Subjonctif

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Il n'existe plus en breton parlé moderne de paradigme morphologique propre au mode subjonctif.

"Ses formes servent depuis si longtemps à exprimer le futur que le sujet parlant n'a plus conscience de cet ancien mode" (Gros 1970:29). Les autres formes morphologiques d'un ancien subjonctif sont celles du conditionnel réalis.


Pour exprimer dans les enchâssées différents états d'irréalité tels que le vœu, le souhait, la possibilité, la nécessité, le jugement ou l'opinion, ou enfin une action qui ne s'est pas encore passée, le breton moderne a recours aux paradigmes du conditionnel et du futur.


(1) Ne gav ket din e teuio / e teufe.
ne1 trouve pas à.moi R viendra /R viendrait
'Je ne crois pas qu'il vienne.' Ar Merser (2009:585)


Morphologie

morphologie du futur

Dans les phrases matrices, c'est la morphologie du futur qui tient lieu de subjonctif.


(1) Pe vo ruz pe vo glaz, ne ran van.
ou sera rouge ou sera bleu ne fais cas
'Qu'il soit rouge, qu'il soit bleu, ça m'est égal.' Ar Merser (2009:585)


On emploie également la morphologie du futur après les complémenteurs comme gant ma, 'pourvu que', ou evit ma, 'pour que'.


(2) Me na ran ket a forz, gand ma teuio dioustu.
moi ne.R fais pas de importance pourvu.que viendra tout.de.suite
'Cela m'est égal, pourvu qu'il vienne tout de suite.' Trégorrois, Gros (1970:30)


(3) ...evit ma kavi eur gwaz eus da gendere, merc'hig ?
pour que trouveras un mari de ton1 milieu.social fille.DIM
'Pour que tu trouves un mari de ton milieu social, ma fille?' Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1922:347)

morphologie du conditionnel

Dans les subordonnées, Gros signale des emplois du conditionnel.

 Gros (1970:30):
 "Dans les subordonnées, le subjonctif se traduit par le futur (plus net) 
 ou par le conditionnel (plus douteux).
 
 Me na zoñj ket din e raio glao.
 'Je ne pense pas qu'il pleuve.'
 
 Na gredan ket e teufe d'ober glao.
 'Je ne crois pas qu'il vienne à pleuvoir.'
 

Ar Merser (2009:585) note aussi que l'emploi du conditionnel, par rapport à celui du futur, marque 'un doute plus grand'.

optionalité?

Certains complémenteurs, comme l'optatif salv (ma), se trouvent suivis alternativement de verbes conditionnel ou au futur.

Diachronie

subjonctif présent

Le paradigme morphologique du subjonctif présent qui existait en moyen breton et dans les autres langues brittoniques n'a pas disparu en breton moderne, mais il a donné le paradigme du futur. Hewitt (2010b) signale en breton moderne la trace de l'ancien usage du paradigme du futur comme subjonctif présent de but.


(1) Goulenn a ra ma vo gwraed ul lesenn neweż.
demander R fait que sera fait un loi nouveau
'Il/elle demande qu’une nouvelle loi soit faite.' Hewitt (2010b:301)


En contraste, en gallois et en cornouaillais, le suffixe subjonctif/désidératif * - ǎse/o- des langues brittoniques a dérivé le paradigme du subjonctif présent (Zair 2012).

subjonctif passé

La forme morphologique caractéristique du subjonctif passé brittonique est -h (Lewis & Pedersen 1937:§452,453). C'est la même forme que l'on voit en breton vannetais moderne dans le mode conditionnel réalis. La forme dans les autres dialectes est -fe, -ffe (Hewitt 2010b:301).

Bibliographie

  • Loth, Joseph. 1899. 'Mélanges ; 1: Patereu, paderau ; 2 : Un subjonctif aoriste gallois', Revue Celtique XX.
  • Zair, N. 2012. 'Reconstructing the Brittonic future/present subjunctive', Journal of Celtic Linguistics 14: 87-110.


horizons comparatifs

  • Quer, Josep. 2005. 'Subjunctives', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol IV, chap.68.