Paneve : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(accentuation)
m (complémenteur sélectionné : correction d'après vérification dans le corpus)
Ligne 66 : Ligne 66 :
 
| ||si.ce.n.est ||_ [[R]] [[COP|étais]] secoué ||[[gant|par]] [[art|le]] honte|| [[R]] aurais vu|| bas.[[-oc'h|plus]] [[da|de]].[[pronom incorporé|eux]]
 
| ||si.ce.n.est ||_ [[R]] [[COP|étais]] secoué ||[[gant|par]] [[art|le]] honte|| [[R]] aurais vu|| bas.[[-oc'h|plus]] [[da|de]].[[pronom incorporé|eux]]
 
|-
 
|-
||| colspan="4" | 'Si je n’avais pas été secoué de honte, j’aurais pu les voir plus bas.' ||||| ''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:36)  
+
||| colspan="4" | 'Si je n’avais pas été secoué de honte, j’aurais pu voir plus bas ( que leurs épaules ).' ||||| ''Standard'', [[Drezen (1990)|Drezen (1990]]:36)  
 
|}
 
|}
  

Version du 1 mai 2013 à 14:37

Paneve, panevet, panese, panever, est une préposition lorsqu'elle prend comme argument un syntagme nominal (DP). C'est une conjonction et parfois un complémenteur lorsqu'elle prend comme argument une proposition (CP).


Morphologie

La forme paneve est une grammaticalisation transparente de pa.ne.vez, 'quand.n'est.pas'.

Les formes panevet et panever suggèrent qu'un impersonnel aurait été grammaticalisé dans cette construction.


accentuation

Le groupe paneve-se ('sans cela, sinon') est accentué sur la dernière syllabe.

(2) /paˌnife'ze/ , Plozévet, Goyat (2012:124)

Préposition

(2) Paneve se, me lar dezhi, nie ket gallet kaout boued anezho ivez.
quand.ce.n'est ça moi dit à.elle aurait pas pu avoir nourriture P.eux aussi
'Sans ça, je lui dis, ils n'auraient pas pu avoir à manger non plus.'
Douarneniste (Tréboul), Troadec, Hor Yezh (1983:72)


(3) Panese he breur, 'vefe bet dimezet Chan gant Jos.
quand.ce.n'est son frère serait été marié Chan avec Jos
'S'il n'y avait pas eu son frère, Jeanne se serait mariée avec Jos.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:30)

Conjonction

Ledunois (2002:313) relève des emplois alternatifs de paneved avec da et sans da chez Jules Gros (paneved dezañ vs. panevetañ).

Il en conclut que les cas en da montrent plutôt panevet en usage de conjonction.


complémenteur sélectionné

Lorsque panevet introduit une proposition CP, cette proposition est alors parfois, mais pas toujours, introduite par le complémenteur ma.


(1) Paneved ma oa arruet ma breur e oan bet mouget.
quand.ce.n'est que était arrivé mon frère R étais été étouffé
'Sans l'arrivée de mon frère, j'aurais été étouffé.' Trégorrois, Gros (1970:28)


Paneve peut introduire seul une proposition tensée.


(3) Panevet _ e oan trellet gant ar vezh em bije gwelet izeloc’h dezho.
si.ce.n.est _ R étais secoué par le honte R aurais vu bas.plus de.eux
'Si je n’avais pas été secoué de honte, j’aurais pu voir plus bas ( que leurs épaules ).' Standard, Drezen (1990:36)


(4) Panevèr wazz ai wɑ̃nn bœet.
Panever oas arruet oan beuzet orthographe standard
si.ce.n.est étais arrivé étais noyé
'Si tu n'étais pas arrivé, je me noyais.' Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:99)

Bibliographie

  • Gros, Jules 1970. TBP.I Le trésor du breton parlé I. Le langage figuré, chapitre II.
  • Ledunois, J. P. 2002. La préposition conjuguée en breton, thèse, Skol-Veur Roazhon, Atelier National de Reproduction des Thèses. (p. 312-)