Le temps

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Les informations temporelles consistent en le calcul de trois temps distincts fondamentaux (Reichenbach 1947):

  • le temps du prédicat, ou le temps de l'évènement
  • le temps de la phrase, ou le temps de référence
  • le temps de l'énonciation, ou le temps du discours


Les relations entre ces trois temps fondamentaux sont calculées dans les langues à partir de différent matériel grammatical.

En breton, les relations entre les trois temps sont calculées:

à partir du temps morphologique
à partir des informations portées par les adverbes temporels
à partir de l'information aspectuelle des prédicats ou des prépositions qui les sélectionnent


Dans la structure syntaxique, la projection temporelle est appelée TP, dont la tête est T (et parfois IP, dont la tête est I). Les informations aspectuelles apparaissent typiquement plus bas dans la structure, juste au dessus ou dans le groupe verbal.


Morphologie temporelle

Les différentes morphologies temporelles se combinent suivant les règles de concordance des temps.

les paradigmes morphologiques

  • le passé
le passé proche
le passé composé
le passé surcomposé
l'imparfait
le plus-que-parfait
le passé simple
le conditionnel passé
le présent générique
le conditionnel présent
le futur proche
le futur antérieur

le calcul du temps sans morphologie verbale

Le temps peut aussi être interprété sans qu'il y ait de marquage morphologique spécifique de ce temps, c'est le cas du temps anaphorique dans les infinitives narratives.

adverbes marqués pour le temps

Certains adverbes sont marqués morphologiquement pour le temps (Hingant 1868:§116).

L'équivalent du français 'jamais' a trois formes spécifiques, chacune attachée à un temps particulier: biskoazh au passé, nepred au présent, biken au futur.

A noter qu'il existe aussi en concurrence des traductions de 'jamais' qui ne sont pas marquées pour un temps spécifique, comme james, morse ou gwech ebet.

Sémantique

On peut distinguer, pour chaque phrase, trois temps principaux. Il s'agit du:

  • temps du prédicat
  • temps de la phrase
  • temps de l'énonciation


Ces trois temps ne coïncident pas toujours. En (1), le temps de l'énonciation est le temps où le locuteur ou la locutrice prononce la phrase. La morphologie futur de la copule vo ordonne le temps de la phrase matrice comme postérieur au temps de l'énonciation. Le participe passé chomet ordonne le temps de son prédicat comme antérieur au temps de la phrase.


(1) Chomet e vo ma zad da evañ ur banne gant an amezeg.
resté R sera mon père pour boire un verre avec le voisin
'My father will have stayed to drink a glass with the neighbour.' , Standard, Heinecke (2001:82)
'Mon père sera resté boire un verre avec le voisin.'


On peut représenter ce calcul sur une ligne temporelle comme en (2).


(2) représentation schématique: ----- T énonciation ----- T prédicat chom ----- T phrase


Il existe une lecture alternative de la phrase ci-dessus, qui est celle d'une hypothèse émise. Dans cette lecture, le temps morphologique futur de la phrase est compris comme présent hypothétique. Le calcul est le même que précédemment, sauf que le temps de l'énonciation et le temps de la phrase sont coïncidents.


(3) représentation schématique: ----- T prédicat chom ----- T phrase & énonciation


Aspect

L'aspect d'un verbe ou d'une construction est ce qui régit la relation entre le temps de la phrase et les bornes de début et de fin du procès.

L'aspect est donc indépendant du temps de l'énonciation.

Horizons comparatifs

Le breton a un système de morphologie temporelle plus riche que le gallois, qui par exemple n'a pas de temps composés. Le système gallois est lui plus riche en prépositions exprimant des nuances aspectuelles et temporelles (Heinecke 2001:79).

Terminologie

En anglais, le terme pour 'temps' est 'tense'.

Bibliographie

  • Bottineau, D. 2010. 'Les temps du verbe breton : temps, aspect, modalité, interlocution, cognition, Des faits empiriques aux orientations théoriques', Catherine Douay (dir.), Système et chronologie, Presses Universitaires de Rennes, 110-129.
  • Bottineau, D. 200X. 'Les temps du verbe breton: temps, aspect, modalité, interlocution, cognition - des faits empiriques aux orientations théoriques', xxx.
  • Fave, V. 1988. 'Mareoù an amzer', Brud Nevez 117 :55-56.
  • Kervella, F. 1971-2. 'An amzeriañ', Hor Yezh 67: 5-16.
  • Le Dû, J. 1990. 'The semantics of the simple tenses of the verb at Plougrescant', Ann T.E. Matonis & Daniel F. Melia (eds), Celtic Language, Celtic Culture, Ford and Baile, Van Nuys, California.
  • Poppe, Erich 1996. 'Convergence and Divergence: The Emergence of a ``Future in the British Languages', Transactions of the Philological Society 94:2, 119-160. Oxford: Blackwell pp. 119-160.
  • Trevidig, TG( ?). 1975. 'Diwar sterva hag arver an adverb-amzeriañ pelloc’h', Hor Yezh 105 :1-30. (Hor Yezh 113-114 :97-101).


horizons comparatifs et théorie

  • Pianesi, Fabio. 2005. 'Temporal Reference', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol V, chap.72.
  • Reichenbach, H. 1947. Elements of symbolic logic, Macmillan Co., New York.