Propositions participiales

De Arbres
(Redirigé depuis Proposition participiale)
Aller à : Navigation, rechercher

Les propositions participiales sont les petites propositions qui n'ont pas d'expression morphologique du temps, mais un participe comme prédicat.


(1) Hag un amezeg, Job Ch., un dro, yaouank ivez, aet d'ar marc'had.
et un voisin Job Ch. un 1fois jeune aussi allé à1'le marché
'Et une fois, un voisin, Job Ch., jeune aussi, était parti au marché.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:79).


Sémantique

Sémantiquement, les participiales sont équivalentes à des phrases où apparaîtrait la copule eo sous sa forme de l'imparfait oa ou du passé simple (v)oe. Cependant, cette copule ne peut normalement pas être élidée à un autre temps que le temps présent.

Soit la structure permet exceptionellement son élision, soit la copule est syntaxiquement absente de la structure.


s'il y a ellipse de copule, elle est initiale

(1) Gwelloc'h 'tae ar c'hoaven war-c'horre, [ daspugnet gant ur loa-bod ].
mieux R4 venait le crème en.surface ramassé avec un cuillière-pot
'La crème remontait mieux à la surface, qu'on ramassait à la louche.'
Favereau (1997:§710)


= Gwelloc'h 'tae ar c'hoaven war-c'horre, [ a oa daspugnet gant ur loa-bod ]
=/= * Gwelloc'h 'tae ar c'hoaven war-c'horre, [ daspugnet e oa gant ur loa-bod ]

réduction des domaines propositionnels

En (2), si la seconde phrase comprenait la copule au passé, Ur vag 'oa kollet ganti he stur, il serait difficile de comprendre que le bateau est l'image du garçon. L'interprétation probable serait que le garçon reste muet car un bateau a perdu son gouvernail. L'équivalent devrait comprendre deux copules, et devrait être réalisé en une seule phrase: Simudet e chome ar paotr a oa (evel) ur vag a oa kollet ganti he stur.


(2) Simudet e chome ar paotr. Ur vag [ kollet ganti he stur ].
muetté R4 restait le gars un 1bateau perdu avec.elle son2 gouvernail
'L'homme restait muet. Un bateau ayant perdu son gouvernail.'
Standard, Drezen (1990:65)

Syntaxe

indépendantes

Une participiale indépendante ne partage aucun argument avec une autre proposition.


(3) P'oa deuet er maez, partiet al loan kuit.
quand'était venu dehors parti le bête parti
'Quand il est sorti, le cheval était parti.'
Léon, Mellouet & Pennec (2004:79)


dépendantes

Une participiale dépendante partage un argument avec une autre proposition, ou contient un pronom résomptif qui co-réfère avec cet argument.


(4) Un dervezh, an aotrou person, [SC bet moarvat o welet unan bennak klañv diwar-dro ], a dremenas dre tal an ti...
un jour le monsieur curé été sans.doute à4 voir un quelconque malade autour R1 passa par front le maison
'Un jour, le curé, qui était sans doute allé visiter un malade aux environs, passa devant la maison...'
Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:19)


adjectivales

Les participiales dépendantes sont à comparer avec les petites propositions adjectivales. En (5) et (6), les ordres de mots diffèrent cependant (place de l'objet).


(5) Chom a reas Sezni Abgrall [SC digor e c’henoù gant ].
rester R1 fit Sezni Abgrall ouvert son1 bouche avec.lui
'Sezni Abgrall (en) resta bouche bée.' Standard, Drezen (1990:53)


(6) ken ruz ha feskennoù ur c'houadur bihan [SC tapet gant ar ruzell ] Morlaix, Herri (1982:101)
tant rouge que fesses un 5enfant petit atrappé avec.lui le rougeole
'aussi rouge que les fesses d'un petit enfant qui a la rougeole'

Terminologie

Kervella (1947:§725) utilise le terme de islavarenn diglok, 'petite proposition', pour les propositions participiales, lavarennoù anv-gwan-verb.

Favereau (1997:§710) utilise le terme de participiale.