Peur-

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le préfixe peur précède les prédicats comme les adjectifs ou les verbes. C'est un préfixe perfectif: il dénote la complétude d'un état, ou dans le cas d'un procès, l'antériorité de la borne de fin de l'action.


(1) An ti a vije peurleun gant he bugale.
le maison R1 était pfx-plein avec son2 enfants
'La maison était (complètement) pleine de ses enfants.' Trégorrois, Berthou (1985:77)


Trépos (2001:§121) donne:peurober, 'achèvement'; peurzorn, 'fin du battage',

Kervella (1947:§885) donne: peurdrech'iñ, peurvevenn, peurliesañ, peursevel,

peurzorn, peurzu, peurgas, peurved, peurechu, peurober, peurbadelezh
peurvat, peurgoll, peurrest, peurgollet, peurc'hwennat, peurvoud, peurheñvel,


Morphologie

mutations

Helias (1986:15) comme Chalm (2008:w-217) notent que peur- provoque une lénition sur l'initiale de sa racine.

(2) Ar re a chomo aze a beurhraio.
le ceux R1 restera R1 pfx1.faire
'Ceux qui resteront là parachèveront (le travail).' Trégorrois, Gros (1984:382)


accentuation

L’accentuation en KLT tombe sur l’avant-dernière syllabe et montre avec les bisyllabiques que le préfixe peur- peut prendre l’accentuation de mot (PEURvad, Kervella 1947:§887).


productivité et variation dialectale

Gros (1984:369) considère ce suffixe comme productif en breton trégorrois.

On en trouve de façon assez productive dans le dictionnaire cornouaillais de Ar Scao (1945) (Kedez (2016:48).

Syntaxe

racine verbale

Peur- peut préfixer une racine verbale comme dans le cas de peurzorn 'repas de fin des battages', ou peurbrezeg 'conclusion' (Merser 2009).


racine adjectivale

Peur- peut préfixer une racine adverbiale comme dans le cas de peurvuiañ ou peurliesañ 'la plupart du temps'.

Étymologie

Selon Deshayes (2003:38), peur- dérive du vieux breton pur-, puis du moyen breton peur-. Cette racine est à mettre en relation avec :

  • moyen gallois pur-
  • vieil irlandais cir-
  • latin per- > ancien français por- > français moderne pour-


Sémantique

Sémantiquement, peur- indique l'antériorité de la borne de fin de l'action désignée par le verbe ou le nom.


(3) eürus evel ur filip d'ar peurzorn.
heureux comme un moineau à'le peur1-battage
'heureux comme un moineau après le battage' Léon, Abeozen (1986:47)


Dans le cas des participes, le préfixe opère la même sémantique que la désinence -et.


(4) Peuraozet eo ar banvez.
peur-préparé est le festin
'Le festin est fin prêt.' Merser (2009:§ 'peuraoza')


Selon Kervella (1947:§885), le préfixe peur- peut se placer sur une échelle avec les préfixes dam- et peuz-.


(5) -----[----action----]-----

dam- < peuz- < peur-


Bibliographie