Le Clerc (1986:63,fn1)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 "(1) On appelle 'complément anticipé' un complément de nom ou 
 d'adjectif, ou un complément indirect ou circonstanciel de verbe, 
 que l'on place par anticipation en tête de la proposition: on le 
 rappelle après le verbe par un pronom personnel précédé de la 
 préposition convenable ou par un adjectif possessif:
 
 'le chapeau de Pierre est noir', Pêr ac'h ê du e dôk.
 'Jean est bon pour Paul', Pôl ac'h ê mat Ian evitan.
 'je plais à mon père', ma zad a blijan dean.
 
 - En Léon et en certains point du Bas-Tréguier on dit - et avec raison
 - a zo au lieu de ac'h ê. Cette dernière forme 
 s'explique ainsi: comme e devient régulièrement ec'h devant une
 voyelle, on transforme dans le même cas, par analogie,
  a en ac'h.
 
 Les propositions énonciatives indépendantes ou construites comme telles 
 (n°233 b, n°244 1°) se prêtent seules à la construction 
 du complément anticipé."
 


référence

  • Le Clerc, Louis. 1986 [1906, 1911], Grammaire Bretonne du dialecte de Tréguier, 3ième édition, Ar Skol Vrezoneg, Emgleo Breiz (précédentes Saint-Brieuc: Prud'homme).