Le Roux (1957:52) : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
Ligne 10 : Ligne 10 :
 
   Les pronoms infixes, si importants en celtique, ne pouvant plus se placer après le préverbe, se sont placés parès ''a'' ou ''y''.[...]
 
   Les pronoms infixes, si importants en celtique, ne pouvant plus se placer après le préverbe, se sont placés parès ''a'' ou ''y''.[...]
 
    
 
    
   Mais ''y, yd'' a été, comme ''a'', employé pour marquer la relation; en effet en gallois, dans la plus ancienne langue, il jour le rôle de relatif:
+
   Mais ''y, yd'' a été, comme ''a'', employé pour marquer la relation; en effet en gallois, dans la plus ancienne langue, il joue le rôle de relatif:
 
    
 
    
 
   ''o'r sawl '''yt''' gryssyassant gatraeth'',  
 
   ''o'r sawl '''yt''' gryssyassant gatraeth'',  

Version actuelle en date du 14 septembre 2019 à 17:52

 3. - Les particules verbales a, yd
 
 Le brittonique a eu en propre des particules verbales; mais ces particules, au contraire des préverbes, n'ont qu'un rôle syntaxique, et ne modifient en rien le sens du verbe; elles ne forment pas avec lui un composé.
 Ce sont les particules représentées 
 I° en moyen gallois par y,yd,yt, en cornique par y,yth, en breton par ez;
 2° dans les trois langues par la particule a.
 
 L'importance grandissante de a et y, yd, etc., est liée au fait que les préverbes, ro en particulier pour le brittonique, tendaient à devenir inséparables du verbe.  
 
 Les pronoms infixes, si importants en celtique, ne pouvant plus se placer après le préverbe, se sont placés parès a ou y.[...]
 
 Mais y, yd a été, comme a, employé pour marquer la relation; en effet en gallois, dans la plus ancienne langue, il joue le rôle de relatif:
 
 o'r sawl yt gryssyassant gatraeth, 
 'de tous ceux qui marchèrent en hâte à Catraeth...', (Myv. Arch. 60, 26)
 
 or sawl yt gyrhaedei dy dat,
 'de tous ceux qu'atteignait ton père...', (Myv. Arch. 90,21)
 
 Plus tard il y aura encore parfois échange entre les deux particules. Mais il y a eu, de bonne heure sans doute, tendance en brittonique à spécialiser a dans l'emploi de relatif proprement dit, représentant un sujet ou un complément direct, et y, yd, dans l'emploi de particule, introduisant des relatives dans lesquelles il ne joue aucun rôle grammatical.


(caractères gras ajoutés)


référence

  • Le Roux, P. 1957. Le verbe Breton (morphologie, syntaxe), (seconde édition) Librairie Plihon / Paris, Librairie Champion.