M. Lincoln

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher



 M. est bilingue de naissance. Ses parents sont non-natifs, ayant appris le breton à 16 ans pour sa mère bilingue en français et à la trentaine pour son père trilingue en anglais, breton et français. Scolarité Diwan avec ses sœurs ainées brittophones – breton parlé à la maison entre elles systématiquement jusqu’à 5/6 ans, puis français. Pas de rupture de pratique. M., jeune adulte, travaille dans la langue.
   
 variation dialectale: M. décrit son breton comme hybride, de Plougerneau et standard Diwan. Elle distingue assez aisément dans son breton les variantes de Plougerneau et du standard.
 niveau de langue : M. distingue très nettement ses variantes à l'oral et à l'écrit. Elle signale explicitement une dévaloriation du standard Diwan ("diwaneg") face à d'autres variétés, tout en s'en réclamant.


Elicitations

Portrait grammatical

Accord

M. a de façon consistante et persistante à travers le temps un accord riche optionnel avec un sujet postverbal, même lorsque la phrase contient une reprise pronominale plurielle. Ceci est vrai dans les phrases négatives comme positives.

(1) Niverus eo/int {an dud / ar razhed / ar per }.

(2) Ne zisoñj_ ket {an dud / al logod } piv eo o enbour., M. Lincoln (05/2015)

(3) Laouen eo/int al logod gant o pred., M. Lincoln (05/2015)

(4) N'{eo / int} ket chalet al logod gant {* e, √ o} fourmaj laezh!, M. Lincoln (05/2015)


Les sujets préverbaux devant la négation déclenchent sans exception un accord riche, conformément à la situation en standard.

(5) Al logod n'{* eo / √ int } ket aet war o c'hiz., M. Lincoln (05/2015)

Lexique

Le lexique de M. ne contient pas les formes logodennoù, perennoù. M. a saladennoù', mais pas *salad, toennoù mais pas *to.

M. a la triplette blev, blevenn, blevennoù, qui n’ont pas été testés lors de la première élicitation (M. Lincoln 05/2014) mais lors de la deuxième (M. Lincoln 06/2014b). Les faits d'accord sont variants:

(1) Niverus int ar blev war penn ma c'hoar. (cf. système d'accord de la locutrice)

(2) Ar blev ne zisoñj_(/*-ont) ket piv eo e(/* o) enebour.


Noms réellement collectifs: plant, stered, fubu.


M. n’a pas la distinction de genre sur egile (mais elle sait que ce serait la règle standard).

(2) Ar blevennoù a gouezh an eil war-lerc'h egile/* eben.


Pas de pluriel an eil (re)war-lerc’h ar re all, sauf en fin d’élicitation (refxxx- 1 ou 2°), sans doute par habituation. L'année suivante, la locutrice résiste au singulier mais pas au pluriel.

Adverbe

Adverbe distributif : unan hag unan à l’oral, et a-hiniennoù seulement à l’écrit.


ebet

Contrairement à la règle standard, M. autorise ebet, 'aucun' avec les noms collectifs, qu’ils soient avec ou sans singulatif.

mutations

(14) Laouen int al logod gant {* o fred, √ o pred}.

ordre des mots

M. a les ordres SVO et les VAuxSO en out of the blue, en structure informationnelle plate.

phrases glanées

kemer ar valeiñ, 'prends le balai'. M. Lincoln (06/2014a)