Pa

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le complémenteur pa, 'quand, puisque, alors que, tandis que...', introduit une subordonnée circonstancielle ou de temps ou de cause, une conditionnelle ou une concessive.


(1) Pa reot meuleudi un all bennak dirazo, emaint raktal ankeniet.
quand1 faites louanges un autre quelconque devant.eux sont de.suite inquiet
'Ils sont tout de suite inquiets quand sont chantées devant eux les louanges de quelque autre.'
KAV. (1909:17), cité dans Le Gléau (1973:41)


Morphologie

La carte 482 de l'ALBB documente la variation dialectale des réalisations de pa.


variation dialectale

Les dialectes de l'Est forment une voyelle [e] jusqu'en breton central. Dans les dialectes de l'Ouest, Léon et Cornouaille, la voyelle est [a].


(1) [ pe vɛɤ l̥abuˑɤǝ ] / [ pe ɤɛɤ laˑbǝɤ ] Breton central, Wmffre (1998:36)
pa vezer o labourat pa reer labour Standard
quand1 est.IMP à4 travailler quand fait.IMP travail
'Quand on travaille. / Quand on fait du travail.'


A Plougrescant en Trégor, Le Dû signale pour les propositions au passé que pe est licite, mais qu'il existe aussi une forme réservée au passé, pesé.


(2) [ pesé vijé fin de dornã vijé dañs ] Plougrescant, Le Dû (2012:'quand')
quand.? serait fin de battre serait danses
'Quand on avait fini de battre, il y avait un bal.'

répartition dialectale

Dans toute l'aire vannetaise, la forme est ha pa (cf. cartes 482, 56).

La carte 482 de l'ALBB montre pour la traduction de 'quand' des réponses en a-benn en haut-cornouaillais, aux points 54, 49, et 50 (Fouesnant, Rosporden, et Scaër). La carte 56 confirme la forme a-benn sur cette aire et ajoute les points 38, 43, 44 et 62 (Pleyben (Lennon), Pleyben (Edern), Gourin, Guéméné-sur-Scorff). Au XXI°, on en relève à Saint Yvi (German 2007:174).


mutation

En standard, pa provoque une lénition sur l'initiale du verbe qui le suit directement. Ce phénomène est régulier à travers tous les dialectes (cf. carte 347 de l'ALBB, pour la traduction de 'quand je chante').


(2) Pa zavo hi, eñ a ranko sevel ivez.
quand1 lèvera elle lui R1 devra lever aussi
'Quand elle se lèvera elle, lui devra aussi se lever.' Trégorrois, (Gros 1984:139)


En Bas-cornouaillais et en breton central, lorsque pa précède le verbe dont 'venir', on voit dans la carte 482 de l'ALBB que pa provoque une mutation mixte. C'est probablement le résultat des irrégularités de mutation du verbe dont (peut-être cela ouvre-t-il la porte à un rannig e non prononcé qui provoquerait cette mutation mixte pa (e)4 teuon, 'quand je viens'?).

Dans les (rares) dialectes où autre chose que le verbe ou son rannig peut suivre pa, la mutation ne s'applique pas sur le mot qui suit (cf. à Plougerneau Pa kroget neus Anna..., ou en vannetais Pa den a sell..., Pa me fou chuih...).


devant voyelle, pa'z, pa'h, pan

Pa peut se trouver sous la forme pan devant une voyelle, ou encore pa'h, pa'z, ou pen (Favereau 1997:§603).


(3) pan eo c'hwi a deu.
quand est vous R1 vient
'puisque c'est vous qui venez.' Tréguier, Leclerc (1986:137)


(4) Pan erruo ar brini du, douget gant an avel gwalarn, tostaat a reio ar goanv.
quand1 arrivera le corbeaux noir porté avec le vent Nord-Ouest ap.proch.er R fera le hiver Le Bozec (1933:28,29)
'Quand arriveront les noirs corbeaux poussés par le noroît, l'hiver approchera.'


Selon Favereau (1997:§603), "pan est un archaïsme, mieux conservé en Trégor, tout comme en vannetais pand, p'end".


pa'g devant voyelle : pa + ha(g)

La consonne épenthétique attachée à pa devant voyelle peut aussi être G en cornouaillais, devant une prononciation du rannig e (cf. pag e teuon 'quand je viens', à Pluguffan, point 48 de l'ALBB, carte 482).


(1) pa'g e' deuet...
quand+C est venu
'puisqu'il est venu...' Douarnenez, Favereau (1997:§639)


C'est aussi cette consonne G que l'on trouve dans les rares exemples où pa est suivi du sujet débutant par une voyelle et non par le verbe tensé (pa'g ar mor...). Cette consonne épenthétique est prototypique d'un autre complémenteur de même voyelle: ha(g). On connaît par ailleurs une structure où ces deux complémenteurs se suivent ha pa. L'hypothèse que les formes en pa'g forment en fait un composé de pa et ha(g) permettraient d'expliquer pourquoi ces formes déclenchent des ordres T2 en enchâssées comme le complémenteur ha(g), ou l'apparition du rannig e.

Syntaxe

site d'apparition

ha pa

Le complémenteur pa apparaît parfois précédé du complémenteur ha(g) dans le complémenteur complexe ha pa. Il est donc plausiblement plus bas dans la structure (ou l'était du moins au moment de cette grammaticalisation).


(5) Doñjer em c'halon a p 'en gwelan.
aversion dans.mon2 cœur C quand1 le vois
'Ça me soulève le cœur quand je le vois.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:15)


(6) Doc'h en gwelet a pa red, e poania ur bochad.
à le voir C quand court R4 peine un masse
'A son aspect (à le voir) quand il court, il peine beaucoup.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:13)


pa ha(g) ?

Les occurrences de pa'g... sont probablement des cas de conflation de pa et du complémenteur ha(g), ce qui le placerait alors plus haut.


horizons comparatifs

Les occurrences de pa'g sont rares en breton, mais pas à travers les langues, où on trouve assez facilement le complémenteur adverbial temporel suivi d'un complémenteur typique des déclaratives dans les langues germaniques et romanes.


  • ... quand qu'y a fermé la porte
variation familière du standard ...quand il a fermé la porte, Québécois
  • Quand que j'bois, j'pense moins à toi, Québécois, chanson par Phil Athanase


  • When that we went to church, he left me in the lurch
Maids when you're young, never wed an old man., Anglais, chanson traditionnelle 'An Old Man Came Courting' par Eliza Carthy
  • When that I was and a little tiny boy, Anglais, titre de chanson par Shakespeare
  • And Jove, for your love, would infringe an oath.
What will Biron say when that he shall hear
Faith so infringed, which such zeal did swear?, Anglais, Shakespeare, Loves Labours Lost, acte IV, scène III.


  • Durch sein beobachten an meinem Fahrstil hat er mir ehrlich gesagt, wann dass ich an die praktische Prüfung gehen kann.
'En observant mon style de conduite, il m'a honnêtement dit quand je pouvais aller à l'examen pratique.', Allemand


  • Ik weet niet wanneer dat ik moet komen.
'Je ne sais pas quand (que) je dois venir.', Néerlandais, Krämer 13/01/2017, observatoire du néerlandais, Université libre de Berlin.


Voir aussi quando che en toscan (Kramer 1709:488).


L'ordre inverse correspondant à ha pa est beaucoup plus rare, en indo-européen du moins.

ordre des mots après pa

pas de rannig

Le rannig n'apparaît pas après pa. On peut montrer qu'il est absent en observant les mutations. Puisqu'il est un complémenteur, pa devrait déclencher le rannig e associé aux non-nominaux et induisant la mutation mixte. Or, pa provoque normalement une lénition. Cette absence de rannig est exceptionnelle dans la langue pour les verbes tensés.

L'absence de rannig est démontrable uniquement dans les dialectes qui induisent toujours une lénition sur le verbe après pa. La phrase en (1) n'est pas un contre-exemple puisque le verbe dont est connu pour connaître indépendamment des mutations erratiques.


(1) pa' teuy ban dour don...
quand4 viendra dans.le eau profond
'quand pénétrera dans l'eau profonde...' Favereau (1997:§603)


verbe initial pa+V

En breton standard, et massivement dans tous les dialectes traditionnels, pa est directement suivi du verbe tensé (cf. l'agrammatical * pa mont a ran, Kerrain 2001). Seuls quelques clitiques peuvent intervenir entre pa et le verbe tensé.


Cette restriction est cependant sujette à variation dialectale.

alternatives et variation dialectale

On trouve un peu partout dans des dialectes des ordres avec le sujet directement après pa, et parfois aussi un verbe infinitif ou un participe. Le verbe tensé suit alors directement l'ensemble.


bigouden

Favereau (1997:§600) associe l'usage usuel de ces structures au breton bigouden, et ce depuis au moins la première guerre mondiale. Il évoque l'idée que ces ordres de mots sont utilisés dans des formes "relâchées".


(1) pa'g ar mor 'ziskenn.
quand+C le mer (R)1 descend
'quand la mer descend...' Bigouden entendu sur FR3, Favereau (1997:§600)


Léon
Plougerneau

A Plougerneau, on trouve aussi des ordres de mots avec le sujet antéposé comme en (3) et (4).


(2) Pa hon eus ur friad, e rankomp evañ ur banne gwin tomm.
quand1 1PL a un rhume R4 doit boire un verrée vin chaud
'Quand on a un rhume, on doit boire un verre de vin chaud.' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


(3) Pa an dud o deus ur friad, eo mat evañ ur banne gwin tomm.
quand le gens 3PL ont un rhume est bon (PRO) boire un verrée vin chaud
'Quand on a un rhume, on doit boire un verre de vin chaud.' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)


(4) Pa (Anna) neus (Anna<<) kroget (Anna) el loa em eus komprenet edo o vont da benturiñ tout ar guzun.
quand1 Anna a Anna croché Anna dans.le cuillière R4 ai compris était à4 aller pour1 peindre tout le cuisine
'Quand Anna a brandi la cuillière, j'ai compris qu'elle allait me repeindre toute la cuisine.'
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016), préférence marquée par <<


Un prédicat peut être antéposé.


(5) Ne rankchomp ket kondui pa meho e vezomp.
ne1 devrions pas conduire quand1 saoûl R sommes
'On ne devrait pas conduire en étant saoûl.' Plougerneau, M-L. B. (05/2018)


L'antéposition du participe est aussi possible, au moins ici avec un intransitif, ce qui n'assure pas qu'il s'agit d'une tête verbale.


(6) Pa kroget neus Anna el loa em eus komprenet edo o vont da benturiñ tout ar guzun.
quand1 croché a Anna dans.le cuillière R4 ai compris était à4 aller pour peindre tout le cuisine
'Quand Anna a brandi la cuillière, j'ai compris qu'elle allait me repeindre toute la cuisine.'
Léon (Plougerneau), M-L. B. (05/2016)


L'antéposition stylistique après pa est parfois possible, parfois pas.


(7) Pa (kleet/ar jansson-se) meus (kleet) (ar jansson-se) evit ar wech kentañ, evedon dougeres.
quand entendu/cette chanson ai entendu le chanson-ci pour le 1fois premier étais enceinte
'Quand cette chanson, je l’ai entendue pour la première fois, j’étais enceinte.'
Plougerneau, M-L. B. (05/2018)


En (8), des sens différents de pa ont été considérés mais l'antéposition stylistique est refusée dans les deux sens.


(8) Amelia e neus c’hoarzhet pa (* komprenet) neus (komprenet) e noa en em dromplet.
Amelia 3SG a ri quand1 compris a compris 3SG avait se1 trompé
'Amélia a ri (parce qu’/quand) elle a compris son erreur.' Plougerneau, M-L. B. (05/2018)


(9) Plijet en neus din pa (* klevet) meus (klevet) va mab en doa plantet va patatez evidoun.
plaire 3SG a à.moi quand entendu ai entendu mon2 fils 3SG avait planté mon2 patates pour.moi
'J’aime bien la rumeur que mon fils plantait mes patates pour moi.' Plougerneau, M-L. B. (05/2018)


Le mouvement de l'objet reste agrammatical (* Pa ur friad o deus an dud, eo mat evañ ur banne gwin tomm, M-L. B. 04/2016).


Ainsi que l'antéposition de bet.

(7) Me a gousk fall met pa (* bet) meus (bet) ur werennad leazh e kouskan gwelloc'h.

'Je dors mal mais quand je prends un verre de lait, c'est mieux.', M-L. B. (05/2016)

(8) * Pa bed/bez neus kroget Anna el loa em eus komprenet edo o vont da benturiñ tout ar guzun.

'Quand Anna a brandi la cuillière, j'ai compris qu'elle allait me repeindre toute la cuisine.', M-L. B. (05/2016)
Lesneven/Kerlouan

La possibilité de faire suivre pa par un sujet n'est pas représentée dans toutes les variétés de léonard.


(8) Pan (* ar brini du) erruo (ar brini du)...
quand le corbeaux noir arrivera le corbeaux noir
'Quand arriveront les corbeaux noirs ...' Lesneven/Kerlouan, A. M. (04/2016)
vannetais

En vannetais de Plaudren (Quéré 2011) et en breton de Guérande (Brenn 2002), on trouve aussi des ordres à sujet préverbal aussi en propositions enchâssées après le complémenteur pa ('quand'). Il est remarquable que pa ne provoque alors pas de lénition sur ce sujet qui le suit.


(1) Pa den a sell adrest er "haie" den a uel asset e bark a zo sale.
quand IMP R regarde au.dessus le haie IMP R1 voit Adv. son1 parc R est sale
'Quand on regarde par dessus la haie, on voit bien que son champ est sale.'
Vannetais (Plaudren), Quéré (2011)


(2) Pa me fou chuih.
quand moi sera fatigué
'Quand je serai fatigué(e).' Guérandais, Brenn (2002)


breton prémoderne

L'ordre des mots où autre que chose que le verbe suit pa n'est pas récent. Ernault (1888b:251) relevait ce qu'il considérait alors comme un gallicisme: pa he gof a zo... 'quand son ventre est...' (Sauvé 1878:n°241). Il relève aussi plus loin un ordre à temps second avec une conjugaison analytique, pa en em lacat a ra... 'quand il se met...' (Leuduger 1824:96). Il ne commente pas sur le fait que cette structure n'existe pas en français.


Sémantique

circonstancielle de temps

Lorsque le temps de la matrice est au passé, la circonstancielle introduite par pa peut ne pas respecter la concordance des temps et être au temps morphologique présent (Ternes 1970:322).


(1) /pəd-on iwaŋk, məwa premətet /
Pad-on yaouank, me 'oa prometet.
quand-suis jeune moi.était promis
'Quand j'étais jeune, j'étais fiancée' Groix, Ternes (1970:322)


Alternativement, les circonstancielles de temps peuvent aussi être introduites par a-benn, ou ha pa.


(2) Dre-mañ, a pa lazher un hoc’h, e lamer ar c’hig druz a-zoc’htoñ.
par-ci C quand tue.IMP un cochon R enlève.IMP le 5chair grasse de.lui
'Par ici, quand on tue un cochon, on en enlève la chair grasse.' Vannetais, Herrieu (1994:41)


circonstancielle de cause

On trouve en Poher et en Trégor des complémenteurs pa qui marquent la cause.


(1) Pep hini e-neus e benn... pa rank hen dougen.
chaque un 3SG-a son1 tête quand doit le porter
'Chacun a sa tête (son avis, sa volonté)... puisqu'il doit la porter.'
('Chacun a son avis puisque chacun a une tête'.) Trégorrois, Gros (1984:207)


(2) Ne houlan ket ober eur zod ganit, pa n'out ket.
ne1 demande pas faire un sot avec.toi puisque ne1 es pas
'Je ne veux pas te prendre pour un imbécile, puisque tu n'en es pas un.'
Trégorrois, Gros (1970b:'ober gand')


(3) Pa 'zo neve' la'het ur pemoc'h.
puisque1 est nouveau tué un cochon
'Puisqu'on vient de tuer un cochon.' Poher, Favereau (1997:§443)


(4) Pa n'eus den all ebet, e c'hoarian ganeoc'h neuze.
puisque1 ne1'y.a homme autre aucun R4 joue avec.vous alors
'Je vais jouer avec vous alors, puisque nous ne somme que nous.' Gourmelon (2014:93)


conditionnelle

Le complémenteur pa peut aussi, dans l'aire vannetaise, introduire une conditionnelle.


(1) Pa vehec'h lakaet paravis din, 'vehe gwelet piv eo an hani brasañ.
quand1 seriez mis vis-à-vis de.moi R4 serait vu qui est le celui grand.le.plus
'Si on nous mettait en vis-à-vis (si on nous comparait), on verrait qui est le plus grand.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:26)


(2) Pa vehe gwraet loeroù get gargouilhennoù ar baotred, ne vankahe ket james!
quand1 serait fait chaussettes avec gosiers le 1hommes ne1 manquerait pas jamais
'Si l'on faisait des chaussettes avec le gosier des hommes, il n'en manquerait jamais!'
J. Guillemeot, Plouay, Le Scorff, cité dans Ar Borgn (2011:26)


(3) Pa c'hellin dont, e teuin.
quand1 pourrai venir R4 viendrai
'Si je peux venir, je viendrai.' Standard, Press (1986:209)


(4) /pə-vexe amzer ga:r /
quand-serait temps1 beau
'S'il faisait beau temps.' Groix, Ternes (1970:184)


diachronie

En breton pré-moderne, Châtelier (2016:364) relève des exemples de pa introduisant la protase d'une conditionnelle en vannetais, mais aussi en Léon chez Le Bris.


(1) pa na vise quet c'hui ho pise va c'hrouet Le Bris Léon 1709, IN.
si ne1 serait pas vous 2PL avez me2 créé
'si je n’avais pas été créé par vous.'


(2) pe n'hi dehé quet bet nameit ur sourci jaugeable, n'hi dehé quet hum dreboulet. Marion Vannetais 1838, IVD.
si ne1 3SGF aurait pas eu seulement un souci adapté ne1 3SGF aurait pas se1 troubler
'si elle n’avait eu qu’une inquiétude adaptée, elle n’aurait pas été troublée.'


(3) P'em behé kleuet goah get un dén d'em chonj, n'em behé ket fachet tam erbet. Sévéno Vannetais 1917, ENVD.
si'1SG aurait entendu pire avec un personne de'mon2 pensée ne1'1SG aurait pas fâché morceau aucun
'Si j’avais entendu pire par une personne à ma convenance, je ne me serais pas du tout fâché.'


evel pa

Kervella (1972:36) regrette auprès d'un éditeur des modifications de phrases de evel ma, qu'il dit correspondre au sens voulu, en evel pa, qu'il pense grammatical mais de sens différent (sens qu'il aurait exprimé en koulz ha pa).

  • Evel ma vije bet un dra divizet en a-raok...
  • hag he stardañ evel ma vije bet ivez...


horizon comparatif

L'usage d'un complémenteur de temps pour introduire une alternative possible a un équivalent en français: Quand (bien même) aurait-elle mangé avant qu'elle redemanderait des croissants.


concessive

(1) Hag hemañ all o c'hortoz e yafen d'e sikour, pa labouran noz-deiz dija!
et celui.ci autre à4 attendre R4 irait à'le secourir alors.que1 travaille jour-nuit déjà
'Et l'autre qu'attend qu je l'aide alors que je travaille déja jour et nuit!' Gourmelon (2014:94)


alternative en ha pa...

Le complémenteur complexe ha pa peut introduire une proposition temporelle, mais aussi une proposition concessive.


Bibliographie

breton

  • Yann Gerven. 2014. 'talvoudegezh ar stagell pa ', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 93-94.


horizons comparatifs

  • Haegeman, Liliane. 2012. Adverbial Clauses, Main Clause Phenomena, and Composition of the Left Periphery, The Cartography of Syntactic Structures 8, Oxford Studies in Comparative Syntax.
  • Kramer, Matthias. 1709. Toscanisch Oder Romanisch-Italienische Grammatica Reale, Nuremberg.