Noms de parenté : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
('femme, femme (de)')
('parents, mes gens')
(16 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
Les noms de parenté sont globalement assez semblables à ceux du français ou de l'anglais. Ils ont aussi quelques propriétés spécifiquement bretonnes ou celtiques.
 
Les noms de parenté sont globalement assez semblables à ceux du français ou de l'anglais. Ils ont aussi quelques propriétés spécifiquement bretonnes ou celtiques.
 +
 +
 +
Il existe quelques cartes de l'[[ALBB]] qui documentent la variation dialectale des termes de parenté. Les termes de parenté sont étudiés dans leur ensemble par [[Izard (1965)]], mais sa maîtrise du breton est parfois chancelante et sous-informée de la variation dialectale.
  
  
Ligne 10 : Ligne 13 :
 
   ''henañ'' 'ainé', ''etre-henañ'', ''hanter-henañ'' 'cadet', ''gwidoroc'h'' 'benjamin, dernier né'
 
   ''henañ'' 'ainé', ''etre-henañ'', ''hanter-henañ'' 'cadet', ''gwidoroc'h'' 'benjamin, dernier né'
 
   ''[[tud]]-kozh'' 'grands-parents', ''[[mamm]]-gozh'' 'grand-mère', ''[[tad]]-kozh'' 'grand-père'
 
   ''[[tud]]-kozh'' 'grands-parents', ''[[mamm]]-gozh'' 'grand-mère', ''[[tad]]-kozh'' 'grand-père'
   ''[[eontr]], tonton, ionn'' 'oncle', ''[[moereb]]'', ''tintin'' 'tante', ''[[niz, nizez]]'' 'neveu, nièce'
+
   ''[[eontr]], [[tonton]]'' 'oncle', ''[[moereb]]'', ''tintin'' 'tante', ''[[niz, nizez]]'' 'neveu, nièce'
 
   ''[[kenderv]]'' 'cousin', ''[[keniterv, kenitervez]]'' 'cousine'
 
   ''[[kenderv]]'' 'cousin', ''[[keniterv, kenitervez]]'' 'cousine'
 
   ''[[intañv]], intañvez'' 'veuf, veuve', ''emzivad'' 'orphelin'
 
   ''[[intañv]], intañvez'' 'veuf, veuve', ''emzivad'' 'orphelin'
   ''maeronez'' 'maraine', ''paeron'' 'parrain'
+
   ''[[maeronez]]'' 'maraine', ''[[paeron]]'' 'parrain'
 
   ''tud kar'' 'parents'
 
   ''tud kar'' 'parents'
 +
 +
 +
Certains noms ont une interprétation de [[titre]] de statut social en isolation, comme ''[[bugel]]'' 'enfant', ''[[merc'h]]'' 'fille', ''[[gwreg]]'' 'femme', etc. Ceux-là ont une interprétation de noms de parenté lorsqu'ils sont accompagnés d'un [[possessif]] (''ma merc'h, bugale an ti-mañ'').
  
  
Ligne 21 : Ligne 27 :
 
=== dérivation ===
 
=== dérivation ===
  
Le calcul d'une génération en plus vers les plus jeunes (génération dite négative, ou -1, -2, -3...) s'obtient avec l'adjectif ''[[bihan]]'' ''bugale vihan'' 'petits-enfants', comme le fait l'adjectif français ''petit'' de ''petits-enfants''.
+
==== génération + 1, -1 ====
  
Le calcul d'une génération en plus vers les plus vieux (+1, 2, 3...) s'obtient avec l'adjectif ''[[kozh]]'' 'vieux'; ''tud-kozh'' 'grands-parents'.  
+
Le calcul d'une génération en plus vers les plus jeunes (génération dite négative, ou -1, -2, -3...) s'obtient avec l'adjectif ''[[bihan]]'' (''bugale vihan'' 'petits-enfants'(, comme le fait l'adjectif français ''petit'' de ''petits-enfants''.  
  
Les préfixes ''[[ad-]]'' et ''[[gour-]]'' obtiennent le calcul de deux générations en plus (+2, -2) sur le lien de parenté dénoté par leur nom base. [[Konan (2017)|Konan (2017]]:27) donne par exemple '''''ad'''vab'' et '''''gour'''vab'' 'arrière-petit-fils' en breton trégorrois de Perros-Guirrec. Le vannetais [[Le Bayon (1878)|Le Bayon (1878]]:15) donne '''''gour'''dadieu'' 'grands-parents, aïeux'.
+
Le calcul d'une génération en plus vers les plus vieux (+1, 2, 3...) s'obtient avec l'adjectif ''[[kozh]]'' 'vieux': ''tud-kozh'' 'grands-parents'. La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-574.jpg 574] de l'[[ALBB]] montre des variantes de la forme ''tad-kozh'' sur toute l'aire parlante.
  
 +
Il est accepté d'utiliser un rang +1 ou -1 pour dénoter toute la lignée ('tous les petits-enfants', ou 'tous les ancêtres').
 +
 +
 +
==== génération +2, -2 ====
 +
 +
Les 'bisaïeuls', ou 'arrière-grands-parents', et les 'arrières petits-enfants' sont les générations +2 et -2.
 +
 +
Les préfixes ''[[ad-]]'' et ''[[gour-]]'' obtiennent le calcul de ces deux générations en plus sur le lien de parenté dénoté par leur nom base.
 +
 +
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-575.jpg 575] de l'[[ALBB]] documente la variation dialectale de la traduction de ''bisaïeul''. [[Le Roux (1924-1953)]] note que la confusion est régulière avec les 'trisaïeuls', de génération +3. Une vaste partie Ouest donne des formes de ''tad kuñv''. Une bande à l'Est du domaine parlant a des formes en ''tadoù-kozh'', qui confond tous rangs en minimum +1, ou même ''tadoù'', ''tadigoù'' formes plurielles de ''tad'' 'père'.
 +
On trouve quelques formes de ''gourdad-kozh'' en vannetais. A Belle-Île-en-mer, on a ''gourdad-kuñv''.
 +
 +
Le vannetais [[Le Bayon (1878)|Le Bayon (1878]]:15) donnait '''''gour'''dadieu'' 'grands-parents, aïeux'. [[Konan (2017)|Konan (2017]]:27) donne '''''ad'''vab'' et '''''gour'''vab'' 'arrière-petit-fils' en breton trégorrois de Perros-Guirrec.
 +
 +
==== liens par mariage ====
  
 
Le préfixe ''[[lez-]]'', sur les noms de parenté, obtient les relations par remariage, comme '''''lez'''c'hoar'' 'belle-soeur', '''''lez'''vab'' 'beau-fils', '''''lez'''vreur'' 'beau-frère', '''''lez'''vamm'' 'belle-mère', '''''lez'''tad'' 'beau-père', '''''lez'''vugel'' 'enfant par remariage', '''''lez'''tud'' 'beau-parents'. Ce préfixe a par ailleurs une nuance péjorative nette dans '''''les'''anv'' 'surnom', '''''lez'''roue''.
 
Le préfixe ''[[lez-]]'', sur les noms de parenté, obtient les relations par remariage, comme '''''lez'''c'hoar'' 'belle-soeur', '''''lez'''vab'' 'beau-fils', '''''lez'''vreur'' 'beau-frère', '''''lez'''vamm'' 'belle-mère', '''''lez'''tad'' 'beau-père', '''''lez'''vugel'' 'enfant par remariage', '''''lez'''tud'' 'beau-parents'. Ce préfixe a par ailleurs une nuance péjorative nette dans '''''les'''anv'' 'surnom', '''''lez'''roue''.
  
 +
 +
== Syntaxe ==
 +
 +
=== présence du possessif ===
 +
 +
On n'a pas le même résultat si on cherche la traduction de ''C'est un fils attentionné.'', où l'item [[lexical]] dénotant le 'fils' contient obligatoirement une spécification de parenté, et la traduction de ''C'est le fils d'untel'', où la relation de parenté peut être portée par la construction possessive. Dans la carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-445.jpg 445] de l'[[ALBB]], ''C'est le fils d'untel'' est largement traduit par le nom ''[[paotr]]'' 'gars', et rarement par ''[[mab]]'' 'fils'.   
 +
 +
Les noms qui peuvent devenir des noms de parenté dans les constructions possessives sont ''[[bugel]]'' 'enfant', ''[[paotr]]'' 'gars', ''[[maouez]]'' 'femme', ''[[tud]]'' 'gens', et dans une certaine mesure ''tad-kozh'' et ''mamm-gozh''.
 +
Au fil de la variation dialectale, on a aussi ''[[gwaz]]'' dans les dialectes où il dénote un 'homme', ''[[plac'h]]'' ou ''[[merc'h]]'' dans les dialectes où ils dénotent une 'fille, jeune femme'.
 +
 +
Certains [[noms de titres]] résistent à l'interprétation de parenté sous le possessif. Le nom ''Itron'' 'dame, madame', dans une construction possessive, ne dénote pas une 'femme à qui le locuteur est marié' mais la 'Vièrge Marie' (''va Itron'', ''Breton 1698'', [[PIC.]]). Au [[vocatif]], dans ''va itron gaer'', le possessif est juste un marqueur [[hypocoristique]], comme dans le français ''ma dame'', ''ma bonne dame''. L'interprétation n'est jamais 'ma femme'.
 +
De même, ''ma Aotrou'' sera traduisible, selon les contextes, par ''mon maître'', ''mon seigneur'', ''mon suzerain'' ou ''mon Dieu''.
  
 
== Sémantique ==
 
== Sémantique ==
Ligne 37 : Ligne 70 :
 
On appelle oncle ou tante "à la mode de Bretagne" toute personne plus âgée qui appartient à la communauté sociale que l'on considère proche, pour des raisons qui peuvent être extra-familiales (tout le village, toute l'île...).  
 
On appelle oncle ou tante "à la mode de Bretagne" toute personne plus âgée qui appartient à la communauté sociale que l'on considère proche, pour des raisons qui peuvent être extra-familiales (tout le village, toute l'île...).  
  
Les hommes plus âgés, indistinctement, sont appelés ''[[eontr]]'', ou en Nord-Bigouden ''ionn'', ou encore comme à Ouessant ''tonton'' ([[Malgorn (1909)|Malgorn 1909]]). Les femmes sont appelées tante ''[[moereb]]''. Les personnes de même âge se nomment ''[[kenderv]]'' ou ''[[kenitervez]]'', ''kendirvi'' 'cousins''.  
+
Les hommes plus âgés, indistinctement, sont appelés ''[[eontr]]'' dans la partie Sud, ''tonton'' dans la partie Nord (pour Ouessant, [[Malgorn (1909)|Malgorn 1909]]). Les femmes sont appelées tante ''[[moereb]]''. Les personnes de même âge se nomment ''[[kenderv]]'' ou ''[[kenitervez]]'', ''kendirvi'' 'cousins''.  
  
  
Ligne 66 : Ligne 99 :
  
 
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-374.jpg 374] de l'[[ALBB]] montre la traduction de 'parent, des parents', donc sans [[possessif]]. On y voit aussi une large répartition d'un nom formé sur ''[[karout]]'' 'aimer' ''kar, kerent''.
 
La carte [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-374.jpg 374] de l'[[ALBB]] montre la traduction de 'parent, des parents', donc sans [[possessif]]. On y voit aussi une large répartition d'un nom formé sur ''[[karout]]'' 'aimer' ''kar, kerent''.
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (2)||O '''herent''' ||o-deus sikouret|| anezo || da ziblas.
 +
|-
 +
| || [[POSS|leur]]<sup>[[2]]</sup> parents || 3PL-[[kaout|a]] [[sikour|aidé]] || [[a|P]].[[pronom incorporé|eux]]|| [[da|de]]<sup>[[1]]</sup> [[diblas|déplacer]]
 +
|-
 +
| || colspan="4" | 'Leurs parents les ont aidé à déménager.'
 +
|-
 +
| |||||||| colspan="4" | ''Léon (Plouzane)'', [[Briant-Cadiou (1998)|Briant-Cadiou (1998]]:129)
 +
|}
  
 
=== 'homme, mari' ===
 
=== 'homme, mari' ===
Ligne 81 : Ligne 125 :
 
Avec ou sans le possessif, on relève partout les formes ''[[gwreg]]'' et ''[[maouez]]''. La forme ''gwreg'' se trouve surtout au Nord, et la forme ''maouez'' surtout au Sud, mais les deux formes sont relevées sur une aire maximale. Sporadiquement, on trouve aussi ''hini gozh''. A l'Ouest, le pluriel ''merc'hed'' se trouve en plusieurs points.
 
Avec ou sans le possessif, on relève partout les formes ''[[gwreg]]'' et ''[[maouez]]''. La forme ''gwreg'' se trouve surtout au Nord, et la forme ''maouez'' surtout au Sud, mais les deux formes sont relevées sur une aire maximale. Sporadiquement, on trouve aussi ''hini gozh''. A l'Ouest, le pluriel ''merc'hed'' se trouve en plusieurs points.
 
Comme en français, le même terme lexical est utilisé pour une 'femme mariée (à quelqu'un)' que pour une 'femme mariée à soi'.
 
Comme en français, le même terme lexical est utilisé pour une 'femme mariée (à quelqu'un)' que pour une 'femme mariée à soi'.
 +
  
 
=== 'gendre, bru' ===
 
=== 'gendre, bru' ===
Ligne 86 : Ligne 131 :
 
   [[Izard (1965)|Izard (1965]]:97):
 
   [[Izard (1965)|Izard (1965]]:97):
 
   "pour 'gendre' et 'bru', les bretons utilisent plutôt des termes correspondant à 'beau-fils' et 'belle-fille'; il existe cependant des termes particuliers, mais peu usités, pour ces deux dernières catégories parentales. Ainsi le vannetais ''dan'' dont on trouve de nombreuses variantes (''dean'', ''deuf'', ''daf'', ''def'') est tombé en désuétude, de même que le terme léonard ''gouhez'' 'bru'.
 
   "pour 'gendre' et 'bru', les bretons utilisent plutôt des termes correspondant à 'beau-fils' et 'belle-fille'; il existe cependant des termes particuliers, mais peu usités, pour ces deux dernières catégories parentales. Ainsi le vannetais ''dan'' dont on trouve de nombreuses variantes (''dean'', ''deuf'', ''daf'', ''def'') est tombé en désuétude, de même que le terme léonard ''gouhez'' 'bru'.
 +
  
 
== Horizons comparatifs ==
 
== Horizons comparatifs ==

Version du 24 août 2019 à 21:21

Les noms de parenté sont globalement assez semblables à ceux du français ou de l'anglais. Ils ont aussi quelques propriétés spécifiquement bretonnes ou celtiques.


Il existe quelques cartes de l'ALBB qui documentent la variation dialectale des termes de parenté. Les termes de parenté sont étudiés dans leur ensemble par Izard (1965), mais sa maîtrise du breton est parfois chancelante et sous-informée de la variation dialectale.


Inventaire

 an dud nevez 'les mariés, les mariées', pried 'époux, épouse', gwreg 'femme', gwaz, ozac'h 'mari'
 mamm 'mère', tad 'père, 
 krouadur, bugel 'enfant', mab 'fils', merc'h 'fille'
 breur 'frère', c'hoar 'soeur'
 henañ 'ainé', etre-henañ, hanter-henañ 'cadet', gwidoroc'h 'benjamin, dernier né'
 tud-kozh 'grands-parents', mamm-gozh 'grand-mère', tad-kozh 'grand-père'
 eontr, tonton 'oncle', moereb, tintin 'tante', niz, nizez 'neveu, nièce'
 kenderv 'cousin', keniterv, kenitervez 'cousine'
 intañv, intañvez 'veuf, veuve', emzivad 'orphelin'
 maeronez 'maraine', paeron 'parrain'
 tud kar 'parents'


Certains noms ont une interprétation de titre de statut social en isolation, comme bugel 'enfant', merc'h 'fille', gwreg 'femme', etc. Ceux-là ont une interprétation de noms de parenté lorsqu'ils sont accompagnés d'un possessif (ma merc'h, bugale an ti-mañ).


Morphologie

dérivation

génération + 1, -1

Le calcul d'une génération en plus vers les plus jeunes (génération dite négative, ou -1, -2, -3...) s'obtient avec l'adjectif bihan (bugale vihan 'petits-enfants'(, comme le fait l'adjectif français petit de petits-enfants.

Le calcul d'une génération en plus vers les plus vieux (+1, 2, 3...) s'obtient avec l'adjectif kozh 'vieux': tud-kozh 'grands-parents'. La carte 574 de l'ALBB montre des variantes de la forme tad-kozh sur toute l'aire parlante.

Il est accepté d'utiliser un rang +1 ou -1 pour dénoter toute la lignée ('tous les petits-enfants', ou 'tous les ancêtres').


génération +2, -2

Les 'bisaïeuls', ou 'arrière-grands-parents', et les 'arrières petits-enfants' sont les générations +2 et -2.

Les préfixes ad- et gour- obtiennent le calcul de ces deux générations en plus sur le lien de parenté dénoté par leur nom base.

La carte 575 de l'ALBB documente la variation dialectale de la traduction de bisaïeul. Le Roux (1924-1953) note que la confusion est régulière avec les 'trisaïeuls', de génération +3. Une vaste partie Ouest donne des formes de tad kuñv. Une bande à l'Est du domaine parlant a des formes en tadoù-kozh, qui confond tous rangs en minimum +1, ou même tadoù, tadigoù formes plurielles de tad 'père'. On trouve quelques formes de gourdad-kozh en vannetais. A Belle-Île-en-mer, on a gourdad-kuñv.

Le vannetais Le Bayon (1878:15) donnait gourdadieu 'grands-parents, aïeux'. Konan (2017:27) donne advab et gourvab 'arrière-petit-fils' en breton trégorrois de Perros-Guirrec.

liens par mariage

Le préfixe lez-, sur les noms de parenté, obtient les relations par remariage, comme lezc'hoar 'belle-soeur', lezvab 'beau-fils', lezvreur 'beau-frère', lezvamm 'belle-mère', leztad 'beau-père', lezvugel 'enfant par remariage', leztud 'beau-parents'. Ce préfixe a par ailleurs une nuance péjorative nette dans lesanv 'surnom', lezroue.


Syntaxe

présence du possessif

On n'a pas le même résultat si on cherche la traduction de C'est un fils attentionné., où l'item lexical dénotant le 'fils' contient obligatoirement une spécification de parenté, et la traduction de C'est le fils d'untel, où la relation de parenté peut être portée par la construction possessive. Dans la carte 445 de l'ALBB, C'est le fils d'untel est largement traduit par le nom paotr 'gars', et rarement par mab 'fils'.

Les noms qui peuvent devenir des noms de parenté dans les constructions possessives sont bugel 'enfant', paotr 'gars', maouez 'femme', tud 'gens', et dans une certaine mesure tad-kozh et mamm-gozh. Au fil de la variation dialectale, on a aussi gwaz dans les dialectes où il dénote un 'homme', plac'h ou merc'h dans les dialectes où ils dénotent une 'fille, jeune femme'.

Certains noms de titres résistent à l'interprétation de parenté sous le possessif. Le nom Itron 'dame, madame', dans une construction possessive, ne dénote pas une 'femme à qui le locuteur est marié' mais la 'Vièrge Marie' (va Itron, Breton 1698, PIC.). Au vocatif, dans va itron gaer, le possessif est juste un marqueur hypocoristique, comme dans le français ma dame, ma bonne dame. L'interprétation n'est jamais 'ma femme'. De même, ma Aotrou sera traduisible, selon les contextes, par mon maître, mon seigneur, mon suzerain ou mon Dieu.

Sémantique

'à la mode de Bretagne'

On appelle oncle ou tante "à la mode de Bretagne" toute personne plus âgée qui appartient à la communauté sociale que l'on considère proche, pour des raisons qui peuvent être extra-familiales (tout le village, toute l'île...).

Les hommes plus âgés, indistinctement, sont appelés eontr dans la partie Sud, tonton dans la partie Nord (pour Ouessant, Malgorn 1909). Les femmes sont appelées tante moereb. Les personnes de même âge se nomment kenderv ou kenitervez, kendirvi 'cousins.


 Izard (1965:92):
 "Tout cousin ou cousin à la mode de Bretagne de génération zéro est donc appelé kenderv, terme qui peut être utilisé également pour s'adresser à des non-apparentés de même âge [...]. Les cousins et les cousins à la mode de Bretagne de génération + 1, + 2 et + 3, ainsi parfois que les hommes non apparentés [...], plus jeunes que [[le locuteur], sont appelés 'neveu', niz. Des faits symétriques existent dans le groupe des parents féminins ; on doit cependant noter que l'emploi des termes 'tante', 'cousine' et 'nièce', dans le cadre des relations à la mode de Bretagne est moins général que celui des termes 'oncle', 'cousin', 'neveu'."


désambiguïsations

Les relations strictement intrafamiliales sont désambiguïsées par une série d'adjectifs, par exemple pour eontr 'oncle': eontr-kompez, eontr-end-eeun ou eontr prop.

Malgorn (1909) rapporte que ni eontr-kompez, ni surtout eontr-gompez ne sont utilisés à Ouessant, qui préfère tonton.


'parents, mes gens'

La notion même de 'parent', elle, se traduit un peu différemment qu'en français ou en anglais. Le nom tud, an dud 'gens, les gens', s'il est précédé d'un possessif, dénote les 'parents proches': ma zud, hon tud 'mes parents, nos parents'.


(1) Ma zud-kozh ne ouie poz galleg ebet.
mon2 parents-grand ne savait parole français aucun
'Mes grand-parents ne parlaient pas un mot de français.' Riec, Mona Bouzeg


La carte 374 de l'ALBB montre la traduction de 'parent, des parents', donc sans possessif. On y voit aussi une large répartition d'un nom formé sur karout 'aimer' kar, kerent.


(2) O herent o-deus sikouret anezo da ziblas.
leur2 parents 3PL-a aidé P.eux de1 déplacer
'Leurs parents les ont aidé à déménager.'
Léon (Plouzane), Briant-Cadiou (1998:129)

'homme, mari'

La carte 253 de l'ALBB montre la répartition dialectale de la traduction de mon mari, des maris. La forme largement la plus répandue est gwaz, gwazed. On trouve aussi den, denoù sur toute la façade Est. En vannetais, on trouve aussi boulom, et pried à Groix. On trouve une forme de type ozac'h uniquement à Peumerit-Quintin et Pleumeur-Bodou.

Selon Izard (1965:97), ozac'h traduit 'mari', mais aussi 'chef de famille' ou 'maître'. C'est un nom qui n'est pas employé avec un possessif. On le trouve dans le Catholicon du trégorrois Lagadeuc dès 1499.

En pays nord-bigouden, le terme goaz dénote un 'homme marié', mais aussi plus généralement un 'homme' (le vir latin). L'emprunt mestr au français maître traduit le français 'chef de famille'. Le 'mari' est également nommé pried (le latin conjux, 'époux') sur lequel est formé priedelez 'mariage' (Izard 1965:97).


'femme, femme (de)'

La carte 282 de l'ALBB montre la répartition dialectale de la traduction de (C'est ma) femme, des femmes (mariées). Avec ou sans le possessif, on relève partout les formes gwreg et maouez. La forme gwreg se trouve surtout au Nord, et la forme maouez surtout au Sud, mais les deux formes sont relevées sur une aire maximale. Sporadiquement, on trouve aussi hini gozh. A l'Ouest, le pluriel merc'hed se trouve en plusieurs points. Comme en français, le même terme lexical est utilisé pour une 'femme mariée (à quelqu'un)' que pour une 'femme mariée à soi'.


'gendre, bru'

 Izard (1965:97):
 "pour 'gendre' et 'bru', les bretons utilisent plutôt des termes correspondant à 'beau-fils' et 'belle-fille'; il existe cependant des termes particuliers, mais peu usités, pour ces deux dernières catégories parentales. Ainsi le vannetais dan dont on trouve de nombreuses variantes (dean, deuf, daf, def) est tombé en désuétude, de même que le terme léonard gouhez 'bru'.


Horizons comparatifs

Izard (1965:97) voit dans les trois degrés de parenté lexicalisés pour 'cousin' et 'neveu' (kenderv-niz, kevenderv-gourniz, keveniant-trede gourniz) "une organisation en classes analogues à celle du système irlandais."


Bibliographie

  • Leblic, I. 1980. Etude de la parenté dans une petite île bretonne : Molène, mémoire de DEA EHESS, Paris.
  • Izard, Michel. 1965. 'La terminologie de parenté bretonne', L'Homme nos 3-4 (juil,-déc.), 88-100.
  • Izard, M. 1963. Parenté et mariage à Plozevel, Finistère, Laboratoire d'anthropologie sociale, ronéo, 160 p.
  • Segalen, M. 1985. Quinze générations de Bas-Bretons. Parenté et société dans le Pays bigouden sud 1720-1980, Paris, PUF, 400 p.