Ordres V2 en enchâssées

De Arbres
Version du 27 mai 2014 à 14:29 par Mjouitteau (discuter | contributions)

(diff) ← Version précédente | Voir la version courante (diff) | Version suivante → (diff)
Aller à : Navigation, rechercher

En enchâssées, l'ordre des mots en canoniquement (C)-VSO. Cependant, certains complémenteurs permettent des ordres V2 enchâssés (C-X-VSO)


Ces complémenteurs sont penaos dans son usage déclaratif, la(r), et ha().


après 'penaos' complémenteur déclaratif

(4) Ar pez a zo diarvar eo penaos ar c'haz du a zo e vicher dizolei ar c'huziadennou.
le ce.que R est non-.risqué est comment le chat noir R est son métier découvrir le cachettes
'Ce qui est incontestable, c'est que le chat noir a pour office de découvrir les cachettes.'
Léon (St. Thégonnec), Kerrien (2000), cité dans Rezac (2009)


Cet état de fait n'est pas nouveau.


(4) Guelet a rit penaus an dud en em gav.
voir R faites que le gens se1 trouve
'Vous voyez que les hommes se rencontrent.' Prud'homme (1863:97)


après 'la(r)'

(1) Ya, me oar a-walh lar eur vuoh wenn he-deus kalz a lêz.
oui, 1SG sait assez que un vache blanche 3SGF-a beaucoup de lait
'Oui, je sais bien qu'une vache blanche a beaucoup de lait.' Uhelgoat, Skragn (2002:130)


(2) Te a laro dezi lar me a baseo da baea da c'houde.
2SG R dira à.elle que moi R passera pour payer pour après
'Tu lui diras que je passerai payer plus tard.' Uhelgoat, Skragn (2002:68)

après 'ha(g)'

Analyse théorique

Favereau (1997:§598) voit dans les ordres de mots V2 après la(r) une influence de l’emploi du français "que". Cependant, il existe aussi un autre parallèle, interne, lui, au breton: les complémenteurs déclaratifs ha(g) et penaos sont aussi compatibles avec des ordres V2 en enchâssées.

Jouitteau (2005:199) suit cette dernière intuition, et considère que les ordres V2 qui sont possibles avec les complémenteurs ha(g) et la(r) découlent tous deux de leurs étymologies particulières respectives. Elle tente ainsi de réduire les V2 en enchâssée à des cas de parataxe fraîchement grammaticalisés. Le verbe lavar, 'dire', peut en effet sélectionner dans le discours des enchâssées (V1) comme des matrices (V2):

 Jouitteau (2005:199,200):
 Le "verbe 'dire' peut sélectionner aussi bien une
 complétive comme en a., qu’une indépendante en discours rapporté comme en b.
 
 (x) a. J’ai entendu dire qu’il pleuvait
     b. J’ai entendu dire : ‘Il pleut’.
 
 Le complémenteur la créé en cornouaillais continental par un processus de grammaticalisation
 d’un verbe pouvant sélectionner une proposition indépendante (XP-VSO) a gardé cette
 propriété de sélectionner des propositions indépendantes. Quand au complémenteur ha(g)
 [...], il est homophone de la coordination. Un élément de coordination
 typiquement peut sélectionner deux matrices indépendantes, et donc sélectionner une
 proposition XP-VSO. Je considère donc que les enchâssées à verbe second en la et en ha(g)
 ne sont pas des contre-exemples à la généralisation que les enchâssées du breton sont 
 à verbe initial (C-VSO). 
 Au contraire, il est symptomatique que seuls les complémenteurs dont l’étymologie particulière 
 permette la sélection de propositions indépendantes permettent un
 ordre XP-VSO en enchâssées. J’en conclus qu’il n’y a pas d’évidence consistante pour
 l’hypothèse d’une zone topique sous C en breton."


Trois arguments s'opposent à cette hypothèse, et suggèrent une zone topique ou focus (A-barre) précisément sous les complémenteurs déclaratifs.

1. Les ordres à V2 en enchâssée ne sont pas récents.

2. Les ordres V2 en enchâssée sont aussi attestés avec le complémenteur déclaratif penaos, qui lui n'existe pas en usage déclaratif en matrices.

3. Les éléments sous le complémenteur ne sont pas uniquement des sujets.

  • Ya, emezi, o soñjal lared dezañ e oan lar [ma vije bet deuet da jikour ahanon da zorna warhoaz] am-mije roet an droad dezav da leuskel e zaout 'barz ma frad.
Uhelgoat, Skragn (2002:39)
  • Ar re-mañ a ouie a-walh lar [d'an devezh-se] e vije brokuz an dud.
Uhelgoat, Skragn (2002:81)