Maunoir (1659) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 5 : Ligne 5 :
 
: Le père Maunoir, natif de Normandie, n'a pas parlé le breton avant ses 24 ans. Une ligne d'analyse cible sa variété dialectale comme léonarde (Guyonvarc'h 1987 dans l'''Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne'' I, p.201, [[Abalain (2004)|Abalain 2004]]:112, [[Deshayes (2013)|Deshayes 2013]]:64-65). Cependant, [[Jørgensen (2017)]] montre un ensemble de traits dialectaux incompatibles avec le léonard et pointant vers le cornouaillais.
 
: Le père Maunoir, natif de Normandie, n'a pas parlé le breton avant ses 24 ans. Une ligne d'analyse cible sa variété dialectale comme léonarde (Guyonvarc'h 1987 dans l'''Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne'' I, p.201, [[Abalain (2004)|Abalain 2004]]:112, [[Deshayes (2013)|Deshayes 2013]]:64-65). Cependant, [[Jørgensen (2017)]] montre un ensemble de traits dialectaux incompatibles avec le léonard et pointant vers le cornouaillais.
  
  Selon [[Lambert (1987b)|Lambert (1987b]]:36) et [[Vogt (2018)]], la partie de la grammaire dédiée à la syntaxe du breton est calquée sur la syntaxe latine de Johannes Despauterius, le flamand Jan de Spauter (1480–1520).
+
: Selon [[Lambert (1987b)|Lambert (1987b]]:36) et [[Vogt (2018)]], la partie de la grammaire dédiée à la syntaxe du breton est calquée sur la syntaxe latine de Johannes Despauterius, le flamand Jan de Spauter (1480–1520).
  
  

Version actuelle en date du 26 avril 2019 à 11:48

  • Père Maunoir, Le sacré college de Iesus divisé en cinq classes, ov l'on enseigne en langue Armorique les leçons Chrestiennes auec les 3. clefs pour y entrer, vn Dictionaire, vne Grammaire & Syntaxe en méme langue., imprimerie Jean Hardouyn, Quimper, 1659.


ciblage dialectal
Le père Maunoir, natif de Normandie, n'a pas parlé le breton avant ses 24 ans. Une ligne d'analyse cible sa variété dialectale comme léonarde (Guyonvarc'h 1987 dans l'Histoire littéraire et culturelle de la Bretagne I, p.201, Abalain 2004:112, Deshayes 2013:64-65). Cependant, Jørgensen (2017) montre un ensemble de traits dialectaux incompatibles avec le léonard et pointant vers le cornouaillais.
Selon Lambert (1987b:36) et Vogt (2018), la partie de la grammaire dédiée à la syntaxe du breton est calquée sur la syntaxe latine de Johannes Despauterius, le flamand Jan de Spauter (1480–1520).


à propos

  • Ar Menn, Gwennole. 1996. Les dictionnaires français-breton et breton-français du R.P. Julien Maunoir (1659), Skol.
  • Jørgensen, Anders Richardt. 2017. 'Dialect variation in Middle Breton', présentation orale New Approaches to Brittonic Historical Linguistics Symposium, DIAS, Dublin.
  • Vogt, Till. 2018. 'Early Descriptions of Lower Sorbian and Breton Syntax, The Grammar Books by Julien Maunoir and Jan Chojnan', Maria Bloch-Trojnar and Mark Ó Fionnáin (éds.), Centres and peripheries in Celtic linguistics, 143-162.


voir la liste complète des corpus anciens et gloses