Principe de sous-ensemble

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le principe de sous-ensemble apparaît sous le terme Elsewhere Condition dans Anderson 1986:4), qui l'a étudié à partir des faits du breton.


 "[W]henever one rule is more specific than another in the sense that the forms subject to the first constitute a proper subset 
 of those subject to the second, the application of the more specific rule precludes the later application of the more general, 
 less specific one."
 

Comme le remarque Anderson, le principe de sous-ensemble a deux conséquences importantes pour l'applicabilité des règles de la morphologie inflectionnelle:


 (i) Les règles qui spécifient la réalisation d'un set de traits [...] empêchent l'application ultérieure d'autres règles dont les descriptions structurales réfèrent à un sous-ensemble de ces traits. 

 (ii) les radicaux qui sont caractérisés lexicalement pour un ensemble de traits bloquent l'application de règles qui spécifient un sous-ensemble (non nul) des même traits.


Anderson observe que les doubles pluriels en breton semblent contredire le point (ii) du principe de sous-ensemble. Son argument est que le conflit n'est qu'apparent car il analyse les racines nominales comme collectives.