Prépositions assignatrices de cas

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les prépositions ont le plus souvent un contenu sémantique qui exprime une relation entre leurs deux arguments:


  • relations spatiales: location (inclusion: X dans Y, exclusion: X sans Y, proximité: X à coté de Y...) direction (origine, chemin: X à travers Y, fin de trajectoire...)
  • relations temporelles (X avant Y, X pendant Y...)
  • comparaisons: égalité, opposition, prix
  • contenu: source, matériau, sujet
  • instrument, manière
  • cause, but, agent...


Cependant, dans certains contextes, la contribution sémantique des prépositions est minimale, si ce n'est absente. Ce sont alors des prépositions purement fonctionnelles. La préposition est alors requise par un élément syntaxique particulier, ou par une construction syntaxique en son entier.


  • Breton: Soñjal e Lisa, ('penser dans [c.a.d. à] Lisa'); Brav da lipat, ('beau à lécher', cf. 'beau à se damner')
  • Anglais: Listen to my advice, (lit. 'écouter à mon conseil'); good at mathematics ('bon à [= en] mathématiques')
  • Russe: Otvechat' na vopros, (lit. 'répondre sur [= à] la question'); obvinenie v obmane ('accusation en [= de] fraude')
  • Castillan: Soñar con ganar el título, ('rêver avec [c.a.d. de] remporter le titre'); consistir en dos grupos, ('consister en deux groupes')


La fonction de cette préposition est purement fonctionnelle. Elle est alors obligatoire et si on la supprime, la phrase devient lourdement agrammaticale.

La motivation pour insérer une telle préposition peut être de fournir un cas à un de ses arguments (ici, celui qui la suit).


Inventaire

a/eus

Un autre type de préposition entièrement fonctionnel est celui de la préposition support d'incorporation a/eus (ac'hanon, anezhañ...). Celle-ci ne distribue pas à proprement parler un Cas, mais l'incorporation du pronom sur sa base rend le pronom immune au filtre sur le Cas, ce qui revient au même.


da

En breton, on peut observer des suites de prépositions purement fonctionnelles devant les infinitives. Selon Jouitteau (2012b), le breton a ceci de particulier que les structures infinitives y ont besoin d'un Cas, ce qui provoque des insertions de la préposition da à l'initiale des infinitives comme en (2) où le premier da fournit un Cas au sujet de l'infinitive et le second fournit un Cas à la structure infinitive elle-même.


(2) ...va mamm a c'houlennas ouzhin petra oa kiriek din da vezañ trist. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:72)
mon2 mère R1 demanda à.moi quoi était coupable à.moi de1 être triste
'Ma mère me demanda pourquoi j'étais triste.'


Terminologie

L'expression préposition assignatrice de Cas correspond au breton araogenn da gas troad.

Kervella (1947:§585, 616) utilise le terme eilaraogenn pour les cas où une préposition est sélectionnée par une autre préposition.


Bibliographie

  • Jouitteau, M. 2012.b, 'Phi-feature agreement : the distribution of the Breton bare and prepositional infinitives with the preposition da', Frota, Gonçalves, Moia & Sabtos (éds.), Journal of Portuguese Linguistics 11 :1, 99-119. texte en ligne.