Le Bayon (1878:24)

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 "Il faut ranger, parmi les éléments de la conjugaison, deux particules, e, é, en apparence, explétives, 
 qui précèdent ordinairement le verbe.
 
 1. e est, en réalité, le qui ou le que relatif: qui, si l'antécédent est un sujet; que, si l'antécédent est un régime direct. 
 Doué e gar, Dieu aime, littéralement Dieu qui aime. 
 Doué e garan j'aime Dieu, littéralement, Dieu que j'aime
 
 2. é signifie, en réalité, que, conjonction. 
 Cette particule se place entre les mots (sauf le régime direct) qui précèdent le verbe personnel et le verbe lui-même:
 arhoah é hein, j'irai demain, litt. demain que j'irai. On ne traduit cette particule que lorsqu'elle fonctionne 
 comme conjonction: me gred é tei, je crois qu'il viendra."


référence

  • Le Bayon, A.-M. 1986 [1878]. Grammaire bretonne du dialecte de Vannes. 1878 édition Vannes: Imprimerie Lafolye, 1986 édition Hor Yezh.