Les numéraux cardinaux

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher


(1) Ni on-oa bet mil boan o tïaocha ar pez tamm koad-se.
nous 1PL-avait eu mille1 peine à4 .grèver le pièce morceau bois-ci
'Nous avions eu mille peines à tirer cette pièce de bois de la grève.' Trégorrois, Gros (1989:'diaocha')


Morphologie

genre

Les nombres 2, 3 et 4 marquent une distinction masculin/féminin (Kervella 1995:§438).


(2) 2 daou zen div vaouez 3 tri c'harr teir gwezenn 4 pevar loen peder moger
2 homme 2 femme 3 voiture 3 arbre 4 animal 4 mur


 L'ALBB documente la variation morphologique dialectale de 
   'deux' au masculin carte 115  
   'deux' au féminin carte 116 
   'trois' au masculin carte 118, carte 384
   'trois' au féminin carte 119
   'quatre' au masculin carte 120
   'quatre au féminin carte 121, carte 384


accentuation

En KLT, où l'accent tombe régulièrement sur la syllabe pénultième, l'adjectif numéral et le nom qu'il quantifie semblent former un même composé. Le cardinal fonctionne donc comme un préfixe selon les règles de l'accentuation (Hemon 1995:§281).


Les adjectifs cardinaux, en isolation, sont accentués régulièrement sur l'avant dernière syllabe (Fave 1998:116).


(3) PEMzeg, peVARzeg, TRIzeg...


Or, devant un nom monosyllabique, l'adjectif numéral porte l'accent (Fave 1998:116).


(4) pemZEG vloaz, triZEG ti...

'quinze ans, treize maisons'... (Léon, Cléder, Fave 1998:116)

(5) [ãn 'tri den]

an tri den, 'les trois hommes', Plozévet, Goyat (2012:127)


C'est le cas même si le numéral est lui-même monosyllabique (Favereau 1997:131).


(6) DAOU zen, TRI dra, PEMP taol, DEK kwech...

deux hommes, trois choses, cinq coups, dix fois... (KLT, Favereau 1997:131)


Pour les règles d'accentuation, il semble donc que l'adjectif cardinal et le nom forment une même entité. C'est aussi le cas avec un article ou un adjectif prénominal.


mutations

sur le nom

Certains adjectifs numéraux cardinaux provoquent une mutation consonantique sur le nom qui les suit.

2

Les cardinaux daou et div (2) provoquent une lénition.

Cependant, dans les dialectes non-vannetais, devant le cardinal 100 (kant), daou provoque une spirantisation, comme on peut le voir sur la carte 139 de l'ALBB. Hewitt (2001) relève en trégorrois une spirantisation des noms kant 'cent', mais aussi karg 'charge' et kordenn' 'corde'.

  • daou c'hant, diw c'harg, diw c'hordenn
'deux cent, deux charges, deux cordes', Trégorrois, Hewitt (2001)


3, 4, 9

Les cardinaux tri, teir (3), pevar et peder (4), nav (9) provoquent en standard une spirantisation. On trouve cependant beaucoup de variation et dans de nombreux endroits ils provoquent la lénition (cf. cartes 384 et 139 de l'ALBB).


(3) leizh daou pe dri c'harr Standard, Menard & Kadored (2001:§'leizh')
leizh daou pe dri garr Favereau (1997:§312)
plein deux ou1 trois voiture
'plein deux ou trois voitures/charrettes.'


Les dialectes ne sont pas non plus forcément uniformes. Le Dû (2012a:38) note qu'en trégorrois de Plougrescant, les spirantisations induites par des numéraux cardinaux ne subsistent plus que dans des tournures archaïques et expressions figées telles que zoubenn en tri zraiĝ ('la soupe des trois petites choses') ou zul Vhask ('le dimanche de Pâques'). En trégorrois toujours, Hewitt (2001) relève après 3, 4, 9 une lénition sur les consonnes p, t, k.

  • tri benn, pewar benn, naw benn, tri di, pewar di, naw di, tri gi, pewar gi, naw gi
'trois têtes, quatre têtes, neuf têtes, trois maisons, quatre maisons, neuf maisons, trois chiens, quatre chiens, neuf chiens'
Trégorrois, Hewitt (2001)

Cependant, dans trois mots fréquemment comptés en trégorrois, dont le nom kant 'cent' qui montre aussi une spirantisation avec 2, Hewitt (2001) signale aprés 3, 4, 9 la spirantisation (ou la mutation consonantique réduite) k > c'h :

  • tri c'hant, pewar c'hant, naw c'hant, tèir c'harg, peder c'harg, naw c'harg, tèir c'hordenn, peder c'hordenn, naw c'hordenn
'trois cent, quater cent, neuf cent, trois charges, quatre charges, neuf charges, trois cordes, quatre cordes, neuf cordes'
Trégorrois, Hewitt (2001)


En vannetais, il peut ne pas y avoir de mutation du tout (carte 509 de l'ALBB, traduction de 'trois garçons').


(1) tri baotr kozh (correction spontanée à partir de tri faotr kozh)
31 homme vieux
'trois vieux hommes ' Plougerneau, M-L. B. (04/2016)

sur l'adjectif post-nominal

La mutation consonantique provoquée par les cardinaux ne cible que le nom et ne s'étend pas à l'adjectif postnominal.

En (1)a, l'adjectif numéral cardinal masculin tri provoque une spirantisation sur le nom kamm. En (1)b, le nom qui suit est vide, et tri ne provoque pas de mutations sur l'adjectif postnominal kamm. Ce dernier a reçu sa mutation du nom.


(1)a. tri c’hamm vs. b. tri _[ø]_ gamm
3.masc pas 3.masc N.masc boiteux
'trois pas' vs. 'trois boiteux' Standard, Kervella (1995:§515)


Selon Gourmelon (2014:88), les usages pronominaux des cardinaux comme en (1)b, lorsqu'ils touchent les cardinaux de plus de 2, induisent une lénition, qui tend maintenant à se perdre dans la langue (tri vras ha tri vihan).


variation dialectale

Les règles ci-dessus n'épuisent pas les possibilités de mutations après les cardinaux. On trouve ainsi des noms mutés après des cardinaux en haut-vannetais.


(2) On oeit a nezé da Gerare de huèh v betag pearzek vlé.
suis allé de1 alors à1 Gerare de 6 an jusqu'à 14 an
'Je suis donc allé à Kerarhaye de six à quatorze ans.'
Vannetais (Plaudren), Quéré (2011:119)


dérivation

Les cardinaux peuvent recevoir un suffixe hypocoristique, ou un diminutif.


(4) Emaint diouig eno o-unanou.
sont 2.hyp y leur2-un.hyp
'Elles sont deux pauvres filles là-bas toutes seules.' Trégorrois, Gros (1984:175)


Les adjectifs numéraux cardinaux sont utilisés dans de nombreux composés.


(5) koadigoù pevarc’hornek
bois.DIM.PL [ [ quatre.coin].ADJ]
'de petits bois carrés ou rectangulaires.' Vannetais, Herrieu (1994:112)


Un des composés productifs est une tournure réflexive (int o daou, /eux leur 2/, 'tous les deux, eux seuls').

Kervella (1995:§436) signale que dans la tournure réflexive, et surtout pour les nombres bas, les numéraux cardinaux peuvent prendre un diminutif (o-daouig, standard).


Syntaxe

ordres respectifs du numéral et du nom

Lorsqu'il n'y a pas d'unités le nombre, même complexe, se prononce entièrement avant le nom.


(1) Hennez a hounez deg mil lur d'e zizunvez well-waz.
celui.là R1 gagne 10.000 lur pour1'son1 semain.ée mieux-pire
'Celui-là gagne dix mille francs par semaine en moyenne.' Trégorrois, Gros (1989:'gwel')


unités et numéraux discontinus

Lorsque le nombre comprend une unité, celle-ci peut apparaître directement devant le nom. On obtient un numéral discontinu.


(2) Peder c'humun ha tregont a zo ennañ.
4F commune et trente R1 est dans.lui
'Il se compose de quatre communes.' Standard (2016), Petra eo ar Park Natur Rannvroel ?


En (3), le numéral 'ving-cinq' n'est pa réalisé comme un nombre discontinu car il est mis en alternative avec l'autre argument de etre.


(3) Etre peder ha peder-warn-ugent pajenn a zo.
entre 4F et 4F-sur.n.vingt page R1 y.a
'Il y a entre quatre et vingt-quatre pages.' Guillevic (1998)


Il y a aussi une variation dialectale dans l'utilisation des numéraux discontinus. Hewitt (2001) rapporte qu'en Trégor, pour les noms moins usités que lur, 'unité de monnaie' ou bloazh 'année', le numéral est continu pemp warn-ugent kontadenn 'vingt-cinq histoires'.

comptage par vingtaines

Le système de comptage par vingtaines connu du français (quatre-vingt) existe en breton de manière parfois beaucoup plus productive, particulièrement en Trégor et jusqu'à 200.


(1) ... rak bean a oa gantan nav ugent manac'h.
car expl. R1 était avec.lui neuf vingt moine
'... car il était accompagné de 180 moines./ ...car il avait avec lui...'
Trégorrois, Leclerc (1910:17)


(2) [hwɛh ’y:gən] [sɛjz ’y:gən] [ɛjz ’y:gən]
c’hwec’h-ugent seizh-ugent eizh-ugent
six-vingt sept-vingt huit-vingt
'cent vingt, 120' 'cent quarante, 140' 'cent soixante, 160'
Trégorrois (Bégard), Yekel (2016:'an niveradur dre ugent')


(3) 120 c'hwec'h-ugent 140 seizh-ugent 160 eizh-ugent 180 nav-ugent Gourmelon 2014:174)


Dans le système de comptage par vingtaines, les dizaines sont traitées comme des unités (comme dans le français quatre-vingt douze). Le traitement en unités inclut la prononciation devant le nom.


(2) Daouzek vla ha tri-ugent ec'h ê, ha ne rofe ket an nen d'ean ouspenn tri-ugent.
douze an et trois-vingt R4 est et ne donnerait pas IMP à.lui au.delà trois-vingt
'Il a soixante douze ans, et on ne lui en donnerait pas plus de soixante.'
Trégorrois, Leclerc (1910:95)

le cas de l'unité 1, unan/un

Le cardinal unan est un pronom indéfini, et non un quantifieur comme les autres cardinaux (* unan pe zaou romant, 'un roman ou deux', Gourmelon 2014:86). Le quantifieur 1 est réalisé en un, ul ur, l'article indéfini. Devant un nom, le cardinal 1 unan est donc remplacé par l'article indéfini ur (ur romant pe zaou, 'un roman ou deux').

L'unité 1 pose un cas particulier dans les dizaines "plus un" comme 21, 31, 41. 'Trente et un' se dit donc unan ha tregont, mais on aura ur bloazh ha tregont, 'trente et un an'.


(4) Ret eo gouiet e oa erru d'ur blez ha tregont pa oa dimezet.
obligé est savoir R était arrivé à'un an et trente quand était marié
'Il faut savoir qu'il avait trente et un an quand il s'est marié.' Vannetais, Carré (2011)


Cette structure est établie de longue date.


  • béthac ur Roué ha tregont,
'jusqu'à trente et un rois', HTAN., 131.
  • Ur Gannen ha tregont eit Mis Mari,
'Trente et une chansons pour Marie', titre de livre de 1855


Le nom peut être précédé d'un mot interrogatif, ce qui réalise un indéfini de choix libre comme dans le français Je te l'ai dit je ne sais pas combien de fois (> beaucoup, qu'importe le nombre exact). L'interrogatif apparaît avant le nom.


(2) N'hon eus ket c'hoant kaout ur ped komision warn-ugent.
ne'1PL a pas envie avoir un combien commission sur.n-vingt
'Nous ne voulons pas avoir (trente-mille / watt mille / une multitude de) commissions.'
communiqué Nous te ferons Bretagne, Flippot 2010


Une alternative hors dizaines est d'utiliser hag unan (Ar mil nozvezh hag unan, 'les mille et une nuits', et non pas un nozvezh ha mil).

numéraux discontinus avec un nom démonstratif

Les numéraux discontinus apparaissent autour du nom tête. La seconde partie du numéral est nettement intégrée dans le groupe nominal car elle apparaît avant le démonstratif -mañ.


(1) Kas din ar pevar roc'h ha tregont -mañ.
envoie à.moi le quatre roche & trente -ci
'Amène-moi ces trente-quatre roches.' Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)


Dans les dizaines "plus un" comme 21, 31, 41, le cardinal 1 unan est, comme toujours, remplacé par l'article indéfini ur devant un nom. Le démonstratif, lui, doit commencer par un article défini. Dans le groupe nominal démonstratif, un article défini précède alors la forme ur du cardinal 1 devant un nom.


(2) Degas an ur mein ha tregont -se din.
envoie le un roche & trente -là à.moi
'Amène-moi ces trente et une roches.' Léon/Standard, M. Lincoln (07/2016), c.p.


Cette construction peut poser problème et même être intraduisible pour des locuteurs traditionnels habitués à compter en français. H. Gaudart (03/2017) ne trouve ainsi pas de traduction confortable pour 'ces trente et une roches' ou 'ces quarante et un beaux papillons'.

numéraux discontinus avec nom démonstratif et adjectif

Placer un adjectif dans un numéral complexe alourdit sensiblement la structure, et les locuteurs tendent à éviter ces ordres de mots en production. Cependant, on voit deux sites adjectivaux se dessiner, l'un après le nom et l'autre après la seconde partie du numéral. On note entre ces deux ordres une différence prosodique: l'ordre /DET Num Noun Num Adj Dem/ est prosodiquement marqué, avec une petite pause avant lui. C'est cet ordre qui est préféré par la locutrice en (2) et (3).


(2) Kas din ar pevar roc'h (? gwenn) ha tregont (√/? gwenn) -mañ.
envoie à.moi le quatre roche blanc & trente blanc -ci
'Amène-moi ces trente-quatre roches blanches.' Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)


(3) Sell 'ta an div logodenn (? jentil) warn-ugent (√/? jentil) -mañ.
regarde donc le deux.F souris.SG gentil sur-vingt gentil -ci
'Regarde donc ces vingt-deux gentilles souris.' Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)


Les autres sites d'insertion, prénominal ou post-nominal, fournissent un contraste net d'agrammaticalité.


(4) Kas din ar pevar (* gwenn) roc'h ha tregont -mañ (* gwenn). Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)
envoie à.moi le quatre blanc roche & trente -ci blanc
(5) Sell 'ta an div (* jentil) logodenn warn-ugent -mañ (* jentil). Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)
regarde donc le deux.F gentil souris.SG sur-vingt -ci gentil


La préférence pour l'un ou l'autre ordre grammatical peut varier selon les adjectifs. En (6), l'adjectif bihan, 'petit' est préféré juste après le nom, et non après la seconde partie du numéral. Ce contraste pourrait venir de propriétés clitiques particulières de cet adjectif, ou de l'évitement de la question de la mutation de l'adjectif lorsqu'il n'est pas directement postnominal.


(6) Sell 'ta an div logodenn (√/? vihan) warn-ugent (*/? vihan) -mañ.
regarde donc le deux.F souris.SG petit sur-vingt petit -ci
'Regarde-donc ces vingt-deux petites souris.' Léon/Standard, M. Lincoln (01/2015)

préposition a

(7) Moarvat ne zalho ket tri a gezeg.
sans.doute ne1 gardera pas trois de1 chevaux
'Il ne gardera sans doute pas trois chevaux.' Trégorrois, Gros (1989:'derhel')


(8) Hiziv e lamer a-vezk genomp an tadoù a bemp a vugale…
aujourd'hui R enlève.IMP de-parmi avec.nous le pères de1 5 de1 enfants
'Aujourd'hui on nous enlève les pères de cinq enfants.' Vannetais, Herrieu (1994:116)


nom vide

Les adjectifs numéraux cardinaux sont prénominaux, mais le nom qu'ils précèdent peut être vide.


(9) A: Ped loen-kezeg ho-peus? B: Daou _[ø]_ am-eus
combien animal-chevaux 2PL-a 2 R.1SG-a
'Combien de chevaux avez-vous ? J'en ai deux.' Trégorrois, Gros (1984:182)


Lorsque le contexte ne fournit pas d'autres choix, les cardinaux réfèrent par défaut au nombre correspondant des personnes humaines (Gros 1984:182). Le quantifieur kalz montre la même ellipse conventionnalisée.


(10) En deiz-se e oa daou _[ø]_ amañ o leinañ.
en.le jour- R y.avait 2 ici à4 déjeuner
'Ce jour-là, il y avait deux hommes ici en train de déjeuner.' Trégorrois, Gros (1984:182)


Un modificateur diminutif peut être affixé au nom vide. Celui-ci apparaît alors comme affixé sur l'adjectif numéral cardinal.


(11) daouig _[ø]_ kozh
2.DIM N(.DIM) vieux
'deux petits vieux' (et non pas *'presque deux vieux') Standard, Kervella (1995:§515)

absence d'accord avec le nom

Comme en gallois, les numéraux cardinaux sont suivis d'un nom singulier (comme si on disait en français trente-deux cheval). Les cartes 385, 509 et 578 de l'ALBB documentent la permanence inter-dialectale de cette règle, avec les traductions de 'trois, quatre chiennes', 'trois garçons', 'trois chapeaux' et 'trois tables'.


exceptions régulières

Il existe des cas où le cardinal co-existe avec un marqueur du pluriel, et ce dans tous les dialectes. En (1), o-fevar, modificateur du sujet, montre la co-occurrence d'un cardinal avec un déterminant possessif pluriel.


(1) A: - Ped a zo dit? B: - O-fevar int din.
combien R est à.toi 3PL2-4 sont à.moi
'A: - Combien sont à/de toi? B: - Les quatre sont à/de moi.' Léon, Fave (1998:60)


exceptions irrégulières dialectales

Le cardinal est suivi d'un nom pluriel dans les constructions incluant une préposition a (Favereau 1997:132).

daou pe dri mil a dud, '2 ou 3 mille personnes'
triwec'h a vugale, '18 (d') enfants


Goyat (2012:218) signale la forme /fɛx bi'ɡa:le/, c'hwec'h bugale. Il explique la présence du pluriel bugale par l'hypothèse de l'amuïssement d'une préposition a. Cependant, une telle préposition entrainerait une lénition c'hwec'h a vugale qui est absente.

Expressions

kontan pemp ha pevar

De nombreuses expressions figées utilisent les cardinaux dans un sens figuré.


(1) E-pad ma oamp é kontiñ pemp ha pevar.
pendant que étions à4 compter 5 et 4
'Pendant que nous causions (litt. que nous comptions 5 et 4).' Le Scorff, Ar Borgn (2011:22)


'deux-à-deux'

(2) savet war-laez hag e tiskenned daou-ha-daou, med me 'm-oa tamm kavalier. Ouessant, Gouedig (1982)
monté sur-haut et R4 descendait.IMP deux-à-deux mais moi '1SG-avait morceau cavalier
'On est montés et on descendait deux-à-deux, mais moi je n'avais pas de cavalier.'

Terminologie

Leclerc (1986:132), Chalm (2008) les appellent les 'adjectifs numéraux cardinaux'.

En breton, un nombre cardinal est appelé:

- anv-gwan pegementiñ (Leclerc 1986, Chalm 2008)
- niver diazez (Chalm 2008)
- niver pegementiñ, (Kervella 1947:§438, Press 1986:241, Chalm 2008)

Kervella (1947:§438) utilise le terme de raganv niveriñ pour unan (en opposition au cardinal un, ul, ur).

Kervella (1947:§438) utilise le terme de degenn pour 'dizaine'.

Hemon (1995:§281) utilise en anglais le terme 'cardinal adjective'. Press (1986:241) utilise 'cardinal number'.

Bibliographie