Plijout : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 33 : Ligne 33 :
 
|(3)|| A-viskoaz|| '''eo''' bet ''plijet''|| e wele|| dezañ.
 
|(3)|| A-viskoaz|| '''eo''' bet ''plijet''|| e wele|| dezañ.
 
|-
 
|-
| || [[a|à]].[[biskoazh|toujours]]|| [[COP|est]] [[bet|été]] plu || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> lit ||[[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]
+
| || [[a|à]].[[biskoazh|toujours]]|| [[COP|est]] [[bet|été]] plu || [[POSS|son]]<sup>[[1]]</sup> [[gwele|lit]] ||[[da|à]].[[pronom incorporé|lui]]
 
|-
 
|-
 
|||colspan="4" | 'De tout temps son lit lui a plu (il a aimé son lit).'||||||||||''Trégorrois'', [[Gros (1970)|Gros (1970]]:29)   
 
|||colspan="4" | 'De tout temps son lit lui a plu (il a aimé son lit).'||||||||||''Trégorrois'', [[Gros (1970)|Gros (1970]]:29)   

Version actuelle en date du 15 novembre 2019 à 20:50

Le verbe plijout, 'plaire', est un verbe qui a un emploi modal.

Plijout prend un argument sujet direct, qui est un groupe nominal ou une proposition infinitive. Son second argument est l'expérienceur introduit par la préposition da.


(1) Plijout a ra dit? - (Në) ra kët !
plaire R fait à.toi - ne fait pas
'Ça te plait? - Non!' Goëlo, Koadig (2010:42)


Syntaxe

forme réfléchie

Comme son équivalent plaire en français, plijout a une forme réfléchie de sens 'se plaire, se trouver bien à son aise'.


(2) Nõnn blijou réz nes pró.

se plaire fais dans.ton pays
'Tu te plais dans ton pays.', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:48)


sélection de l'auxiliaire

Le verbe plijout peut sélectionner l'auxiliaire 'être'. Woolford (1991:525, fn31) rapporte que pour Janig Stephens, native du Trégor (Lannion), l'auxiliaire bezañ 'être' est même la seule option.


(3) A-viskoaz eo bet plijet e wele dezañ.
à.toujours est été plu son1 lit à.lui
'De tout temps son lit lui a plu (il a aimé son lit).' Trégorrois, Gros (1970:29)


La forme réfléchie du verbe en em blijout 'se plaire' peut aussi sélectionner l'auxiliaire 'être'.


(4) Me 'zo bet en em blijet partout.
moi est été se plu partout
'Je me suis plu partout.' Favereau (1997:§372)