Portée

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La portée est le domaine de la phrase sur lequel porte un élément fonctionnel. Les éléments ayant portée sont: les quantifieurs, les particules interrogatives, les adverbes, la négation, le focus...

Par exemple, en isolation, unan bennak signifie 'quelqu'un', 'une personne, un individu (quelconque)'. En (1) cependant, le quantifieur an holl, 'tous', a portée sur unan bennak, et c'est ce qui obtient la lecture où à toute et chaque personne correspond unan bennak, une personne différente (comparez avec Unan bennak a gar an holl).


(1) Karout a ra an holl unan bennak.
aimer R1 fait le tous un quelconque
'Tout le monde aime quelqu'un.' Standard, Hendrick (1990:153)


Certains éléments sont connus en syntaxe pour ne pouvoir apparaitre que sous la portée d'un autre, comme les items de polarité négative. La propriété de la préposition-outil a est par exemple d'apparaître sous la portée de la négation ou du comparatif de supériorité.


(2) Aliesoh a grohen leue a ya da zeha evid a grohen buoh.
souvent.plus de1 peau veau R va à1 sécher que de1 peau vache
'On fait sécher plus de peaux de veaux que de peaux de vaches.'
(Il meurt plus de jeunes que de vieux) Gros (1970b:§'leue')


Portée syntaxique vs. portée sémantique

Globalement, plus l'élément ayant portée est haut dans la structure syntaxique, plus le domaine sur lequel il a portée est important. Cependant, cette correspondance est imparfaite.


portée ambigüe

Deux lectures concurrentes peuvent émerger. On parle alors de portée ambigüe.

La phrase en (1) comporte deux quantifieurs, nebeut et pep, 'chaque'. Deux lectures différentes émergent suivant la portée sémantique allouée à chaque quantifieur.


(1) Un nebeut embannerien en deus lennet pep skrid.

'Quelques éditeurs ont lu chaque manuscrit.'
lecture 1: -> 'Il existe quelques éditeurs tels que chacun a lu l'intégralité des manuscrits.'
lecture 2: -> 'Chaque manuscrit est tel que quelques éditeurs l'ont lu.'


Pour le constituant un nebeut embannerien, 'quelques éditeurs', la lecture 1 est la lecture à portée large et la lecture 2 est la lecture à portée restreinte. L'existence des deux lectures constitue la portée ambigüe.


portées contraires

dans le domaine de la phrase

En français, dans Je pense que (, sincèrement,) elle ne leur mentira pas (honnêtement) cette fois., l'adverbe sincèrement ou honnêtement apparaît dans la complétive enchâssée, en incise ou non, mais porte obligatoirement sur la croyance du sujet de la matrice, et non sur celle du sujet de l'enchâssée elle.

Dans l'exemple breton en (1), l'indéfini ur servicher, 'un serveur', est plus haut dans la structure syntaxique que pep taol, 'chaque table', et pourtant la lecture où il y a autant de serveurs que de tables est licite.


(1) Ar friko-mañ a zo deuet da ger. Ur servicher a yoa evit renkañ pep taol! (17 servicher)
le dîner-ci est venu à1 cher un serveur R était pour ranger chaque table
'Ce mariage a occasionné des frais insensés. Il y avait un serveur par table pour ranger!' (17 tables, 17 serveurs)
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)


éléments intégrés morphologiquement ayant portée à l'extérieur

La portée sémantique contredit parfois même des éléments morphologiques. En (2), le diminutif a portée sur un élément temporel dans la phrase, en dehors du composé morphologique auquel il appartient.


(2) Unanig bennag a deu eur wech an amzer.
un.DIM quelconque R vient un 1fois le temps
'Un petit quelqu'un (quelques rares personnes) vient de temps en temps.' Trégorrois, Gros (1984:174)
* 'quelqu'un de petit en taille', * 'quelqu'un que j'aime bien'


(2) Un rare touriste entrait dans la boutique.
> 'Un touriste entrait parfois/rarement dans la boutique.'


Horizons théoriques

Unger (2010), considérant la typologie des cas où la position syntaxique d'un opérateur ne coïncide pas avec sa portée sémantique propose que le mouvement syntaxique et le calcul de la portée sémantique sont deux opérations entièrement indépendantes, opérant au niveau local comme pour les dépendances à longue distance.

Toutes les langues n'autorisent pas également les portées ambigües. L'anglais ou le français ont des portées ambigües dans les phrases à deux quantifieurs, mais le chinois mandarin refuse la portée inverse (Scontras & al. 2015). En (1), la phrase ne peut pas avoir l'interprétation que des requins différents ont chacun attaqué un pirate.


(1) You yi-tiao shayu gongji-le mei-yi-ge haidao.
existe un-CLF requin attaque-ASP chaque-un-CLF pirate
'(il existe) un requin (qui) a attaqué chaque pirate.' Chinois mandarin, Scontras & al. (2015:14)


Références

pour aller plus loin

  • Aoun, Joseph and Li, Audrey. 1993. Syntax of Scope, MIT Press.
  • Chierchia, Gennaro. 1992-93. 'Questions with quantifiers', Natural Language Semantics 1: 181-234.
  • Fox, Danny. 1995. Economy and Scope, Natural Language Semantics 3:283-341.
  • Kiss, Katalin É. 2005. 'Quantifier Scope Ambiguities', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol IV, chap.53.
  • Ruys, E. G. 2005. 'Unexpected Wide Scope Phenomena', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol V, chap.74.
  • Scontras, Gregory, Zuzanna Fuchs, Maria Polinsky. 2015. 'Heritage language and linguistic theory', Frontiers in Psychology: Language Sciences 6(1545):1-20.
  • Sportiche, Dominique. 2005. 'Reconstruction, Binding, and Scope', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol IV, chap.54.
  • Unger, Christina. 2010. A computational approach to the syntax of displacement and the semantics of scope, LOT publications, pdf.