Pep

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Pep est un quantifieur universel positif de type du français 'chaque X', 'tout X', ou de l'anglais every X.

C'est un déterminant indéfini et, comme tel, il se place directement devant le nom.


(1) Pep dén a zo gaouiad.
homme R est mensonge.eur
'Tout homme est menteur.' Vallée (1926:34)


Pep+Nom est illicite en contexte négatif où on trouve son correspondant [Nom ebet] ('aucun nom').


Morphologie

dérivation

a-bep-eil

Pep est utilisé dans une tournure adverbiale distributive: a bep eil, 'alternativement'.


(4) Krozal ha stlaka a rae a bep eil .
gronder et éclater R faisait à chaque second
'Il grondait et il éclatait tour à tour.' Léonard, Kerrien (2000:16)


Dans le composé, la lénition obtenant bep est due à la préposition a).


forme bep

Le /b/ initial de la forme bep est le résultat d'une ancienne lénition due à la préposition da.


 Morvannou (2011:152):
 Devant peb, 'chaque', un da anciennement en place et aujourd'hui disparu 
 a provoqué une mutation P > B définitive dans des expressions très courantes.
 
 da beb dez > bemdez
 'tous les jours'
 
 bep lun, bep sul, beb mis... 
 'tous les lundis, dimanche, mois'...


  • bob bœré, 'tous les matins', bo pla, 'chaque année', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:44)


bemdeiz

L'adverbe bemdeiz, 'quotidiennement', contient ainsi /bep/.


(3) Job a veze poent lein bemdeiz a-benn ma save diouz e wele.
Job R était moment déjeuner chaque.jour quand que levait de son1 lit
'Job se levait tous les jours à l'heure du déjeuner.'
Gorre Leon, Madeg (1990:10)


  • bowné douzz e nõz, Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:44)
bemdeiz diouzh an noz
'tous les soirs (litt. 'tous les jours le soir)'


  • /be'vɛʃ/, bewech, 'chaque fois', Plozévet, Goyat (2012:123)


bep ma

La forme bep apparaît dans le complémenteur complexe bep ma, forme mutée plus plausiblement par une préposition a que par une préposition da.


(1) Lonka a ra ar homzou bep ma vezont lavaret.
avaler R fait le5 paroles chaque que sont dit
'Il avale (il oublie) les paroles à mesure qu'on les prononce.' Gros (1970b:§'lonka')


(2) Bep ma kreske o niver, gwashoh e krient.
chaque que4 croissait leur2 nombre pire R 4 criaient
'A mesure que leur nombre augmentait, ils criaient plus fort.' Trépos (2001:§386)

variation dialectale

L'ALBB documente la réalisation interdialectale de pep avec la carte 37, traduction de 'an, chaque année', et la carte 028, traduction de 'tous les jours' (où il est en composé morphologique).

Pep finit par une consonne et est potentiellement un déclencheur de phénomène de sandhi (carte 37). Cette consonne finale se nasalise en [m] devant [d, n ] (carte 028).


Syntaxe

distribution dans le groupe nominal

Selon Stephens (1993:138), pep est un déterminant puisqu'il ne peut pas apparaître avec un article et qu'il précède les adjectifs pré-nominaux. On le trouve aussi devant la tête nominale hini.


(1) * ur pep levr / pep kozh ti.
un chaque livre chaque vieux maison Trégorrois, Stephens (1993:138)


ar pep ...

On peut cependant trouver des co-occurrences du quantifieur pep et de l'article défini, dans ar pep all, 'le reste', et dans les tournures superlatives.


(1) Ar peb diaseañ 'zo bet graet, evit ar pep all e vo gwelet diwezhatoc'h.
le chaque difficile.le.plus est été graet pour le chaque autre R4 sera vu tard.le.plus
'Le plus dur est fait, pour le reste on verra après.'
Gourmelon (2014:107)


tournure superlative: ar pep gwellañ

Gourmelon (2014:107) note que la tournure ar pep suivi d'un adjectif met obligatoirement celui-ci au superlatif (ar pep aesañ, mais pas * ar pep anavezet).


(2) Ha dizifenn, pa n’ouzez ket ar pep retañ.
et sans.défense comme ne sais pas le chaque obligé.le.plus
'Et sans défense, puisque tu ne connais pas le minimum/l'indispensable.' Standard, Drezen (1990:42)

reprise anaphorique

Le groupe nominal quantifié par pep peut être repris anaphoriquement. Lorsque l'anaphore est pas dans le domaine de c-commande de pep, la reprise anaphorique est effectuée avec un pronom singulier.


(2) Pep hini a vez sod gand e dammou loened.
N R est sot avec son1 bouts bêtes
'Chacun aime les quelques bêtes qu'il a (ses petites bêtes).' Trégorrois, Gros (1984:96)


Lorsque l'anaphore n'est pas dans le domaine de c-commande de pep, la reprise anaphorique est effectuée avec un pronom pluriel.


(3) Ma vez lezet pep hini da1 vond gand e loa d'ar pod e vo brao dezo.
si est laissé chaque celui de aller avec son cuillère à'le pot R sera beau à.eux
'Si on laisse chacun se servir soi-même il aura de la chance.' Gros (1970b:§'loa')

Sémantique

Le quantifieur pep impose de sélectionner tout élément de l'ensemble de sa restriction (son nom).


(1) Doc'h pep troad n'eo ket mat pep botez.
de chaque pied ne est pas bon chaque chaussure
'Toute chaussure n'est pas bonne à tout pied.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:II)


En (2), la référence de pep tra est l'addition de toutes les entités qui ont la propriété d'être des choses. Dans les cas ci-dessous, la traduction française peut toujours utiliser le quantifieur tout.


(2) War e rez ez aio pep tra.
sur son ? R ira chaque chose
'Tout ira bien.' Standard, Kervella (2002:30)


(3) Kuitait pep goanag, c'houi hag a zeu e-barz!
quittez pep espérance vous C R venir dedans
'Laissez toute espérance, vous qui entrez!' Léonard, Kerrien (2000:9)


(4) Ben 'vez klanv pep den, e vezomp trapet fall!
quand R est malade chaque homme R sommes attrapés mauvaisement
‘Quand chaque homme est malade, on est salement attrapés!’
Riec, Mona Bouzeg c.p. (01/2009)


distributivité

Pep, comme kement, force la distributivité ("une totalité où chaque élément est passé en revue l'un après l'autre", Chalm 2008:R.1.1.1).


Un pronom qui est lié par un quantifieur distributif acquiert cette distributivité. Il existe au moins deux lectures de la phrase en (1): Il est fait comme il plait à chacun (pep hini), ou comme il plait à quelqu'un d'autre (par exemple Michelle2, qui a tout pouvoirs).


(1) Pep hiny1 a ra evel a blich gand hâ/hy1/2.
chaque N R fait comme R1 plait à.il/elle
'Chacun/chacune fait comme il/elle l'entend.' de Rostrenen (1738:73)


La lecture distributive du pronom est plus ou moins saillante selon les constructions. En (2), le co-texte favorise la lecture distributive.


(2) Pep hini e-neus e benn... pa rank hen dougen.
chaque N a.3SG son tête puisque doit le porter
'Chacun a sa tête (son avis, sa volonté)... puisqu'il doit la porter.'
('Chacun a son avis puisque chacun a une tête'.) Trégorrois, Gros (1984:207)


Dans ces phrases distributives, il ne serait pas possible pour la traduction française d'utiliser le quantifieur tout (excepté, parfois, les tournures en tout le monde).


portée

Le quantifieur pep peut avoir portée sur un pronom possessif qui semble plus haut que lui dans la structure. A noter qu'ici, l'anaphore pronominale est au singulier.


(3) Hag en ur zegouezh ema e1 lec'h da bep unan1 da gempenn.
et en1 arriver est son lieu à1 chaque un de1 nettoyer
'Et en arrivant, chacun doit nettoyer sa (propre) place.' Vannetais, Herrieu (1994:100)


Cette possibilité de portée n'est pas ouverte en français (Son lieu, c'est à chacun de *(le) nettoyer).


pep a

Il existe en breton une forme étrange qui utilise la préposition fonctionnelle a1: bep a X (/chaque de X/, 'chacun (d'un) X'). Elle n'a pas d'équivalent en français ou en anglais, et semble vivante dans tous les dialectes.


(1) Prena a rejomp pep a leue.
acheter R fîmes chaque de1 veau
'Nous achetâmes chacun un veau.' Cornouaillais (Bigouden), Trépos (2001:§317)


(2) beb a damm on-neus bet.
chaque de1 morceau 1PL-a eu
'Nous avons eu chacun(e) un morceau.' Cornouaillais (Plozévet), Goyat (2012:§239)


(3) Hag an div "ra-netra" en em zigollas en ur brenañ pep a dok divalav.
et le deuxF fait-rien se1 consola en1 acheter chaque de1 chapeau laid
'Et les deux bonnes-à-rien se consolèrent en achetant chacune un chapeau hideux.'
Kervella (1947:§725), citant I. Krok


(4) Kontit deom pep a gontadenn.
contez à.nous chaque de1 histoire
'Contez-nous chacun une (votre) histoire).' Cornouaillais (Bigouden), Trépos (2001:§317)


(5) Béb a wenneg hon euz évid-hoc'h.
chaque de1 sous avons pour.vous
'Nous avons chacun un sou pour vous.' Hingant (1868:§72)


(6) Pep a gement-se e oa dleet deom bezañ kavet _ .
chaque de1 autant-ça R était à.nous être trouvé
'Nous devions en avoir trouvé (nous aurions dû en trouver) autant que cela chacun de nous.'
Trégorrois, Gros (1984:317)


(7) An adjudant Conan ha me a gav ivez bep a wele.
le adjudant Conan et moi R1 trouve aussi chaque de1 lit
'L'adjudant Conan et moi trouvons aussi chacun un lit.' Vannetais, Herrieu (1994:158)


Hingant (1868:§72) note que 'Nous avons fait chacune une lieue' peut se rendre également par:


(6)a. Gred hon euz béb a leo. ou (6)b. Pép hini a c'hanomp é deuz gred eul leo.


Cela tient au fait que pep, dans la seconde version, a portée sur l'autre quantifieur de la phrase: l'article indéfini eul.


Gourmelon (2014:108) note que dans cette construction, seuls les cardinaux peuvent apparaître entre pep et son nom, et pas les quantifieurs (unan, nebeut, kalz...).


(7) Pep a { c'hounedigezh / * galz gounidegezh } a c'hortozent.
chaque de1 bénéfice / beaucoup bénéfice R1 attendaient
'Ils attendaient chacun (beaucoup de/des) bénéfices.'
Gourmelon (2014:108)


bep a hini

La tête nominale anaphorique hini peut apparaître dans cette construction:


(3) Ro d'emp peb a hini, Jojo ! eme Bilzig.
donne à'nous chaque de N Jojo dit Bilzig
'Donne-nous en un chacun! dit Bilzig'
Bas-Trégor, Al Lay (1925:28)


(4) Béa bon déo béb a hini anhe

'Nous en aurons chacun un', Hingant (1868:§72)
Bèb a hini hon déo euz ar ré-zé.
'Nous aurons chacun une de celles-là.', Hingant (1868:§72)
Bèb a hini a zigwéo d'emp
'Il nous en reviendra à chacune un.', Hingant (1868:§72)
Beb a hini ho déo euz ar ré-zé
'Elles auront chacune une de celles-là.', Hingant (1868:§72)


Diachronie

Matasovic (2009) propose une racine protoindo-européenne en *kwo-h3kwo-, consistant en l'interrogatif 'qui' (*kwo-) et le nom 'oeil' (h3kw-, ayant donné le latin oculus). Il évoque aussi alternativement la possibilité d'une réduplication de l'interrogatif en *kweh2-kwo-.

Matasovic (2009) propose une racine proto-celtique en *kwākwo-, pronom signifiant 'tout le monde' [everyone], ayant donné le vieil irlandais cach, cech, le vieux gallois paup, moyen gallois pawb, le vieux breton pop, le moyen breton pep, et le cornique pup, pop, pep. Ces formes non-accentuées obtiennent le pronom 'chaque' [every].


Terminologie

Selon Trépos (2001:§315), pep est un 'adjectif indéfini'. Selon Le Dû (2012:44), c'est un 'identifiant'.


Bibliographie

  • Yann Gerven. 2014. ' ar peb, pep a ', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 107-108.
  • Plerger, Y. [Olier Mordrel] 1963. 'Kudenn ‘pep a’', Hor Yezh 39 :17.