Pronom impersonnel

De Arbres
Version du 31 janvier 2009 à 18:01 par Mjouitteau (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

Deux impersonnels

Il existe en breton deux pronoms impersonnels distincts. Il s'agit pour le premier d'un pronom vide ayant une marque propre d'accord verbal. Le second illustre la création d'un pronom impersonnel avec le matériel du groupe nominal [un homme]. L'accord verbal est alors au 3SGM.

Ils peuvent exister tous deux dans la grammaire d'un même locuteur. Dans la traduction de Derib (1983) par exemple, on note un usage consécutif de ces deux pronoms impersonnels.


(1) Jeremie: Neu'he 'ranker lavar' de'he!...
alors R doit.IMP dire à.3PL
‘On doit leur dire, alors!’
Whitecrow: N'eo ket ken aes-se ma faotrig. Dreist-holl p'eman 'n'en brizhouenn.
NEG est NEG autant facile-tout.à.fait ma gars.petit. Surtout quand est IMP métis.
‘Ce n'est pas aussi facile, mon garçon. Surtout quand on est métis.’
traducteur Derib (1983:32)


La forme indépendente ne peut pas déclencher le même accord verbal que le pronom vide.


(1) An nen ne oar / * ouzer ket bepred.
On NEG sait / *savons NEG toujours
‘On ne sait pas toujours.’
Mona Bouzec, Rieg, p.c. (01/2009)

L'impersonnel 'an den'

'an den' est un pronom sujet indépendent. Il n'a pas de forme écho, ni de forme vide.

Quand an den se trouve en position objet, son interprétation impersonnelle n'est plus disponible. En (1), l'interprétation impersonnelle n'est pas disponible.


(1) Ar re a blij dezho al lennegezh voemus a anavez an den dre oberenn Jean Ray.
le ceux R plait à.3PL la litterature fantastique R connait le homme par oeuvre Jean Ray
‘Ceux qui aiment la littérature fantastique connaissent l'homme par l'oeuvre de Jean Ray.’
*‘Ceux qui aiment la littérature fantastique connaissent (quelqu'un/ n'importe qui) par l'oeuvre de Jean Ray.’
Jean-Baptiste Baronian, introduction Comes (1981:5)


On voit que le pronom impersonnel 'an den' n'est pas le syntagme nominal 'an den', car leur distribution est différente. Dans l'exemple ci-dessous, l'impersonnel sujet de la petite proposition [IMP malade] est directement postverbal.

(1)a. Ben 'vez an nen klanv, ne vez ket gwelet ken.
Quand R est IMP malade NEG est NEG vu plus
-- b.
*Ben 'vez klanv an nen, ne vez ket gwelet ken.
Quand R est malade IMP NEG est NEG vu plus
‘Quand quelqu'un est malade, on ne le voit plus (en société).’
Mona Bouzec, Rieg, p.c. (01/2009)


C'est la distribution des autres pronoms pour cette locutrice (cf.2), en contraste avec les syntagmes nominaux qui doivent être placés après l'adjectif prédicatif (3).


(2) Ben 'vez eon klanv, ne vez ket gwelet ken.
Quand R est 3SGM malade NEG est NEG vu plus
‘Quand il est malade, on ne le voit plus (en société).’
Mona Bouzec, Rieg, p.c. (01/2009)


(3)a. * Ben 'vez (pep den / pep medisin / an dud / ma bugale) klanv, e vezomp trapet fall!
Quand R est (chaque homme /chaque médecin /les gens /mes enfants) malade(s), R sommes attrappés mauvaisement
-- b.
Ben 'vez klanv (pep den / pep medisin / an dud / ma bugale), e vezomp trapet fall!
Quand R est malade (chaque homme /chaque médecin /les gens /mes enfants), R sommes attrappés mauvaisement
‘Quand (chaque homme /chaque médecin /les gens /mes enfants) sont/est malade, on est salement attrappés!’
Mona Bouzec, Rieg, p.c. (01/2009)