Pikol

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Pikol existe dans trois catégories syntaxiques différentes.


  • un nom quantifieur de degré dont le sens est 'grand', 'immense'.


(1) piķol penn.
une énorme tête
'une énorme tête.' Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)



(2) 'vo ket pikol glav.
y.aura pas beaucoup pluie
'Il ne pleuvra pas beaucoup.' Haut-cornouaillais (Rieg), Bouzeg (1986:27)


  • un adjectif signifiant: 'conséquent', 'élevé'


(3) ' Oa ket pikol ar gopr ba eno!
(ne) était pas élevé le gage dans y
'Le salaire n'était pas élevé là.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:54)


Nom quantifieur de degré

Pikol, comme mell et pezh, 'énorme'; et leurs dérivés mellad et pezhiad, (contenu d’un gros morceau) sont souvent cités comme des exemples d'adjectifs prénominaux. Cependant, comme souligné par Kervella (1995:§512) repris par Trépos (2001:§228), il s'agit non pas d'adjectifs mais de noms, comme le montrent leurs marques de pluriel typiquement nominal:

pezhioù, mell, pikolioù, pezhiad, mellad

Pikol se met effectivement au pluriel devant des noms au pluriel (Le Dû 2012:45).

  • piķolo béchadó bara,
'd'énormes morceaux de pain', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)
  • piķolo malestouéó pésked,
'de gigantesques poissons', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)

distribution

Le nom pezh peut se trouver devant pikol.

  • e pés piķol lwę̃nn,
'une énorme bête', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)

Le nom malestoue peut se placer après.

  • e pés piķol malestoué moriļõn,
'un nègre gigantesque', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)


Quantifieur

L'élément que pikol quantifie peut être au singulier, ou au pluriel.


(3) 'oa ket pikol avaloù.
y.avait pas beaucoup pommes
'Il n'y avait pas beaucoup de pommes.' Haut-cornouaillais (Rieg), Bouzeg (1986:27)


item de polarité négative

Le quantifieur pikol ('beaucoup') est un item de polarité négative: il n'apparaît que dans les contextes syntaxiques négatifs.


(2) 'neus ket pikol tra da c'hober.
(ne) a pas beaucoup chose à faire
'Il n'y a pas grand chose à faire.' Haut-cornouaillais (Rieg), Bouzeg (1986:27)


Cette distribution le rend comparable au français bézef, ou des masses.

(3) Il n'y a pas bézef de choses à faire, vs. * Il y a bézef de choses à faire. (4) Il n'y a pas des masses de choses à faire, vs. * Il y a des masses de choses à faire.