de travers.' Gros (1970b:§'lonka')


(2) tarlonka 'avaler de travers', Merser (2009)

(3) tarlonkad 'avoir des haut-le-cœur', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012)


On note aussi les alternance tre-/tar- devant la racine nominale c'hwezh 'souffle'.

(4) tarc'hwezh, trec'hwezh 'dyspnée, manque de souffle'

tarc'hwezhiñ, trec'hwezhiñ 'manquer de souffle', Favereau (1993)

(5) tarc'hwezh 'dyspnée, manque de souffle', tarc'hwezhiñ 'manquer de souffle', Favereau (1993)

(6) tarhweza, 'hésiter', Léon, Merser (2009)

ter-, tres-

Le Bayon (1878:16) donne trénoz, ternoz, 'lendemain, au delà de la nuit, et tresplek de tre pluek, 'traversin' ou treskizein de tré kiz, 'ouvrir un passage à l'eau, drainer'.

Sémantique

Selon Le Bayon (1878:16), ce préfixe "indique tout ce qui tient à l'idée de passage, les deux termes, le temps, le moyen, le sujet, le trajet, les traces du passage d'un point à un autre".

Il donne trémen, 'aller au delà, passer', trelon̄kein, 'avaler de travers'.


tre- vs. ar-

Kervella (1947:§876) note que beaucoup de racines préfixées par tre- ont aussi une préfixation en ar-. Il cite: arvell, arveriañ, argoad, argas...


tre- vs. tar-

Le morphème tre- est parfois en concurrence avec le morphème tar-.

(3) trec'hwezh, tarc'hwezh, 'dyspnée, manque de souffle'

trec'hwezhiñ, tarc'hwezhiñ, 'manquer de souffle', Favereau (1993)

Horizons comparatifs

Deshayes (2003:38) compare tre- à l’ancien français tres- issu du latin trans-.

Le breton et vieux breton tre- correspond au gallois try-.


Selon Kervella (1947:§886), trevell, 'travail, besogne' est formé sur la racine /mell/, qui aurait ensuite été influencé par la forme du français travail. Selon Favereau (1993:'trevel'), la forme ancienne est travell, avec une variante en streuvell.


A ne pas confondre

Il existe deux autres préfixes pourvant être réalisés en /tar/-: le préfixe diminutif a-perfectif Dar-, dor-, tar-, tor- (darlammat > 'palpiter', Favereau 1993) et le préfixe tar(v)-, 'taureau, mâle' dans targazh, 'matou'.