Pronoms post-verbaux de désambiguïsation genrée

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les pronoms post-verbaux de désambiguïsation genrée apparaissent uniquement à la troisième personne sur les verbes dans les parlers de l'Ouest: Basse-cornouaille et Léon (1).


(1) Gwelet a rit, eme ar paotr, ema-hi o tont.
voir R faites dit le gars est.3SG-F à4 venir
'Vous voyez, dit l'homme, qu'elle vient.' Saint Pol de Léon, Milin (1922:400)


Morphologie

grammaticalisation en morphème d'accord 3SGM

Favereau (1997:§416) et Deshayes (2003:'ema') proposent de dériver la forme nasalisée du paradigme emañ en ema-eñv (est-3SGM). Le pronom post-verbal de désambiguïsation genrée masculin aurait grammaticalisé en marque d'accord 3SG (ou accord pauvre en cas d'expression du sujet postverbal).

Cette hypothèse est plausible pour les parlers de l'Ouest où le verbe 3SG est ema (ema Mari), mais avec des pronoms post-verbaux de désambiguïsation genrée: emañ pour un sujet (vide) masculin et emei pour un sujet (vide) féminin (Merser 2011:93,fn2).

La langue standard aurait donc pris pour norme neutre la forme emañ qui est spécifiée masculine pour les parlers de l'Ouest. La forme emañ n'est par ailleurs pas (plus?) genrée en Trégor ou en Haute-cornouaille (Merser 2011:93,fn2).

On ne note pas de telle grammaticalisation sur les autres verbes, ce qui s'explique par le fait que seul le verbe ema requiert que son sujet le suive directement. Les possibilités d'insertion d'adverbes ou autres avec les autres verbes empêchent la réanalyse en morphème d'accord.


pronom fort indépendant?

A Saint-Yvi, le pronom 3SG de désambiguïsation genrée pourrait être un cas de pronom fort indépendant post-verbal, puisqu'il il y en a indépendamment un au pluriel, qui n'est pas marqué pour le genre.


(1) Ken buan vé bet maro haoñ.
si vite serait été mort il
'Aussi vite, il serait mort. (à peu de chose près)' Cornouaille (Saint-Yvi), German (2007:174)


(2) Benn eo maro .
quand est mort ils/elles
'Quand ils/elles sont morts.' Cornouaille (Saint-Yvi), German (2007:174)


Dans les autres dialectes, qui n'ont pas de pronom post-verbal fort indépendant, ce n'est pas une possibilité.


Syntaxe

concurrence avec les pronoms écho

Les pronoms post-verbaux de désambiguïsation genrée s'installent dans les paradigmes défectifs des pronoms écho dans les parlers de l'Ouest, c'est-à-dire à la personne 3.

Les pronoms écho ont effectivement un comportement d'évitement de la personne 3 spécifiquement dans les parlers de l'Ouest. Cet évitement concerne, outre les verbes fléchis, les objets des prépositions et les possessifs, où on ne relève pas de pronom de désambiguïsation genrée. Ceci dessine un contraste entre les deux paradigmes de pronoms: les pronoms de désambiguïsation genrée apparaissent là où il y a ambiguïté possible, c'est-à-dire dans les paradigmes d'accord, et non dans les paradigmes d'incorporation pronominale puisque le genre n'y est pas ambigü (gant, ganti).

Dans les parlers de l'Ouest, les pronoms écho devraient se distinguer des pronoms de désambiguïsation genrée en ce que les premiers ne sont pas restreints aux verbes tensés.

En trégorrois, en haut-cornouaillais et en vannetais, il ne devrait pas y avoir de différence formelle entre un pronom écho et un pronom de désambiguïsation genrée, si ce n'est peut-être une différence de structure informationnelle. En (2), résultat d'une demande de traduction du français où le sujet 3SGM n'est pas focalisé, il est plausible qu'il s'agisse d'un pronom de désambiguïsation genrée.


(2) [ mɛ møs Xwãn la tju hã ] La Forêt Fouesnant, Avezard-Roger (2004a:258)
Me meus c'hoant la teuio .
moi ai envie que 4viendra lui
'J'ai envie qu'il vienne.'