Le conditionnel

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

En breton, le conditionnel a deux paradigmes morphologiques distincts:


Dans le conditionnel présent, des alternatives possibles sont ouvertes, et restent ouvertes. On parle de conditionnel realis, ou de conditionnel potentiel.


Dans le conditionnel passé, des alternatives ont été possibles mais ne le sont plus, et on parle de conditionnel irrealis, ou de conditionnel hypothétique.


(1) Petra am-bije-me greet ma vije arruet netra nemed peb mad ganit-te?
quoi R.1SG-aurais.COND.PASSE-1SG fait si serait.COND.PASSE arrivé rien seulement chaque bien avec.toi-toi
'Qu'aurais-je fait s'il t'était arrivé rien que tout bien?'
...('le moindre mal.') Trégorrois, (Gros 1984:226).


L'un ou l'autre paradigme n'engagent pas la croyance du locuteur. En (2), le locuteur prend position contre une alternative qu'il reconnait cependant possible.


(2) Ne gredan ket [CP e kouskfe ma breur ]. conditionnel réalis
ne1 crois pas R4 dormirait mon2 frère
'Je ne crois pas que mon frère dorme.' Tréguier, Leclerc (1986:203)


Variation dialectale -f vs. -j

Falc'hun & Fleuriot (1978-79:7B) notent que "dans l'usage, la distiction entre vefe et vije n'est pas toujours bien nette".


 Hewitt (2010b:303)
 "Sommerfelt (1921) for Kastell-Paol (St.-Pol-de-Léon, EL) and Ploneis (1983) for Berrien (NK) show widespread confusion of the ‑ffe- and ‑je- (‑che-) sets, as does the voluminous corpus of Jules Gros’s Trésor du breton parlé (TBP., 1970–76) from Tredraezh (Trédrez, WCT). It is furthermore clear in TBP.III that the tendency to use the compound perfect construction with a conditional auxiliary and a past participle for hypotheticals/counterfactuals is very strong; in this case, the auxiliary is almost invariably of the hypothetical ‑je- (‑che-) set rather than the potential ‑ffe- set. On the edges of the SE area, Humphreys (1985) for Bothoa (EK) only has ‑ffe- forms for the conditional, and uses the compound perfect with the conditional of ‘be’ or ‘have’ plus past participle for counterfactuals; the ‑ije set for ‘be’ and ‘have’ appears to be reserved for the imperfect habitual. This is reminiscent of the adjacent G (SE) area, where the only conditional is in ‑ehe-, and the ‑ese-/‑ise- forms are reserved for imperfect habitual or secondary future."


A Guiscriff et à Scaër, selon Naoned (1952:61), la forme du conditionnel passé est rare.


Diachronie

Selon Schrijver (2010), le vieil irlandais et le protobrittonique marquaient la distinction sur le verbe 'être' entre le subjonctif * be- et le futur * bɔ(h)-. Le breton en porterait la trace dans son conditionnel présent dérivé de son subjonctif et dans son conditionnel passé dérivé de la forme future.

Avec les autres verbes que le verbe 'être', le prétérite a donné le subjonctif passé (Schrijver 2010). Hewitt (2010b:301) considère que le paradigme du potentiel [‑ffe- (G‑ehe-)] dérive historiquement d'un subjonctif imparfait.

Le paradigme de l'hypothétique [‑je- (‑che-, G ‑ese-)] dérive historiquement du plus-que-parfait du vieux breton (Falc'hun & Fleuriot 1978-79:7B).


Le Brigant (1779:A4) signale l'usage du marqueur an diaoul, 'diable' (ayoul ne vifés, an diaoul ne vefes, 'diable que tu fusses').


Terminologie

Leclerc (1986:203) parle d' imparfait du subjonctif pour les forme en -je. Cette terminologie vient de l'analyse des phrases équivalentes en français.

La forme conditionnelle réalis est appelée forme potentielle dans Le Gléau (1973:12).

Kervella (1947) utilise le terme breton de doare divizout.

KAG (2016) traduit conditionnel hypothétique par amzer dic'hallus an doare divizout, et conditionnel potentiel par amzer c'hallus an doare divizout.


Bibliographie

  • Desseigne, Adrien et Pierre-Yves Kersulec. 2014. 'Remarques sur l'emploi du conditionnel passé dans des récits au passé dans un dialecte vannetais contemporain', Catherine Moreau, Jean Albrespit et Frédéric Lambert (dir.), Du Réel à l'Irréel, PUR, 125-129.
  • Schrijver, Peter. 2010. 'Breton light on the origins of the Old Irish f-future', présentation à la Conference La langue bretonne des origines - Origines de la langue bretonne - Rennes, 29-30 avril 2010. texte.


horizons théoriques

  • Pancheva, Roumyana & Rajesh Bhatt. 2005. 'Conditionals', Martin Everaert And Henk Van Riemsdijk (éds.), The Blackwell companion to Syntax, Blackwell Publishing, vol I, chap.16.
  • Ippolito, Michela. 2002. 'On the Semantic Composition of Subjunctive Conditionals', ms. pdf.