Les intensifieurs

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les intensifieurs sont des modificateurs de degré qui augmentent le degré préexistant de l'élément qu'ils modifient. Il existe plusieurs stratégies pour intensifier le sens d'un adjectif, d'un participe passé ou d'un adverbe.


(1) Lies mat da vintin m'o c'hav kej-mej en ur gwelead.
souvent bien de1 matin moi les trouve mêlés dans un litée
'Je les trouve bien souvent [enlacés] dans le même lit au matin.'
Vannes, 1790 (MG.:202), cité dans Menard (1995:§ gwelead)


Les pendants des intensifieurs sont les atténuateurs.


Intensifieurs par reduplication

Un des moyens disponibles en breton pour l'intensification d'un prédicat ou d'un adverbe est la reduplication simple, ou autour d'un diminutif (prestik-prest, 'très bientôt', Favereau 1997:§233).


suffixes intensifieurs de prédicats

 Favereau 1997:§232) cite: 
 -brutal, -abominabl, -minabl, -afreus, -sovaj.
 
 Gros (1984:45) cite:
 minabl, abominabl, disañs, spontuz, euzuz, maleürus, eston, kurius, kruel, kenañ,
 daonet, mik, mouèk, moust, achu, du, ruz, da-vad, da-vat, kaer, tre.
 
 De Rostrenen (1738:52):
 hardiz bras, hardiz cals, hardiz terrupl, hardiz horrupl...


-abominabl

(1) Frammet-abominabl eo!
bâti-abominable est
'Il est formidablement charpenté!' Trégorrois, Gros (1984:30)


-kaer

Le suffixe -kaer'' modifie en l'intensifiant le degré des adjectifs. Favereau (1997:§232) donne aussi prest-kaer, 'fin prêt' et mat-kaer, 'fort bien'.


(1) prest-kaër da zigont
prêt-beau à1 arriver
'sur le point d'arriver.' Haut-cornouaillais (Riec), Bouzeg (1986:27)


On le trouve aussi en modification d'adverbe. Favereau (1997:§232) donne aussi diouzhtu-kaer, 'à l'instant même'.


(2) Fourlichou, hi ivez, a spias a-benn-kaer Leich.
Fourlichou elle aussi R1 aperçut tout.de.suite-très Leich
'Fourlichou, elle aussi, aperçut tout de suite Leich.' Vannetais, Ar Meliner (2009:35)


... ou de quantifieur. Favereau (1997:§232) donne aussi nebeut-kaer, bihan-kaer, 'fort peu'.


(3) Lod-kaer a vehe gwell gete chomel amañ...
certain-beau R serait mieux avec.eux rester ici
'Un bon nombre aimerait mieux rester ici.' Vannetais, Herrieu (1994:57)


-kruel

(4) Brao kruel eo.
beau cruel est
litt. 'C'est cruellement beau.'
> 'C'est très beau.' Le Berre & Le Dû (1999:91)


-mat

(1) [ kujõ mat / biw mat / tɥɛmadØ ]
kouilhon-mat bev-mat toemm-mat eo
couillon-bien vivant-bien chaud-bien est
'bien couillon / bien vivant / il est bien chaud.' Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:13)


(2) Peder eur kousked, d’un den skuizh, a zo berrik-mat.
quatre heure sommeil à'un humain fatigué R est court.DIM-bien
'Quatre heures de sommeil sont bien courtes pour un homme fatigué.' Vannetais, Herrieu (1994:215)


(3) E vab a zo frammet-mat ivez!
son1 fils R est bâti-bien aussi
'Son fils aussi est bien bâti.' Trégorrois, Gros (1984:30)


-meurbet

De Rostrenen (1738:52) signale la forme meurbet dans hardiz meurbet, et il ajoute que cette forme meurbet pour 'grandement', est inusitée à Vannes.


-spontus

(z) Resevet mad spontus e-noa _ ahanon, [...].
reçu bien terrible R-avait.3SG (reçu bien terrible) P.moi
'Il m'avait très bien reçu, [...].' Uhelgoat, Skragn (2002:22)


-hardi

(y) Hennez a oa eur paotr chentil hardi.
celui.ci R était un gars gentil hardi
'C'était un gars vraiment gentil.' Uhelgoat, Skragn (2002:27)


-sovaj

Le suffixe adjectival -sovaj est un emprunt transparent au français. Il modifie en l'intensifiant le degré d'un adjectif.


(3) N'eo ket pell-sovaj.
ne'est pas loin-extrêmement
'Ce n'est pas particulièrement loin.' Favereau 1997:§232)


-kalz

De Rostrenen (1738:52) note des formes d'intensification de l'adjectif par placement de kalz après l'adjectif, comme hardiz cals, 'très hardi'


-klapez

(1) Ha me d'an daoulamm, diarc'henn-klapez d'ar waremm. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:14)
et moi de1'le deux.saut sans.soulier-bien de1'le 1garenne
'Et je courrus vite-fait pieds-nus à la garenne.'

préfixes intensifieurs de prédicats

gwall-

Le préfixe gwall- est un intensifieur.


(1) Skuizh on. Ur gwall eostiñ zo bet.
fatigué suis un INT moisson R y.a été
'Je suis fatigué. On a eu de sacrées moissons.'
FHAB. (1908:285), cité dans Le Gléau (1973:44)


kozh-

Kozh devant un nom peut être soit l'adjectif prénominal soit le préfixe kozh-.

Le Dû (2012:45) distingue deux prononciations: l'intensifieur /koz/ et l'adjectif non-péjoratif prénominal /kóz/.


  • e hoz tarkaz, 'un vieux filou (litt. un vieux matou)', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)
  • goz bisiklêt, 'un vieux vélo', Le Dû (2012:45)


tremen-, pase-

Les préfixes tremen- et pase- agissent sémantiquement sur la borne de fin d'une action en insistant sur son antériorité dans le temps. Pour les états, l'équivalent de l'antériorité de la borne de fin est le dépassement du degré maximal caractérisant cet état.


(2) A: - Fichet e oa ar plac'h nevez?
apprêté R était le fille nouveau?
B: - O, n'eo ket fichet e oa! Pase fichet e oa.
Oh, ne est pas apprêté R était passé apprêté R était
'La mariée était bien habillée? Oh! pas "bien habillée"! Plus que ça.'
Léon, Fave (1998:135)


bras-

(3) Bet e oa ar vleunienn-se kaer gwechall; bremañ, avat, edo bras-disec'het...
été R était le fleur-ci beau autrefois maintenant, cependant était grand-des.séché
'Cette fleur avait été belle autrefois; elle était cependant maintenant complètement desséchée.'
Standard, Kervella (1933:58)


forzh

Forzh est un adverbe modificateur de degré.

De Rostrenen (1738:52) note que forz précède l'adjectif qu'il intensifie. Il donne forz abyl 'très docte', forz vras 'très grand', forz hardiz 'très hardi'.


sapre-/sakre-

(4) sapré itourdi, 'sacré étourdi!', ou e sakré hwill!, 'un sacré malin!', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:45)


lastez-

(5) ... ul lastez aon em oa outañ. Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1985:34)
un sapré peur R.1SG avait de.lui
'...j'avais une sapré peur de lui.'

Noms intensifieurs

Les noms intensifieurs sont pezh, pikol, mell et malestoue. Ils prennent des marques de pluriel en -où prototypiques des noms. Leur usage rappelle celui des quantifieurs en ce qu'ils peuvent quantifier sur des noms massiques.


Le nom tra semble aussi avoir grammaticalisé en un intensifieur enclitique, sans doute à partir de ha tra.


(1) ...ne welomp nemet gwinizhegi bras, berrik-tra an ed enne ha treut...
ne1 voyons seulement blé.champs grand court.DIM-chose le blé dans.eux et maigre
'...nous ne voyons que de grands champs de blé, aux céréales très courtes et maigres.'
Vannetais, Herrieu (1994:80)

Adverbes intensifieurs

Doue

En haut-cornouaillais, Bouzeg (1986:27) donne le nom adverbial Doue comme intensifieur de prédicat:

 ingal Doue, 'tout le temps'
 memes mod Doue, 'tout à fait pareil'
 heñvel Doue deus e dad, 'tout à fait ressemblant à son père'
 'ser geipal Doue, 'en courant à toutes jambes'


holl

(1) Ret-holl eo din e gavout.
obligé-tout est à.moi le1 trouver
'Il faut absolument que je le trouve.' Standard, Kervella (2001:21)


(2) [[Re bell ] holl] eo evit ma 'z afen war va zroad.
trop loin tout est pour que R aille sur mon pied Standard, Kervella (1995:§502)
'C'est (bien) trop loin pour que j'aille à pieds.'


Intensifieurs lexicalement spécialisés

Certains items lexicaux sont spécialisés pour l'intensification d'un prédicat en particulier. Ils sont lexicalement spécialisés.


(1) Tomm-gor e oa an noz.
chaud-canicule R était le nuit
'La nuit était torride.' Standard, Drezen (1990:11)


(2)a. Ar berradou dour [...] a rae d' an aer beza yen-sklas.
le gouttes eau R faisait à le air être froid-intensifieur
'Les gouttes d'eau [...] rendaient l'air glacial.' Léon, Kerrien (2000:8)


(2)b. Ma zud a veze souezhet dezhoñ bout yen sklas.
mon parents R était étonné à.lui être froid intensifieur
'Mes parents étaient surpris qu'il soit gelé.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:65)


(3) Brema-zouden ez eot a-dreñv, pe me a roio eun ognad deoh-hu!
maintenant-intensifieur R allez en.arrière ou moi R donnerai un marron à.vous-vous
'tout-à-l'heure vous allez reculer (décamper), ou bien je vous donnerai un marron!.' Trégorrois, Gros (1984:26)


(4) tiɥɛl dal mɛw dal.
teñvel dall mezv dall
sombre aveugle saoul aveugle
'très sombre / complètement saoul.' vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:15)


(5) jøãk flam ɟɥɛnkan tjɔmru tɥɛmskawt.
yaouank flamm gwenn kann tomm ruz tomm skaot
jeune flamme blanc éclatant chaud rouge chaud brûlant
Vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:15)


Distribution

On trouve des ordres de mots où l'intensifieur, fortement accentué, est séparé de l'adjectif dont il intensifie le degré.


(1) Eston oa mad _ , Euzuz eo c'hwero _ , Minabl eo kreñv _ .
étonnant était (pro) bon _ terrible est (pro) amer _ INT est (pro) fort _
'C'était étonnamment bon, C'est terriblement amer, C'est formidable comme il est fort!' Trégorrois, Gros (1974:141)


Il ne s'agit cependant pas d'adverbes de phrase: la lecture n'est pas * 'Il était étonnant que ce soit bon', *'C'est terrible que ce soit amer', ou * 'C'est formidable qu'il soit fort'.


Bibliographie