Le Clerc (1986:63-4)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le Clerc (1986:63-64):

 " § III. - Particules verbales
 88. - On voit, par les exemples que nous venons de donner, que le verbe
 est précédé généralement des particules a et e. 
 La particule a, qui a déjà été présentée comme pronom relatif (n°84), 
 sert à lier au verbe suivant le sujet ou le complément direct de ce verbe,
 ou un complément anticipé; on l'appelle 'particule relative':
 
 Doue a gar, 'Dieu aime'
 Doue a garan, 'j'aime Dieu'
 Doue a veulan e vadelez, 'je loue la bonté de Dieu'
 
 Par opposition, la particule e est appelée 'absolue', bien qu'elle paraisse,
 du moins en certains cas, jouer le rôle de conjonction: 
 
 'je crois qu'il viendra', me a gred e teuio. 
 
 On l'emploie dans le cas où on ne pourrait pas employer a faisant fonction
 de relatif, c'est-à-dire lorsque le verbe n'est pas précédé de son sujet, de 
 son complément direct ou d'un complément anticipé".
 


référence

  • Le Clerc, Louis. 1986 [1906, 1911], Grammaire Bretonne du dialecte de Tréguier, 3ième édition, Ar Skol Vrezoneg, Emgleo Breiz (précédentes Saint-Brieuc: Prud'homme).