Noms nus

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les noms nus sont des substantifs indéfinis singuliers comptables. Ils apparaissent sans déterminant.


(1) Biskoazh fri bras n'e-neus difetet bizaj.
jamais nez grand ne'R.3SGM-a déparé visage
'Jamais un grand nez n'a déparé un visage.' (aucun nez, aucun visage) Trégorrois, (Gros 1984:524)


(2) Eñ ne gaoz ket tamm anezhañ.
lui ne parle pas morceau P.lui
'Il ne parle pas du tout.' Moëlan, Cheveau & Kersulec (2012-évolutif:Moëlan,'hag')


Items de polarité négative

Les noms nus sont des items de polarité négative qui apparaissent sous la portée de la négation.

noms nus sous la portée de la négation

(1) Ar plac'h yaouank, ne ouie doare eus a netra, a zo souezet.
le fille jeune ne savait façon de de rien R1 est étonné
'La jeune femme, qui ne savait rien de rien, est étonnée.' Léon (Saint Pol de Léon), Milin (1922:402)


(2) N'am eus ket gwelet biskoaz pez / tra evel an dra-mañ .
ne 1SG a pas vu jamais N / chose comme le chose-ci
'Je n'ai jamais vu un être comme cet être-ci.' Trégorrois, Gros (1984:16)


(3) N' eus bet biskoaz sotez war an douar evel ma'z out-te! .
ne y.a été jamais sotte sur le terre comme C es-toi
'Il n'y a jamais eu sur la terre une sotte comme toi!' Trégorrois, Gros (1984:17)


(4) N' hon eus kavet den.
ne 1PL a trouvé personne
'Nous n'avons trouvé personne.' Standard, Kervella (2002:28)


(5) Matriona ne ouie nac'h ouzh den.
Matriona ne savait refuser à personne
'Matriona ne savait dire "non" à personne.'
Standard, ar Barzhig (1976:32)


(6) [ ɑ̃zə re tɔr də ɑ̃ni ]
aze 'rit ket tort da hani.
(ne) faites pas tort à N
'Là (au moins), vous ne portez de tort à personne.'
Vannetais (Malguénac), Le Pipec (2000:109)

nom nu avant la négation

Parfois, la négation est après le nom nu. Plusieurs noms nus peuvent être autorisés par une même négation.


(4) den ne gar den.
homme (aucun) ne aime homme
'Personne n'aime personne.' (contexte: l'amour a disparu) Callac, [S. : 11/2009]


(5) Den ne defe evañ alkol ...
homme ne devrait boire alcool
'Personne ne devrait boire ...' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)

sans négation: lecture positive

Lorsque le nom nu apparaît dans une phrase sans négation (et en zone postverbale, cf. ci-dessous), il ne signifie plus '(aucune) personne' mais 'quelqu'un'. Par exemple l'expression dont da zen, /aller à personne/, signifie 'devenir quelqu'un, devenir adulte', et non pas 'devenir personne, disparaître'.


(5) Daoust hag afer den eo an dra-se?
Q affaire quelqu'un est le chose- Standard, Menard & Kadored (2001:§'den')
'Est-ce que ça regarde quelqu'un?'

noms nus + ebet

Les noms nus peuvent normalement être modifiés par ebet (en variété B). Ces noms nus avec ebet peuvent eux-même être modifiés (x).


(x) Ma zud-kozh ne ouie poz galleg ebet.
mon2 parents-grand ne savait parole français 'any'
'Mes grand-parents ne parlaient pas un mot de français.' Riec, Mona Bouzeg


La modification par 'ebet' est en breton un test pour reconnaître les noms nus. Le quantifieur négatif 'netra' semble ainsi être un nom nu, car il peut être modifié par 'ebet'.

les noms nus en usage d'adverbes négatifs

Une liste restreinte de noms nus peuvent être utilisés comme adverbe négatif avec ne ou hep.


(x) - Mersi bras!.... - ...Ne ra tra!
merci grand ne1 fait chose
'- Merci bien!... - De rien!' Standard, fiche pédagogique Académie Rennes


(x) ne gomz diwar mann.
ne1 parle de zéro
'Il ne parle de rien.' Trégorrois, Schafer (1995:153)


On peut aussi citer avec Favereau (1997:284):

Ne welan banne (/ne1 vois verre/, 'Je ne vois rien/goutte.'),
Ne glevan takenn (/ne1 entends goutte/, 'Je n'entends absolument rien.')
hep kousket tamm (/sans dormir morceau/, 'en passant une nuit blanche')


ou kammed, avec les trégorrois Gros (1984) et ar Barzhig (1976).


(x) ar re-ze na vezont ket klañv kammed

'ceux-là ne sont jamais malades', Trégorrois, (Gros 1984:302)


(y) ...ha kammed den ne glevas komz anezhe.
... et jamais homme ne1 entendit parler de.eux
'Et jamais nul n'entendit parler d'eux.' Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:34)

Nombre

Le nom nu est plutôt repris anaphoriquement par un pronom singulier. Il existe cependant des exemples de reprise pronominale au pluriel, ce qui n'est pas heureux en français.


(1) Den ne defe evañ alkol ablamour e rankont kondui da vont d'ar gear.
homme ne1 devrait boire alcool car R doivent conduire pour aller à'le foyer
littéralement 'Personne ne devrait boire de l'alcool car #ils doivent conduire pour rentrer.'
Plougerneau, M-L. B. (04/2016)

Mots négatifs

Les noms nus peuvent être des mots négatifs, c'est-à-dire qu'il peuvent porter seuls le sens de la négation. C'est le cas d'un quantifieur négatif du type de netra, qui est un nom nu car il peut être modifié par ebet, et qui contient morphologiquement la négation.

C'est aussi le cas des noms nus qui ne contiennent pas morphologiquement de négation, sous certaines conditions.


noms nus négatifs non-marqués morphologiquement

Comme le note Schapansky (1996:183), certains noms nus sont aussi des mots négatifs et peuvent être utilisés sans la négation verbale.


Une hypothèse d'ellipse du verbe et de sa négation peut être avancée pour certaines phrases.

(1) - Van ebet!,
'Pas un geste (un signe, un mot)!', Trégorrois, Gros (1966:58)


(2) Den oa kötat de vonet d'er brezel.
personne était content de1 aller à le guerre
'Nobody was happy to go to the war.'
'Personne n'était content (d'accord?) d'aller à la guerre.'
Vannetais, Corne (1991:4) cité par Schapansky (1996:184)


Cependant, aucune ellipse de négation n'est postulable en (3), car la forme zo de la copule n'est pas syntaxiquement conciliable avec la négation préverbale.


(3) Kaer e-neus goulenn, den 'zo evid lavared netra dezan.
beau R-a demander, personne est pour dire rien à.lui
'Il a beau demander, personne ne peut rien lui dire.'
Mari Noemi an Hergoualc'h (Banaleg), Madeg (1993:35)


idiosyncrasie

Kervella (1995:§234,n.I.) notait déjà que les noms den, hini, tra, tamm, banne ont souvent un sens négatif par eux-mêmes, sans la présence de ebet. Ces noms nus qui peuvent porter un sens intrinsèquement négatif sont restreints à une liste idiosyncratique.

On peut citer den, 'personne'; gour, 'humain' ou 'chose'; hini, tra, 'chose'; banne, berad, 'contenu d'un verre', takenn, 'goutte'; tamm, 'morceau'; kammed, 'pas'; seurt, 'sorte' ...


distribution

Les noms nus en usage de mots négatifs sont strictement restreints à la position directement préverbale selon Schapansky (1996).


(4) Hañni en des gouiet a-oudé ma ou doé kavet mad en tri deloh.
N 3SG.M a su à-après si 3PL avait trouvé bon le trois truite
'No one knew since if they liked the three trout.'
'Personne depuis n'a su s'ils avaient aimé les 3 truites.'
Vannetais, Guilloux (1992:94) cité par Schapansky (1996:184)


Cependant, on en relève en position postverbale.


(5) Den (ebet) a gara den.
homme (aucun) R1 aime homme
'Personne n'aime personne.' (contexte: l'amour a disparu) Quimperlois, [D.L., A. : 11/2009]


(6) Deuz ma welan, aman oa den ouz va gedal.
à.ce que vois ici était homme à me1 attendre
'A ce que je vois, personne ici ne s'attendait à moi.' Haute-Cornouaille (Kergrist-Moëlou), Le Garrec (1901:12)

Contexte positif

En (1), un nom nu singulier est non seulement licite en contexte positif, mais il a aussi une interprétation plurielle.


(1) Lakaet em eus kordenn, gant aon ne vezo diskaret an doenn gand an avel.
mis 1SG a corde avec peur ne sera détruit le 1toit avec le vent
'J'y ai mis des cordes, de peur que le toit ne soit abattu par le vent.' Trépos (2001:§383)

à ne pas confondre

Certains noms ne prennent jamais d'articles, mais n'ont cependant pas les propriétés des noms nus.

Favereau (1997:§10) relève que "kêr, 'la ville, le village' est en opposition sémantique à la forme mutée après l'article ar gêr, 'chez soi, le "home")". kêr ne se comporte cependant pas comme un nom nu. Favereau (1997:§11) pointe que les noms de repas ne prennent pas d'article (koan, dijuni, lein, merenn...). Favereau (1997:§12) relève des exemples avec noz, 'la nuit', sans article. L'initiale en n- pourrait relever d'une fusion de l'article an, mais pas dans le cas du mot composé da serr-noz, 'à la tombée de la nuit'.


Terminologie

Le terme breton est anv noaz.


Bibliographie

  • Kervella, F. 1995 [1947].Yezhadur bras ar brezhoneg, 1947 edition Skridoù Breizh, La Baule ; 1995 edition Al Liamm.
  • Schapansky, N. 2000. Negation, Referentiality and Boundedness in Gwenedeg Breton: A Case Study in Markedness and Asymmetry, Lincom Europa, Munich.
  • Schapansky, N. 1996. Negation, Referentiality and Boundedness in Breton, a case study in markedness and asymmetry, ms thesis.

corpus

  • Gros, Jules 1974. (réed. 1984). Le trésor du breton parlé III. Le style populaire, Barr-Heol, Lannion: Giraudon, édition 1984 Brest: Emgleo Breiz - Brud Nevez, TBP.III.
  • Gros, Jules 1970. Le trésor du breton parlé I. Le langage figuré, Saint Brieuc: Les Presses Bretonnes, TBP.I.