Linguistique générative : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
(Bibliographie)
Ligne 1 : Ligne 1 :
 
La ''grammaire générative'' est une grammaire dont le but est de produire les règles qui produisent (génèrent) les phrases grammaticales d'une langue donnée, et seulement ces phrases grammaticales.
 
La ''grammaire générative'' est une grammaire dont le but est de produire les règles qui produisent (génèrent) les phrases grammaticales d'une langue donnée, et seulement ces phrases grammaticales.
  
C'est donc une grammaire qui doit pouvoir prédire quelles phrases sont grammaticales dans une langue, mais aussi quelles phrases ne sont pas grammaticales dans cette langue. La grammaire générative essaie en cela de modéliser la [[compétence]] d'un locuteur natif.
+
C'est donc une grammaire qui doit pouvoir prédire quelles phrases sont [[grammaticales]] dans une [[langue naturelle]] donnée, mais aussi quelles phrases ne sont pas grammaticales dans cette langue. La grammaire générative essaie en cela de modéliser la [[compétence]] d'un locuteur natif.
  
 
La grammaire générative a pour but de formaliser les intuitions des locuteurs natifs telles que produisant les données.  
 
La grammaire générative a pour but de formaliser les intuitions des locuteurs natifs telles que produisant les données.  
Cette grammaire ne s’intéresse donc pas aux règles normatives du breton, que ce soit d'un dialecte particulier ou du standard. Ce n'est pas une grammaire normative.
 
  
C'est une grammaire descriptive, puisqu'elle considère les données qui existent dans cette langue et s'appuie sur des généralisation empiriques.
 
  
C'est une grammaire comparative, puisque ses formalisations ont pour but de pouvoir comparer les variantes linguistiques entre elles, dégager les invariants et les zones de variation. C'est dans cette perspective comparative que la grammaire générative s'intéresse à la [[variation dialectale]] et à la [[typologie]].
+
Cette grammaire ne s’intéresse donc pas aux règles ''normatives'' du breton, que ce soit d'un dialecte particulier ou du standard. Ce n'est pas une grammaire normative.
  
 +
C'est une grammaire ''descriptive'', puisqu'elle considère les données qui existent dans cette langue et s'appuie sur des généralisation empiriques.
  
 +
 +
C'est une grammaire ''comparative'', puisque ses formalisations ont pour but de pouvoir comparer les variantes linguistiques entre elles, dégager les invariants et les zones de variation. C'est dans cette perspective comparative que la grammaire générative s'intéresse à la [[variation dialectale]] et à la [[typologie]].
 +
 +
 +
== méthodologie ==
 +
 +
 +
Puisque le but est aussi de pouvoir prédire quelle phrase n'est jamais grammaticale dans une langue donnée, la grammaire générative a besoin de données qui excèdent ce qui se trouve dans les [[corpus]], où par définition on ne trouve pas les phrases agrammaticales. Les limites possibles des structures sont aobtenues par des séances d'[[élicitation]], où des locuteurs natifs confirment les statuts de grammaticalité des phrases.
 +
  
 
[[Category:fiches|Categories]]
 
[[Category:fiches|Categories]]

Version du 4 décembre 2012 à 09:32

La grammaire générative est une grammaire dont le but est de produire les règles qui produisent (génèrent) les phrases grammaticales d'une langue donnée, et seulement ces phrases grammaticales.

C'est donc une grammaire qui doit pouvoir prédire quelles phrases sont grammaticales dans une langue naturelle donnée, mais aussi quelles phrases ne sont pas grammaticales dans cette langue. La grammaire générative essaie en cela de modéliser la compétence d'un locuteur natif.

La grammaire générative a pour but de formaliser les intuitions des locuteurs natifs telles que produisant les données.


Cette grammaire ne s’intéresse donc pas aux règles normatives du breton, que ce soit d'un dialecte particulier ou du standard. Ce n'est pas une grammaire normative.

C'est une grammaire descriptive, puisqu'elle considère les données qui existent dans cette langue et s'appuie sur des généralisation empiriques.


C'est une grammaire comparative, puisque ses formalisations ont pour but de pouvoir comparer les variantes linguistiques entre elles, dégager les invariants et les zones de variation. C'est dans cette perspective comparative que la grammaire générative s'intéresse à la variation dialectale et à la typologie.


méthodologie

Puisque le but est aussi de pouvoir prédire quelle phrase n'est jamais grammaticale dans une langue donnée, la grammaire générative a besoin de données qui excèdent ce qui se trouve dans les corpus, où par définition on ne trouve pas les phrases agrammaticales. Les limites possibles des structures sont aobtenues par des séances d'élicitation, où des locuteurs natifs confirment les statuts de grammaticalité des phrases.