Subordonnées conditionnelles : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
Ligne 1 : Ligne 1 :
La [[protase]] d'une proposition conditionnelle exprime la condition. On l'appelle aussi une '''subordonnée conditionnelle'''.
+
La [[protase]] d'une [[proposition conditionnelle]] exprime la condition. On l'appelle aussi une '''subordonnée conditionnelle'''.
  
 
Une subordonnée conditionnelle peut être introduites par le [[complémenteur]] ''[[ma]]'' dans tous les dialectes (cf. traduction de 'Si je suis actuellement malade...', carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-067.jpg 67] de l'[[ALBB]]).  
 
Une subordonnée conditionnelle peut être introduites par le [[complémenteur]] ''[[ma]]'' dans tous les dialectes (cf. traduction de 'Si je suis actuellement malade...', carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-067.jpg 67] de l'[[ALBB]]).  

Version du 12 juillet 2016 à 11:23

La protase d'une proposition conditionnelle exprime la condition. On l'appelle aussi une subordonnée conditionnelle.

Une subordonnée conditionnelle peut être introduites par le complémenteur ma dans tous les dialectes (cf. traduction de 'Si je suis actuellement malade...', carte 67 de l'ALBB).

Cependant, en vannetais, si la conditionnelle est potentielle ou irréelle, ce sont les formes pa ou ha pa qui sont utilisées.


Syntaxe

Favereau (1997:§572) note que les subordonnées conditionnelles introduites par ma sont des subordonnées qui précèdent souvent leur matrice.

La protase peut être le seul élément devant le verbe tensé.


(1) Ma houezan e veho avel Nort, e sarin ar bouliji.
si4 sais R sera vent Nord R4 fermerai le volets
'Si je sais qu'il y aura du vent du Nord, je fermerai les volets.'
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)


Bibliographie

  • Favereau, F. 1997. Grammaire du breton contemporain. Morlaix: Skol Vreizh, §637-641, §671.