Les articles

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les articles en breton sont an, al, ar pour l'article défini et un, ul, ur pour l'article indéfini. Les articles font partie de la classe des déterminants.


(1) Anmañ ar c'hourrier a vez kavet da zeizh eur.
ici le courrier R est trouvé à1 sept heure
'Ici le courrier est distribué à 7h/ils livrent le courrier à 7h.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


Morphologie

La distribution de la consonne (-n, -l, -r) dépend des règles phonologiques d'un dialecte donné, et ne change jamais le sens de l'article.

La morphologie alterne donc principalement sur la voyelle, avec deux bases vocaliques: [ ɑ̃ , ɑ ] (an, al, ar), vs. [ ə / y ] (un, ul, ur).

Traditionnellement, cette alternance duale est considérée comme un marqueur de la définitude du nom qui les suit:


an ti, un ti
'la maison', 'une maison'

Les articles ne portent pas de suffixe de genre de genre, ni de nombre.

Par contre, leurs spécifications abstraites de genre et de nombre sont décelables dans le type de mutation consonantique qu'ils peuvent provoquer sur le nom qui les suit. Par ailleurs, l'article indéfini un, ul, ur n'a pas de réalisation devant les noms pluriels et est donc restreint aux contextes du singulier.


variation dialectale

dans la consonne finale

  • En standard, la consonne finale de l'article est [ n ] devant [ n, d, t, h ] ou une voyelle; [ l ] avant [ l ] ; et [ r ] partout ailleurs.
  • En trégorrois de Plougrescant, la forme terminée par une nasale ([ n ]) apparaît devant les noms commençant par t, d ou une voyelle.

"Devant les noms commençant par une consonne autre que t- ou d-, l'article disparaît après finale vocalique [...] dans les autres positions il se réalise e" (Le Dû 2012:42).


(5) Mẽ wié (e) tœjé mœdœsin.
moi savais R4 viendrait médecin
'Moi, je savais que le médecin viendrait.'
Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:107)


(6) e bèrn labour-zé, 'ar bern labour-se'

le tas travail-ci
'ce tas de travail', Trégorrois (Plougrescant), Le Dû (2012:41)


La forme de l'article en -r "n'est utilisée que dans un style solennel [...] elle n'apparaît presque jamais dans le langage courant." (Le Dû 2012:43).

L'opposition défini/indéfini ne s'observe que pour certains noms monosyllabiques (Le Dû 2012:43).


  • En haut-cornouaillais (Riec, Bouzeg 2012, c.p.), cette consonne est :
[ m ] devant [ b, m, p ] ,
'm bloaz, 'm mare, 'm pôt
'l'année, le temps, le garçon'
et [ n ] devant [ d, g, h, t, v ] et les voyelles.
'n deiz, 'n gwez, 'n heol, 'n tad, 'n arat, 'n oad, 'n ui
'le jour, l'arbre, le soleil, le père, le labourage, l'âge, l’œuf'
Selon Bouzeg (1986:25), on entend un [ r ] "atténué" devant [ l ]
'r loar, 'r levr


On trouve aussi [ n ] devant [ g ] à Saint-Yvi.


(5) N’oun ket hann ema chomet haoñ ba'n ger.
ne'sais pas si est resté lui à le maison
'Je ne sais pas s'il est resté à la maison.'
Cornouaillais (Saint-Yvi), German (2007:174)


  • Dans la vallée du Scorff, on trouve des exemples de ar devant une voyelle.


(1) Tec'het 'neus kuit dirak ar eontroù-kordenn.
enfui a parti devant le oncles-corde
'Il s'est échappé devant les gendarmes (les tontons à corde).'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:38)


On trouve aussi une finale en n devant [X], que Ar Borgn (2011:76) relève comme un trait du bas-vannetais, et devant un [w].


(2) C'hwi 'zo c'hwi un c'hwil. / An wiz a zozva.
vous est-vous un loustic le truie R pond
'Toi, tu es un loustic.'/ 'La truie pond.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:76, 108)


  • On trouve [r] devant une liquide ([l]) en vannetais:


(5) [ bødepət a mə yɛ bɛmdø a: mam belo dər labur ]
bout eh eus bet ha me 'yae bemdez àr ma belo d'ar labour.
être R est été que moi allait chaque.jour sur mon vélo à le travail
'Il fut un temps où j'allais tous les jours au travail à vélo.' Bas-vannetais (Kistinid), Nicolas (2005:51)


(6) Un arrest a ra Alan kent digor kloued ar liorzh.
un arrêt R fait Alan avant ouvrir barrière le jardin
'Alan s'arrête avant d'ouvrir la barrière du jardin. Vannetais, Ar Meliner (2009:105)


L'absence d'accommodation de consonne finale en vannetais est ancienne. En 1499, le voyageur allemand Arnold von Harff rapporte dans son glossaire la forme notée honoreck 'une femme', avec un article en /n/ final (cf. ur wreg).


dans la réalisation de la voyelle

  • En Goëlo, Koadig (2010:25) note que pour certains locuteurs, il n'existe qu'un seul paradigme d'articles, dont la consonne fluctue.
 "Tud 'zo ne lakaont kemm ebet etre ar gerioù-mell strizh hag ar re amstrizh hag ober a reont koulz gant ër pe eur, ën pe eun, ë pe eu.
 Darn all a laka kemm evel m'eo merket e-barzh en Atlas Yezhoniel met hep na vehe reizhiadek."
 

Dans certains de ses exemples, l'article semble même absent.


(4) Mè zèll dë gê _ poñnt.
moi regarde P P ø pont
'Je regarde le pont.' Goëlo, Koadig (2010:48)


Avezard-Roger (2007:40, fn38) note des exemples en Centre Bretagne (Duault) et en Cornouaille (La Forêt-Fouesnant) où la distinction défini/indéfini n'est pas réalisée sur l'article (et l'article n'est parfois pas réalisé du tout).


(5) [ wa n øʁt ]
était def-indef noce
'C’était la noce.' Duault, Avezard-Roger (2007:40)


(6) [ wa vjɛ†X a wa m pot ]
était fille et était def-indef garçon
'Il y avait la fille et il y avait le fils.' La Forêt-Fouesnant, Avezard-Roger (2007:40), Avezard-Roger (2004a:123)

mutation

L'article peut provoquer une mutation sur un nom féminin singulier ou masculin pluriel.

Ces mutations sont sujettes à des variations dialectales dans leur réalisation (voir par exemple la carte 302 de l'ALBB, '(Dites la) vérité', où l'initiale de gwirionez, 'vérité' oscille entre v, w et u).


accentuation

Les articles définis et indéfinis ne se comportent pas de la même manière pour l'accentuation. L'article défini n'est généralement pas accentué (Hemon 1995:§282), alors que l'article indéfini est souvent traité comme la première syllabe du groupe nominal pour le système accentuel (Hemon 1995:§281, Gros 1984:178, 141).


 Gros (1984:178):
 "En Trégor, eun, eur, eul ne forme qu'un seul mot avec le nom qui le suit et, lorsque ce dernier n'a qu'une syllabe, l'accent tonique tombe sur l'article indéfini.
 
 eun ti, accentué: eun ti; 'une maison'
 eur harr, accentué: eur harr; 'une charrette'
 
 Cet accent tonique est encore plus fort lorsque l'article indéfini est employé emphatiquement, avec un sens exclamatif, comme il l'est fréquemment en trégorrois parlé.
 
 Hennezh zo eur gwaz, me lavar dit!; 'C'en est un homme fort, celui-là, je t'assure!'
 [...]
 
 Avec les substantifs de plusieurs syllabes, c'est le substantif qui porte l'accent tonique."


On observe une variation dialectale dans cette accentuation. Tout d'abord, dans les dialectes comme le vannetais où l'accentuation n'est pas sur la pénultième mais en fin de groupe, on ne peut pas voir si l'article indéfini est ou non considéré comme faisant partie du groupe pour l'accent.

Dans la carte 202 de l'ALBB, on voit que l'accentuation de l'article indéfini devant le monosyllabique had/gad, 'lièvre' est très répandue hors de l'aire vannetaise, mais cependant pas systématique.


Syntaxe

noms propres

Les noms propres de fonction sont précédés de l'article, sauf lorsqu'ils sont au vocatif ("en apostrophe", Hingant 1868:132).

'monsieur le recteur', ann aotrou person
'monseigneur l'évèque', ann otro 'n eskop
'madame', ann itron
Hingant (1868:132)


modification

Hingant (1868:132) note que les relatives restrictives complément du nom ne provoquent pas la disparition de l'article. La présence d'un adjectif modificateur n'a pas non plus d'impact.

ann tog plouz hoc'h euz gret d'in (*ø tog plouz hoc'h euz gret d'in)
'le chapeau de paille que vous m'avez fait'


l'indéfini un, ul ur et le cardinal unan

Le cardinal unan, lorsqu'il suit un nom, apparaît sous la forme un, ul ur (un aval, 'une pomme' mais * unan aval).


Unan peut aussi être précédé de un, ul, ur, il réalise alors un minimiseur.


(2) Mat, Per, n'o doa ket frigaset un unan zoken.
bien, Per ne'3PL avait pas écrasé un un même
'Bien, Per, ils n'en avaient pas écrasé la moindre (pas même une motte). ' Léon, Abeozen (1986:59)


l'indéfini un, ul ur devant un duel ou un pluriel

L'article singulier est disponible devant un duel ou devant un nom collectif, malgré le fait que les collectifs soient syntaxiquement pluriels. Rezac (c.p.) note aussi que un, ul, ur se trouve aussi devant des pluriels comme ur geriennoù bennak (cf. Kergoat & al. 1989:41, Favereau 1997:§36).


(3) Eun daoulagad glaz, eur bleo bloundin, en eur ger tra pep tra evit plijout d'eun aotrou a renk uhel !
un 2.œil bleu/vert un chevelure blond en un mot chose chaque chose pour plaire à'un monsieur de rang haut
'Des yeux clairs, une chevelure blonde, en un mot tout pour plaire à un gentilhomme.'
Léon (Bodilis), Ar Floc'h (1922:347)


Doublement d'article

devant un adjectif

L'article défini est parfois doublé devant un adjectif superlatif. Il est possible qu'il s'agisse, dans les cas de doublement de l'article, d'une substantivisation de l'adjectif superlatif qui est ensuite placé en apposition du nom (cf. la maison, la plus grande du bourg).

Le trégorrois Leclerc (1986:130) signale et désapprouve cette forme de doublement ("on dit moins bien en répétant").


(4) an ti (ar) brasañ er vourc'h
le maison le grand.le.plus dans.le bourg
'la maison la plus grande du bourg' Bas-vannetais, Nicolas (2005:22).


(5) an hini (ar) goshañ
le N1 le vieux.le.plus
'la plus vieille' Bas-vannetais, Nicolas (2005:22).


Ces doublements devant l'adjectif existent en français (la maison la plus vieille), et sont comme en breton restreints aux superlatifs.

En contraste, des doublements du déterminant devant tout adjectif sont aussi documentés en hébreu, en arabe (Ouhalla 2009) ou en grec moderne.


devant un titre

En breton, l'article peut précéder les noms aotrou et itron ('monsieur' et 'madame') lorsqu'ils ne sont pas au vocatif. Les titres doubles obtiennent donc un effet de doublement: an aotrou an eskop (/le monsieur l'évèque/, 'monseigneur l'évèque').


devant un numéral

Il est possible d'avoir un article défini suivi d'un article indéfini. Le premier est imposé ici par le démonstratif discontinu an.... -se. Le second est imposé par la règle qui remplace le cardinal 1 unan par un, ul, ur lorsqu'un nom le suit directement.


(1) Degas an ur mein ha tregont -se din.
envoie le un roche & trente -là à.moi
'Amène-moi ces trente et une roches.' Léon/Standard, M. Lincoln (07/2016), c.p.


Absence d'article

Certains noms apparaissent sans aucun article dans des environnements syntaxiques particuliers.


dépendant possesseur direct

L'article n'apparaît jamais lorsque le nom a un dépendant possesseur direct (état construit).


(3) Roi ø fest ar vaz
donner fête le bâton
'litt. donner la fête du bâton.' > 'frapper', Le Berre & Le Dû (1999:35)


(4)a. ø penn ma biz (*ar penn ma biz)
extrémité mon doigt
'l'extrémité de mon doigt'
(4)b. ø moger al liorz (*ar voger al liorz)
mur le jardin
'le mur du jardin'
(4)c. ø tog Iann (*ann tog Iann)
chapeau Yann
'le chapeau de Iann' Hingant (1868:132)


même avec démonstratif

Les démonstratifs sont analytiques en breton et débutent par un article défini. Un dépendant possesseur, complément direct du nom, implique la disparition de cet article défini.


(5) an dour-se

'cette eau'

(6) ø dour lous-mañ ar gêr

_ eau sale-ci la ville
'l'eau sale de la ville'


indéfinis pluriels (sans bennak)

Les indéfinis pluriels ne prennent normalement pas d'article.


(2) Staga ø boutonou
attacher boutons
'litt. attacher des boutons.'
> 'faire traîner le travail (comme le tailleur est supposé faire)'
Le Berre & Le Dû (1999:41)


Cependant, lorsque le nom est suivi de bennak, 'X quelconque, quelque X', l'article indéfini peut apparaitre avec un nom pluriel (eun deiziou bennak, breton de 1911, SKRS.:p.169 cité par Hemon 2000:§88).


comptables; noms nus

Les noms singuliers comptables sans déterminant sont des noms nus.


X pe Y

Ci-dessous, l'article n'apparaît pas devant les noms pik et bran. La lecture semble être celle d'un indéfini singulier.


(4) ø Pik pe ø vran ne hwito ked da gonta.
pie ou1 corbeau ne manquera pas de1 conter
litt. 'Pie ou corbeau ne manquera pas de raconter.' > 'Quelqu'un vendra bien la mèche.'
Le Berre & Le Dû (1999:56)


'en robe'

Gourmelon (2014:127) note que certaines expressions caractérisant quelqu'un par son ou ses habits montrent une absence d'article. L'habit est alors sémantiquement "symbole d'un âge, d'une origine, d'un état".


(1) Soñj 'm eus eus da dad, sae gantañ c'hoazh. / Ur sae lous a oa gantañ.
mémoire 1SG a de ton1 père robe avec.lui encore un robe sale R1 était avec.lui
'Je me souviens de ton père encore en robe (-de trois ans)', vs. 'Il avait une robe sale'
Gourmelon (2014:127)


On trouve la même opposition en français (Elle sortait en cheveux (* sales), un religieux en robe (* sale)). L'absence d'article y est parfois datée, et n'est pas obligatoire partout (Nul n'est besoin de porter chapeau pour entrer., mais Elle portait le bonnet à ravir).

adjectif comparatif antéposé

Un adjectif comparatif de supériorité antéposé au nom provoque la disparition de l'article.


(3) Lan a lavar d'e vab rei peoc'h gant aon da zigeri brasoc'h gouli e kalon an tad koz.
Lan R dit à'son1 fils donner paix avec peur de1 ouvrir grand.plus blessure dans coeur le père vieux
'Lan dit à son fils de se taire de peur d'ouvrir plus grand la blessure dans le coeur du grand-père.'
Cornouaille (Pleyben), Ar Floc'h (1950:71)


(4) N'am-eus ket bet anavezet morse gwasoh c'hoantuzenn.
ne1'R.1SG a pas eu connu jamais pire envieuse
'Je n'ai jamais connu de pire envieuse.' L'Hôpital-Camfrout, Le Gall (1957:'c'hoantuzenn')

incorporation dans les expressions

Dans les expressions verbales, où le nom n'est pas comptable, ce sont plausiblement des noms incorporés sémantiquement à la tête verbale.


(1) Rei ø bronn d'ar bal
donner sein à le pelle
'litt. donner le sein à la pelle.' > 'se la couler douce, faire une pause', Le Berre & Le Dû (1999:39)


(2) C'hoari ø troadig kamm. , c'hoari ø mouchig dall
jouer pied.DIM boiteux jouer bandeau.DIM aveugle
litt. 'jouer petit pied boiteux', 'jouer petit bandeau aveugle'
Le Berre & Le Dû (1999:105, 106)


(3) Deh em-oa bet ø lizer diganti.
hier R.1SG-avait eu lettre de.elle
'Hier j'ai reçu une lettre d'elle.' Gros (1970b:§'lizer')


(4) Kavet a ran-me ø gwele e ti mignoned vat hag ar vourc'h.

'Moi je trouve un lit chez de bons amis du bourg.', Vannetais, Herrieu (1994:14)


(5) Leun eo ø kêr a soudarded.

'La ville est pleine de soldats.', Vannetais, Herrieu (1994:84)


(6) Get ar glac’har, e pellaas-eñ ø bro.

'De tristesse, il quitta son pays.'
Vannetais, Herrieu (1994:281)


Cette incorporation est uniquement sémantique, et non syntaxique, car le nom sans déterminant peut être antéposé à son verbe fléchi (6).


(6) ø Bod e roas _ din ar porzhier.
abri R donna _ à.moi le portier
'Le portier m'offrit l'hospitalité.' Priel (1957:210), cité par Le Gléau (1973:17)


(7) ø Taolenn ha ø blaz braouac'hus ne vo ket tu da hani ac'hanomp ankouaat ken tre ma vevahomp!

'Un tableau et une odeur effarants qu'aucun de nous n'oubliera tant qu'il vivra.', Vannetais, Herrieu (1994:24)

Sémantique

Les articles sont des quantifieurs existentiels.


indéfini

L'indéfini peut avoir une lecture d'espèce dans une phrase générique.


(2) Un ivraign e goll é speret a nebedigueu, e uz é yéhæd.
un ivrogne R1 perd son1 esprits à peu.DIM.PL R1 use son1 santé
'Un ivrogne perd son esprit petit-à-petit, s’use la santé, (...). Vannetais (1830), IS., cité dans Louis (2015:209)


Diachronie

(7) da-n re man pep tro ez roher

'On donne toujours à ceux-là.', Breton 1557, B. 657

Horizons comparatifs

Le breton est la seule langue celtique à voir un article indéfini (et ne l'a d'ailleurs qu'au singulier).

Terminologie

L'article défini est désigné par le terme breton ger mell strizh (SADED 2010), ou ger-mell strizh (Kervella 1947, Chalm 2008). Selon Kervella (1947:§402), le déterminant défini, ger-mell strizh, est un adjectif démonstratif (anv-gwan diskouezhañ). Selon Kervella (1947:§368), le déterminant indéfini un, ul, ur, ger-mell amstrizh, est un adjectif numéral (anv-gwan niveriñ).

L'article indéfini est désigné par le terme breton ger mell amstrizh (SADED 2010), , ou ger-mell amstrizh (Kervella 1947, Chalm 2008).

En anglais, les termes sont definite article et indefinite article.

Bibliographie

breton

  • German, G. 1986-7. 'Une description du déterminant défini an à St-Yvi en Cornouaille', La Bretagne Linguistique 3 : 157-168.
  • Yann Gerven. 2014. ' boned ganti? ur boned ganti ?', Yezhadur!, Alioù fur evit ar vrezhonegerien diasur, Keit Vimp Bev, 127-128.
  • Jouitteau, M. 2010. 'A Breton dependent indefinite created by reduplication', présentation à 6th Celtic Linguistics Conference, Dublin, 2010 sept. 11.


autres langues celtiques

  • Hannahs, S.J. & Tallerman, M. 2006. 'At the interface: selection of the Welsh definite article'. Linguistics, 44(4), 781-816.
  • Ó Murchú, Máirtín. 1976. 'The article in a variety of Perthshire Gaelic', Celtica 11:187–193.
  • Williams, J.E.C. 2002. 'The article/demonstrative in Old Welsh and Modern Welsh', Hor Yezh 229: 33-40.


horizons théoriques

  • Abbott, Barbara, 2004. 'Definiteness and Indefiniteness', Laurence R. Horn & Gregory Ward (éds.), The handbook of pragmatics, Blackwell Publishing, 122-149.
  • Ouhalla, J. 2009. 'Variation and Change in Possessive noun Phrases: The Evolution of the Analytic Type and Loss of the Synthetic Type', dans Brill’s Annual of Afroasiatic Languages and Linguistics 1, 311–337. texte