Penaos

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Penaos correspond à peu près au français 'comment'. C'est un adverbe interrogatif de manière avec des usages non-interrogatifs.


(1) Ar re-se a houie penaos edo eat kuit.
le ceux-ci R1 savait comment était allé parti
'Eux savaient comment il était parti.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016b)


C'est aussi un complémenteur déclaratif de type 'que' dans les dialectes du centre, avec des traces en Léon et en vannetais.


(2) Me am-eus c'hoant da lavared penaoz ema ar wirionez gant ar skolaer!
moi R.1SG a envie de1 dire que est le vérité avec le instituteur
'Moi, j'ai envie de dire que la vérité est avec l'instituteur. Breton trégorrois, Gros (1984:176)


Morphologie

composition

Penaos comprend le préfixe interrogatif pe-.


accentuation

Comme tous les composés en pe-, penaos est accentué sur la syllabe finale (Kervella 1995:§70).

(2) [pe'no:z] , Plozévet, Goyat (2012:125)


dérivation

Penaos, précédé d'un article, est nominalisé:


(1) gouzoud ar penaoz hag ar perag
savoir le comment et le pourquoi
'connaitre le comment et le pourquoi.' Ar Merser (2009:343)


Il prend alors une marque de pluriel prototypique d'un nom.


(2) Ur gwir voreb ar peragoù hag ar penaozioù anezhi.
un vrai1 tante le pourquois et le comments P.elle
'C'était une vraie miss comment pourquoi.' Menard & Kadored (2001:§'penaos')

variation dialectale

On reporte des formes nasalisées, [pə'nõs] (Favereau 1997:§281) et [pe'nõz] à Tréguier (Le Dû 2012)

Favereau 1997:§281) reporte des formes palatalisées en [pənoʃ] en pays Pourlet.

Ternes (1970:228) signale à Groix les formes /pənošt/ et /pəno/.


étymologie

Les plus anciennes formes notées par Hemon (2000:§80.6) sont en penaux, penaoz.

  • penaux neuse ez bevif-me?, (1530, J.:24)


Kervella (1995:§404,fn III) propose une étymologie, opaque en synchronie, en pe- + neuz. Favereau (1997:§281) note effectivement une forme peneus en Poher. Cela pourrait plaider pour une étymologie en pe + neuz, mais il est à noter toutefois que cette forme y est réservée uniquement à un usage déclaratif.

Deshayes (2003) ne propose aucune étymologie.


répartition dialectale

La carte 519 de l'ALBB documente la répartition dialectale des formes de l'interrogatif de manière: penaos, peseurt mod et pegiz.

Favereau (1997:§281) signale aussi qu'en zone centrale, même si la forme penaos est connue de manière passive, les formes utilisées sont peseurt mod, ou localement pe'mod, ou pe'giz entre Cornouaille et Bas-vannetais morbihanais.

Mot interrogatif

L'adverbe interrogatif penaos correspond assez bien au mot interrogatif français 'comment'.


'comment'

On trouve penaos dans les expressions penaos bennak et daoust penaos.

penaos bennak

Dans penaos bennak, bennak rajoute un doute sur la probabilité de réalisation du procès. Favereau (1997:§285) parle d'un 'effet d'insistance'.


'Comment (donc?) fera-t-il pour s'en tirer?'


particule Q

Selon Hemon (2000:§88 fn2), dans des sources plus anciennes, penaos prenait alors le sens de l'interrogatif polaire daoust.

  • penaux pennac ez deu graguez da quichen an bez. (1530, J.:218b)
  • penauss-bénag é-ma bihanig er vad a chairrér ag enn Tiatre. (1745, BT-:324)


daoust penaos

La particule interrogative polaire daoust apparaît plus haut dans la structure que l'interrogatif penaos.


(1) Daoust penaos e vo ma zro?
Est-ce que comment R sera mon tour
'Comment sera mon tour?' Favereau (1997:§285)


'Comment fera-t-il pour y être dans une heure?'


'quelle sorte de'

Menard & Kadored (2001:§'penaos') signale que l'interrogatif penaos, devant un nom, acquiert un sens sensiblement différent, qui est plus proche de 'quelle sorte de':


(1) Ne vez ket sellet penaos boued reiñ dezho.
ne est pas regardé quelle.sorte nourriture donner à.eux
'On ne regarde pas quelle nourriture leur donner.' Menard & Kadored (2001:§'penaos')


(2) Penaos roue eo bet Salaun?, Menard & Kadored (2001:§'penaos')

comment roi est été Salaun
'Quel roi fut Salaun?'


'pourquoi'

A Groix, penaos est reporté dans le sens de l'interrogatif de manière ('comment') mais aussi dans le sens de l'interrogatif de cause ('pourquoi').


(3) /pənošt əleiẃes /
comment R4 pleures
'Pourquoi pleures-tu?' Groix, Ternes (1970:228)


penaos non-interrogatif

tête de relative

Penaos est aussi la tête d'une relative non-interrogative (voir l'article sur les Interrogatifs enchâssés).


(1) Sed aze penaoz e vez miret ar hiziou fur.
voici comment R est gardé le habitudes sage
'Voici comment sont gardées les sages coutumes.' kenskrid Kadored (1912), Ar Yeodet-Bocher


(2) Gounezet em-eus penaoz ober, heb m' en-deus diskouezet den ebet din.
gagné 1SG-a comment faire sans que 1SG-a montré personne aucun à.moi
'J'ai appris comment faire sans que personne me l'ait montré.'
Trépos (2001:§384)


penaos bennak, item de choix libre

Comme les autres mots wh, le complémenteur penaos dans un sens non-interrogatif peut se trouver suivi de bennak, 'quelconque' (Kervella (1995:§476).

Le sens de penaos est alors apparemment sujet à variations.

En (1), penaos bennak est un item de choix libre.


(1) Penaos bennak e rafec'h e vo diaes deoc'h tizhout ar pal.
comment quelconque R fassiez R sera difficile à.vous atteindre le but
'Quoi que vous fassiez, le but sera pour vous dur à atteindre.' Menard & Kadored (2001:§'penaos')


Penaos bennak est ici équivalent au breton n'eus forzh penaos, parallèle du franco-breton 'n'importe comment' (N'importe comment que vous fassiez...).


Conjonction d'opposition

(1) Penaoz bennag

'quoique, bien que', Ar Merser (2009:343)


Complémenteur déclaratif

Penaos a un emploi déclaratif en complémenteur d'enchâssées.


(1) Me am-eus c'hoant da lavared penaoz ema ar wirionez gant ar skolaer!
moi R.1SG-a envie de1 dire que est le 1vérité avec le instituteur
'Moi, j'ai envie de dire que la vérité est avec l'instituteur. Français du Trégor, Gros (1984:176)
'Moi, je prétends que l'instituteur a raison.' Trégorrois, Gros (1984:176)


(2) Laret so din a-be[u]rzh-vat penaos na'm c'hare ket.
dit est à.moi de source sûre que ne.R me aimait pas
'On m'a dit de source sûre qu'il ne m'aimait pas.' Favereau (1997:§599)


(3) Laa nœs tĩ penõz wa Jobéĝ võnn te dimĩ.
dit a.3SG à.moi que était Joseph à aller pour marier
'Il m'a dit que Joseph allait se marier.' Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:97)


sélection

Selon Le Dû (2012:97), penaos est sélectionné par les verbes de matrice d'expression, comme lavarout, 'dire'; gouzout, 'savoir'; klevout, 'entendre', kontañ, 'raconter', etc. Il faut ajouter à cette liste la copule eo, comme en (4).


(4) Ar pez a zo diarvar eo penaos ar c'haz du a zo e vicher dizolei ar c'huziadennou.
le ce.que R est non-.risqué est comment le chat noir R est son métier découvrir le cachettes
'Ce qui est incontestable, c'est que le chat noir a pour office de découvrir les cachettes.'
Léon (St. Thégonnec), Kerrien (2000), cité dans Rezac (2009)


variation dialectale

Ce complémenteur déclaratif n'a pas les faveurs de la langue standard, et cet usage n'est pas documenté dans Menard & Kadored (2001) ou Merser (2009). Selon Kervella (1947:§775), l'usage de penaos en complémenteur déclaratif est une faute, et selon Vallée (1980:'que') "un abus". En Léon, cet usage est inconnu à Plougerneau (M-L. B. 02/2016) comme à Lesneven (A.M. 02/2016). Cependant, Burel, en 1905, l'utilisait à Plouider et Briant-Cadiou à Plouzane en 1998.


(1) ... pa zéo guir pénaos hini eus ar famil al n'hint ket é poan da choum ébars.
quand+C est vrai que N de le famille autre ne1'sont pas dans peine pour1 rester dedans
'... car aucun des membres de la famille ne souhaite rester dans la ferme.'
Breton 1905 (Plouider), Burel (2012:198)


(2) Klevet am-eus va mamm o konta penaoz gwreg tiegez Koadkilie […] ne oa ket war he yehed. Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:25)
entendu R.1SG-a mon 2 mère à conter que femme maison K. ne1 était pas sur son 2 santé
'J’ai entendu ma mère dire que la femme de chez Koadkilie n’était pas en forme. '


Kervella (1947:§775) considère que l'usage déclaratif de penaos est surtout trégorrois. Il relève des exemples dans Bilzig (Al Lay 1925, auteur de Locquirec). On le trouve toujours un siècle après dans le dictionnaire de Tréguier (Le Dû 2012). Favereau (1997:§599) confirme l'implantation trégorroise et en note une variante en Poher.

L'usage de penaos en complémenteur déclaratif dépasse cependant le Trégor: Favereau lui-même cite un exemple vannetais, ce qui est confirmé par ailleurs en haut-vannetais et jusqu'à Groix. On relève aussi des penaos déclaratifs en dialecte léonard, par exemple dans Kerrien (2000) (Léon, St. Thégonnec).


(3) me gred penaus ... en dud.
moi R crois que ... le gens
'Je crois que les gens...' Vannetais Le Bayon (1878:27), cité dans Favereau (1997:§599)


(4) Kredein e hran (penaus) é tei J.-C. én-dro.
croire R fais ( que ) R viendra J.-C. de.retour
'Je crois que J.-C. viendra de nouveau.'
Vannetais, Le Bayon (1878:59)


(5) /mar-nemapersəvan pənošt əlid zo laked ar-XurXãtew.../
mar 'n em apersevan penaos al litr zo lakaet war hor c'hontoù...
ma-se.aperçois que le.litre est mis sur-notre comptes
'Si je m'aperçois que le litre (de vin) est mis sur notre compte...' Groix, Ternes (1970:248)


(6) Hennañ 'gred ket lâret penaos ema e revr dezhoñ!
celui.ci (ne)1 croit pas dire que est son cul à.lui
'Il est extrêmement timide!' Haut-vannetais,Louis (2015:75)


  • ...hag e klevan penaos e vezomp prestet....
'... et j'entends que nous sommes prêtés ...', Vannetais, Herrieu (1994:81)


forme distincte en peneus

Favereau (1997:§281) signale qu'en Poher, il existe pour ce complémenteur une forme morphologique en peneus qui est donc distincte de celle de l'interrogatif de manière.


(1) Klevet 'm 'oa peneus 'oa klañv.
entendu 1SG avais que était malade
'J'avais entendu dire qu'il était malade.' Poher, Favereau (1997:§281)

distribution syntaxique

  • Stourm a rafont ouzoc'h, ha start, penôs n'an neus, tro-war-dro, iliz ken kaer.
'Ils vous opposeraient, avec force, qu'il n'y a pas alentour d'église aussi belle.', Bas-Trégor, Al Lay (1925:7)
  • Seblantout a eure d'ei pa zavas he daoulagad, penôs ar vamm he devoa eun tammig troet he fenn evit sellet outi.
'Il lui sembla quand elle leva les yeux que la mère avait tourné un peu la tête pour la regarder.', Bas-Trégor, Al Lay (1925:13)
  • Hag e fell d'ec'h penôs eur bugel evel Bilzig, eur pôtrig dibreder, a vefe evit harza eus e c'hoantegeziou?
'Et vous voudriez qu'un enfant comme Bilzig, un petit gars insouciant, puisse résister à ses envies?', Bas-Trégor, Al Lay (1925:24)
  • Dre ar bourk e rede ar brud penôs lestr Kola Fanch ar Guez a oa bet kollet.
'La nouvelle courait dans le bourg que le navire de Kola Fanch ar Guez avait été perdu.', Bas-Trégor, Al Lay (1925:17)


lar penaos

Dans la variété de breton qui a un complémenteur déclaratif d'enchâssées, la(r), on peut voir que le complémenteur déclaratif penaos est situé plus bas dans la structure. En effet, les deux peuvent se trouver dans la même complétive dans cet ordre. Skragn utilise ainsi la(r) devant penaos. La suite lar penaos est aussi relevée à Loqueffret (Solliec 2015:79).


(7) Gwelet e-meum abaoe lar penaoz ne oa ket gwir.
vu R-avons depuis que que ne était pas vrai
'Nous avons vu depuis que ce n'était pas vrai.' Uhelgoat, Skragn (2002:100)


ordres V2 en enchâssées

Le complémenteur déclaratif penaos, comme les autres complémenteurs déclaratifs réalisés C.ha(g) et la(r), autorise des ordres T2 en enchâssées.


(1) Lared neus penaos (an amser) a oa yen (an amser). Trégorrois, Hewitt (2001)
dit a que le temps R1 était froid le temps
'Il a dit qu'il faisait froid.'


(2) Me 'gred penaos Mari ho kar.
moi 1crois que Marie vous aime
'Je crois que Marie vous aime.' Haut-vannetais parlé,Louis (2015:35)


(3) Ar pez a zo diarvar eo penaos ar c'haz du a zo e vicher dizolei ar c'huziadennou.
le ce.que R est non-.risqué est comment le chat noir R est son métier découvrir le cachettes
'Ce qui est incontestable, c'est que le chat noir a pour office de découvrir les cachettes.'
Léon (St. Thégonnec), Kerrien (2000), cité dans Rezac (2009)


Pour le trégorrois Leclerc au début du XX°, les ordres V2 en enchâssée après penaos existent, puisqu'il en cite un exemple de niveau religieux. Cependant, il recommande de les éviter strictement dans le même environnement syntaxique.

 Leclerc (1986:201):
 "Comme [penaos] n'exige pas l'inversion de la subordonnée qui le suit, on observe dans la construction de celle-ci le même ordre qu'en français: 
 L'écriture sainte dit que Dieu, après avoir créé le monde, se reposa le septième jour.
 Ar Skritur Sakr a lâr penôs Doue, goude bean krouet ar bed, a ziskwisas ar seizvet de.
 
 Il faut surtout condamner absolument la substitution de penôs à e sans que le besoin de clarté ou d'harmonie semble la justifier. Ainsi l'on sera inexcusable de dire: me 'gred penôs ma breur a deuio arc'hoaz, 'Je crois que mon frère viendra demain.'
 On devra toujours dire: Me gred e teuio ma breur arc'hoaz."


Les ordres T2 en enchâssées sont présents en breton pré-moderne.


(4) Kredein e hran penaus é tei J.-C. én-dro.
Kredein e hran penaus J.-C. e zei én-dro.
croire R fais que (J.-C.) R1/4 viendra (J.-C.) de.retour
'Je crois que J.-C. viendra de nouveau.'
Vannetais, Le Bayon (1878:59)


(5) Ha me 'lavar ivez penaoz an teatr brezoneg a skolio hag a sklêrraio ar bobl en eun doare burzuduz.

Ar gornandoned, Bayon & Perrot.

diachronie

L'usage de ce complémenteur déclaratif n'est pas récent et remonte au moins au moyen breton. Hemon (2000:§206) trace l'apparition de cette forme dans des traductions "maladroites", qui sont aussi caractérisées par leur ordres V2 en enchâssées (1), ce qu'il considère impropre au breton (VSO).

(1) hac ez lauar penaux hon doueou ez ynt diaoulou. (1576, Ca.:n 12)

auis an fet ... penaux couffat an maru ... a-ra da pep heny en em humiliaff. (moyen breton, M.:562)
lavaret a ra crenn penaoz hi a garrie... beza marv. (SBI:II:74)

(2) chuy a lauar penos ez credit en Doue. (1622, Do.:14)

pa sellan ous da fas... e cheblant din penaoz e h-out mab eun autro. (XVIII°, EN.:106)
pe consideraint penaus e uaint priuet ac er uision a Doué. (NG.904)


'Vous voyez que les hommes se rencontrent.'
  • licqid ê qen cas penaus (lakait e kenkas penaos) : 'Posez le cas que'
hag ê véz guïr penaus : 'quand même'.
mar deo guïr penaus : 'si tant est que'
guëllet penaus: 'vû que', De Rostrenen (1738:166)


(3) Kleved em eûz penaoz ez oa...
entendu 1SG a que R4 était
'J'ai ouï dire qu il y avait...' Troude (1842:'ouïr')


Quelle que soit son origine, force est de constater la présence large du complémenteur déclaratif penaos dans de nombreux dialectes actuels.

A ne pas confondre

La tournure bretonne utilisée lorsque le locuteur cherche un contenu lexical qu'il ne trouve pas, petra din-me, ou piv din-me, pelec’h din-me... n'est pas disponible pour penaos (Kerrain 2001).


Horizon comparatif

En français familier, le mot interrogatif de manière est comment, qui lui aussi a développé d'autres lectures. Toutes ne sont pas disponibles en breton.

Le Dû (2012:97) rapproche l'usage de penaos en complémenteur déclaratif du français populaire Il a dit comme quoi.... Baunaz (2014:fn1) pointe la congruence entre ce français J'ai entendu comme quoi tu n'étais pas contente avec l'anglais how, qui a un usage de complémenteur déclaratif dans I heard this morning how it's going to be cold today (Melvold 1991, Legate 2010, Nye 2012, 2013). Baunaz (2014:fn2) mentionne pour le grec des usages de pos, 'comment' là où oti, 'que', serait attendu.

Dans Comment (ça) tu viens pas?, le comment semble juste marquer une désapprobation de la part du locuteur, ou purement une marque exclamative. Comment ne peut alors pas apparaître ailleurs dans la phrase (Tu viens pas comment? est interprété comme une question portant sur la manière). Cet usage est agrammatical en breton ((* Penaos / Petra) ! ‘Peus ket ‘vezh ?, 'Comment! Tu n'as pas honte!', Kerrain 2001).


Le français Tu sais pas comment c'est fatiguant., n'exprime pas la manière, mais la quantité (= 'à quel point', 'combien').

Bibliographie

  • Baunaz, Lena. 2014. 'On the various sizes of complementizers', Probus 27 (2), 193-236. [French 'que']
  • Legate, Julie Anne. 2010. 'On how how is used instead of that', Natural Language and Linguistic Theory 28:121-134.
  • Melvold, Janis. 1991. 'Factivity and definiteness. More papers on Wh-movement', Lisa L.S. Cheng & Hamida Demirdache (éds.), MIT Working Papers in Linguistics 5, 97–117.
  • Nye, Rachel. 2012. 'The categorial status of Dutch and English declarative hoe-/how- complement clauses', Marije van Hattum, Jonathan Morris and Dorothea Ho man (éds.), Salford Working Papers in Linguistics and Applied Linguistics 2, 28–47.
  • Nye, Rachel. 2013. How complement clauses distribute: complementiser how and the case against clause Type, Ghent, Belgium: University of Ghent dissertation.