Modifications de degré

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

La modification de degré peut s'opérer de différentes manières, en augmentant ou en atténuant le degré d'un prédicat, un adjectif, d'un adverbe...


(1) Ar c'hilhotin az ea un tammig a-skarv ...
le guillotine R allait un morceau.DIM en.biais
'La guillotine allait un peu en biais ...' Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:19)


Inventaire des modifications de degré

modification de degré d'un prédicat

(2) O! Merc'hed a oa rezounabl.
oh femmes R était raisonnablement
'Oh! Il y avait pas mal de femmes!' Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:15)


modification de degré de l'adjectif

les intensifieurs

Les intensifieurs sont: ouzhpenn, ou les préfixes tremen-, ou pase-.

(1) forz hardiz, 'très hardi', De Rostrenen (1738:52)


(2) ... Bout a oa unan er-walc'h hag a vehe bet oc'hpenn kontant da chomel...
expl R était unan assez et R serait été plus content de rester
'Il y avait bien quelqu'un qui aurait été très content de rester...' Vannetais, Ar Meliner (2009:31)


'de plus en plus'

La modification de degré progressive procède par réduplication de l'adjectif seul (koshoc'h-kosh, /vieux.plus-vieux.le.plus/, > 'de plus en plus vieux'), ou bien autour d'une préposition comme ouzh (mui-ouzh-mui, 'de plus en plus') ou de la coordination ha(g).

les atténuateurs

Les atténuateurs: dija, maniel ou les préfixes peuz- et dam-.


les modificateurs à sens contextuels

L'adverbe a-walc'h, 'assez', peut modifier le degré d'un adjectif, en l'atténuant ou en l'intensifiant selon les contextes.

modification évaluative

La modification peut avoir une dimension évaluative, par exemple avec l'adverbe re, 'trop' (re vat, 'trop bon').


modification de l'adjectif au comparatif de supériorité

Les expressions comparatives de supériorité en -oc'h peuvent aussi recevoir une modification de degré (cf. 'un peu plus', 'beaucoup plus'), mais la stratégie peut différer des celle des autres adjectifs (* un tamm mat brav eo).


(4) [ on ta 'ma:d ˌɡɥɛloh vid ar blwa pa'se:d nøz la'bu:rɛd ]
Eun tamm mad gwelloh evid ar bloaz passeet e-neus labouret.
un morceau bon mieux que le année passé a travaillé
'Il a bien mieux travaillé que l’an dernier.' Plozévet, Goyat (2012:200)


Le modifieur peut alors être séparé de l'adjectif en -oc'h. En (5), on voit le modificateur un tamm mat qui intensifie le comparatif de supériorité ponneroc'h tout en étant séparé de lui par le verbe tensé.


(5) un tamm mat e vez _ ponneroc'h ar mor er goañv eget en hañv.
un morceau bon R est lourd.plus le mer dans.le hiver que dans.le été
'La mer est bien plus dure pendant l'hiver que pendant l'été.'
Léon (Plougerneau), Elégoët (1982:13)


modification de degré de l'adverbe

Les adverbes peuvent être modifiéd par le suffixe diminutif -ig, ce qui atténue leur degré.


(1) Prestik e kroge da sevel.
tôt.DIM R4 commençait à1 lever
'Elle commençait à se lever assez tôt.' Trégorrois (Kaouenneg), ar Barzhig (1976:34)


(2) Aliezig e oa bet souezhet ...
souvent.DIM R4 était été étonné
'Il avait été assez souvent surpris...' Beyer (2009:15)


modification de degré du quantifieur

(4) Lod-kaer a vehe gwell gete chomel amañ...
certain-beau R serait mieux avec.eux rester ici
'Un bon nombre aimerait mieux rester ici.' Vannetais, Herrieu (1994:57)


modification de degré de propriété d'un nom

Les adjectifs prénominaux sont des modificateurs de degré: hanter-, 'moitié', ou kozh-, brizh-, minorisent le degré des propriétés du nom (cf. 'du à.peine-breton', 'une presque-maison', 'une mi-réussite').


Les noms pikol, pezh, malestoue ou mell ont un sens d'intensifieur de degré des propriétés du nom.


expressions de degré en pe-

Les expressions de degré en pe- sont pegen, pegement, pegeit, 'combien'. Ce sont des mots interrogatifs de degré, mais aussi des exclamatifs, qui en tant que tels intensifient le degré.

Les expressions de degré en pe- rentrent aussi dans la composition d'indéfinis, dont ceux en en bennak, 'quelconque'. Ces expressions sont obligatoirement modifiées par une relative.


(1) Kontañ a reas dezhi pegement muioc'h a labour en deveze ur pennad a oa.
raconter R fit à.elle combien plus de travail R avait un moment R y.avait
'Il lui raconta combien plus de travail il avait auparavant.'
Standard, Kervella (1947:§542)


(2) pegen ampart bennak ez eo.
combien adroit quelconque R est
'quelque adroit qu'il soit' Vallée (1980:'quelque')


les tournures avec l'adverbe ken

L'adverbe ken, 'tant', est aussi un complémenteur.


ken... (ma)

Les expressions en ken... (ma) sont obligatoirement modifiées par une relative.


ken ... reduplication

L'adverbe ken peut introduire une réitération du prédicat. Sémantiquement, cette tournure sert à insister sur le degré du prédicat adjectival.


(1) Me 'vad, emon-me, a zo nehet ken ez on nehet.
moi cependant dis-je-moi R1 est inquiet autant R4z suis inquiet
'Moi, dis-je, je suis inquiet, je suis vraiment inquiet!' Trégorrois, Gros (1984:63)


Sémantique

Plusieurs autres éléments de la grammaire pourraient être considérés comme des modificateurs de degré. Un privatif comme le préfixe di-, dis- peut être compris comme applicant un degré zéro (1). De même, un superlatif peut aussi être compris comme applicant un degré maximal.


(1) He beg 'zo 'giz 'n toull karr distañk.
son bouche est comme un trou charrette .-fermé
litt.'Sa bouche est comme une brèche de champ ouverte.'
'Elle est édentée.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:III)


Terminologie

Kervella (1947:§402) utilise le terme breton skeul-doareañ pour désigner la gradabilité propre à la plupart des adjectifs et adverbes.