Le futur antérieur

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le futur antérieur est réalisé avec un auxiliaire au futur et un participe. Le temps de l'énonciation de la phrase précède celui du prédicat, qui précède le temps de la phrase.


(1) Piv a vo laouen pa m'bo fardet ar wastell?
qui R sera content quand aurai cuisiné un1 gâteau
'Qui sera content quand j'aurai fait le gâteau?' , Standard, Bihan & Press (2003:201)


En (1), le temps de l'énonciation est le temps où le locuteur ou la locutrice prononce la phrase. La morphologie futur de la copule vo ordonne le temps de la phrase matrice comme postérieur au temps de l'énonciation: le tmps de la phrase est dans le futur du locuteur. Le participe passé fardet, lui, ordonne le temps de son prédicat comme antérieur au temps de la phrase. L'action de cisiner est donc dans le passé du temps de la phrase. On peut représenter ce calcul sur une ligne temporelle comme en (2).


(2) représentation schématique: ----- T énonciation ----- T prédicat fardañ ar wastell ----- T phrase


Syntaxe

mode infinitif

Le temps sémantique futur peut être réalisé sur un verbe infinitif, avec l'auxiliaire bezañ, 'être', et la préposition da (bezañ da ganañ, Kervella 1947:§186, 273). Pour obtenir le futur antérieur, on ajoute la particule perfective bet (bezañ bet da ganañ).


Terminologie

Kervella (1947) utilise le terme amzer da zont kent. Chalm (2008) ajoute amzer da zont tremenet.