Le passé composé

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le passé composé est un temps composé formé d'un auxiliaire à l'imparfait et d'un participe passé.


(1) Ar vandenn a-bez he deus en em serret en eun torkad.
le 1bande entière 3SGF a se rangé dans un troupeau Le Bozec (1933:82)
'Tout le troupeau s'est rassemblé.'


Distribution

passé composé vs. plus-que-parfait

Le passé composé est moins utilisé en breton qu'il ne l'est en français, au profit du plus-que-parfait.

Kerrain (2001) propose la règle que le passé composé "ne peut être utilisé que dans un contexte présent, avec hiziv, er mintin-mañ, er sizhun-mañ, er bloaz-mañ".


(1) Baleet em eus ma aligator hiziv.
Baleet em boa ma aligator dec’h. Kerrain (2001)
promené 1SG a/avais mon aligator aujourd'hui/hier
'J'ai promené mon aligator aujourd'hui/demain.'


Il est exact que des adverbes du présent imposent la morphologie du présent sur l'auxiliaire.


(2) Bremañ p'am-eus diskuizet.
maintenant quand R.1SG a reposé
'maintenant que je me suis reposé.' Trégorrois, Gros (1970:27)


L'inverse n'est cependant pas vrai, et le passé composé peut être utilisé sans adverbes, même pour des temps lointains.


(3) A ya, ni beus bet an hini gentañ hag a starde diouzhtu.
Ah oui nous a eu le celui 1première.F que R1 pressait de.suite
'Ah oui, nous on a eu la première qui pressait tout de suite.' Léon, Mellouet & Pennec (2004:43)


La sur-utilisation du plus-que-parfait en français de Basse-Bretagne est un bretonnisme connu.


(2) Hier, j'avais écrit une lettre, Lossec (2010:94)

J'avais été malade toute la semaine dernière, Lossec (2010:94)


passé composé vs. passé simple

variation dialectale

Ernault (1902) note une alternance passé simple/passé composé entre Sarzeau et Batz.

 "les traducteurs s’y servent naturellement des formes préférées dans leur village, mais cela ne veut pas dire qu’à l’ombre de leur clocher d'autres expressions plus communes ne soient pas comprises aussi, et même employées l’occasion. Tel est le cas de en tad a laras, 'le père dit', à Sarzeau; en tad a boue lareit (pour en doe 'laret) dans le sous-dialecte de Batz, etc."


Sémantique

perfectivité

Selon Gros (1970:27), le passé composé n'est utilisé en breton que lorsque "la chose a lieu dans la période de temps qui est actuellement en cours".

En (1), l'état de longueur est manifestement toujours actuel au moment de l'énoncé.


(1) Te a zo bet re hir da fri, dalc’hmat.
toi R est été trop long ton1 nez toujours
'Tu as toujours été trop curieux.' standard, Drezen (1990:75)


Cependant, l'usage du passé composé est compatible avec la perfectivité. En (2), le locuteur a terminé de venir lors du temps de l'énoncé.


(2) Gant kalzig a garantez on deut hirio amañ.
avec beaucoup.DIM de1 amour suis venu aujourd'hui ici
'Je suis venu aujourd'hui ici avec pas mal d'amour.'
Son fest miz even, 'chanson de juin'


L'usage du passé composé semble donc être indépendant de la perfectivité (au contraire du plus-que-parfait).


Auxiliaires

Comme en français, le passé composé s'auxilie avec soit l'équivalent du verbe 'être' (bezañ), soit celui du verbe 'avoir' (kaout). Cependant, ce n'est pas toujours le même auxiliaire qu'en français qui sera sélectionné (voir l'article sur la sélection de l'auxiliaire).


Les auxiliaires ne sont pas toujours prononcés: l'auxiliaire 'être' au présent peut être morphologiquement élidé.


(1) Aet _ al lost hag an divesker war o hed en dour.
allé _ le queue et le deux.jambes sur.leur2.long dans.le eau
'La queue et les pattes arrières avaient disparu dans l'eau.'
Standard, Ar Barzhig (1988:132), cité dans Ledunois (2002:320)


Terminologie

Kervella (1947) utilise le terme breton amzer-dremenet-amstrizh.

Press (1986:228) traduit amzer-dremenet-amstrizh par 'perfect tense', et donne un exemple de passé composé.

Kervella (1947:§186) nomme anv-verb tremenet les formes bezañ kanet et bezañ bet kanet. Il s'agit respectivement d'un passé composé et d'un passé surcomposé.