Na bout

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le complémenteur complexe na bout, en haut-cornouaillais, réalise la conjonction d'opposition qui signifie même si, bien que.


(1) Na bout 'oa bihanoc'h 'vitoñ, eh ae dezhoñ.
C être était petit.plus que.lui R+V allait à.lui
'Bien qu'il fût plus petit que lui, il l'attaquait.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:19)


Morphologie

variation dialectale

(2) [ nɑbo 'hwe.və׀hin' aŋko'iïntšï 'britein' 'zɑmïs ]
Na bout e veuehen ankouein ket (er) Bretagne james. Guéméné-sur-Scorff, McKenna (1976-8:70)
R4 vivrais oublierai pas le Bretagne jamais
'Tant que je vis, je n'oublierai jamais la Bretagne.'


Favereau (1997:§652) mentionne la forme na bezañ. Il existe aussi une variante en nabochdou ou na bout 'zo Doue.


Syntaxe

La proposition sélectionnée par na bout peut être à l'indicatif comme au conditionnel.


(2) Na bout 'oa arru kozh, e kerzhe c'hoazh pasapl.
C être était arrivé vieux R4 marchait encore pas.mal
'Bien qu'il fût devenu vieux, il marchait encore pas mal.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:19)


(2) Na bout lârehen, ne gredehec'h ket din!
C être disais ne1 croiriez pas à.moi
'Même si je disais, tu ne me croirais pas!'
Le Scorff, E. Samedy, cité par Ar Borgn (2011:82)


Ar Borgn (2011:19) dit n'avoir trouvé que la forme bout ma, 'quoique' dans les écrits de Ernault et Guillevic.