Pronom objet d'un verbe à l'impératif

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les objets postverbaux d'un impératif forment un paradigme particulier lorsqu'ils sont des pronoms.

Ces pronoms objet sont postverbaux mais distincts des pronoms écho du sujet. Ils se distinguent aussi des autres pronoms objets (comme l'objet postverbal d'un infinitif ou l'objet postverbal avec le verbe ‘avoir’).


(1) Mar klask repu du-se, daskorit- dimp...
si cherche refuge côté-là livrez-lui à.nous
'Livrez-le nous si il cherche refuge chez vous...' Standard, Kervella (2002:29)


(2) Sell-hañ oh ober e borhell !
regarde-lui à faire son porc
'Regarde-le faire le cochon/son gourmand!' Trégorrois, Gros (1984:57)


Morphologie

pas de restriction de personne

Contrairement à l'objet postverbal après le verbe ‘avoir’, l'objet postverbal d'un impératif n'est pas restreint à la troisième personne.


(2) Aotrou, laoskit-me da vonet àr ho komz.
monsieur laissez-moi à aller sur votre parole
'Monsieur, permettez-moi de vous interrompre.'
Vannetais, Ar Meliner (2009:180)


(2) a. câret- b. punisset- c. lausquet-ni d. salvet-ni
aimez-moi punissez-moi laissez-nous sauvez-nous
Vannetais, Guillome (1836:31)


(3) Bannit-hoñ er-maez!
Balancez-le dehors
'Lourde-le!' Le Scorff, Ar Borgn (2011:19)


(4) Lez-ni ha bez fur.
laisse-nous et sois sage
'Laisse-nous et sois sage' Standard, Kervella (2002:17)


(5) Lakait- skoaz-doc'h-skoaz, par-doc'h-par, àr lerc'h c'hwi 'choajo.
mettez-eux épaule-à-épaule égal-à-égal après vous choisirez
'Mets-les épaule contre épaule, égal contre égal, après tu choisiras, i.e. compare-les, après'.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:26)


  • Oll ho traoù zo àr-strew genoc'h; ranjit- 'ta!
'Toutes tes affaires sont éparpillées; range-les donc, mets-y de l'ordre., Le Scorff, Ar Borgn (2011:95)
voir aussi Cheveau (2007:209) pour quelques exemples en Bas-vannetais.
la carte 277 de l'ALBB donne à Guérande gurti , 'attendez-moi'.


cas direct vs. pronom incorporé

Certaines variétés empruntent la morphologie des pronoms incorporés dans les prépositions fléchies our réaliser le pronom objet direct d'un impératif.


variation dialectale

Pour Le Bayon (1878), le pronom objet après un verbe à l'impératif peut clairement être optionnellement de forme directe ou incorporée, propriété partagée par le pronom objet direct après le verbe ‘avoir’.


(1) Karamb { eañ / hoñ} .
aimons 3SGM
'Aimons-le.' Vannetais, Le Bayon (1878:51)


diachronie

Hemon (2000:§54,n2) remarque dès le moyen breton une tendance à utiliser les formes pronominales semblables aux pronoms incorporés, mais dans les dialectes du Trégor et du Léon. Comme pour le vannetais Le Bayon (1878), cette usage va de pair avec celui du pronom objet direct après le verbe ‘avoir’.

peett-an, (XVIII° siècle,BD.:254)
kelennit-ho, (breton 1846, BAZ.:84)


Distribution

négation

L'objet postverbal direct d'un impératif est incompatible avec la négation (Le Gléau 1973:19). C'est alors le proclitique qui est utilisé.


(1) /nǝ hasǝ cǝt .
na ma c'hasit ket
ne me envoyez pas
‘Ne m'emmenez pas.’ Bas-vannetais, Cheveau (2007:207)


Ternes (1970:309) remarque que dans les phrases impératives négatives à Groix, le pronom proclitique objet n'est pas non plus une option. Il y est cependant obligatoirement remplacé par une stratégie prépositionnelle (anezhañ, anezhi, anezho), forme qui n'apparaît à Groix que dans les formes négatives.


(2) /greidəše n{-oŋ / -i / -aj } /
(ne)1 croyez pas P.lui/elle/eux/elles
'Ne {le/la/les} crois pas! Groix, Ternes (1970:309)

alternative prépositionnelle

En breton moderne, les pronoms objets postverbaux d'un impératif sont en distribution complémentaire avec un objet intégré dans une préposition comme anezhañ, ou avec un pronom objet proclitique.


(1) Selaouit ac'hanon / Va selaouit.
écoutez P.moi me écoutez.
'Ecoutez-moi.' Press (1986:195)


En Pélem cependant, l'alternative prépositionnelle n'est pas possible à l'impératif, et le pronom objet d’un impératif est obligatoirement sous la forme directement postverbale (Favereau 1997:§247).


(7) Lennit -hañ
lisez -le
'Lisez-le.' Pélem, Favereau (1997:§247)


Diachronie

En moyen breton, le pronom henn est autorisé au cas direct après un verbe impératif.

(1) credet henn, moyen-breton 1530 J. p.32-b, cité dans Hemon (2000:§76)


Selon Hemon (2000:§54,(3)), dans tous les dialectes du breton pré-moderne sauf en vannetais, c'est le pronom proclitique hen, hel, her qui pouvait être utilisé avec un impératif.

(2) her c'hredit (FVR.:34, daté de 1847)

(3) hen ententit mat (SAG.:108, daté de 1869)


Le Gléau (1973:19) fournit différents relevés de corpus en breton classique et moderne.


Bibliographie

  • Cheveau, L. 2007. Approche phonologique, morphologique et syntaxique du breton du grand Lorient, PhD. Thesis.
  • Guillome J. 1836. Grammaire francaise bretonne, contenant tout ce qui est nécessaire pour apprendre la langue bretonne de l’idiome de Vannes, Vannes : J.M. Galles. Preview