Kas

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

Le verbe kas, recouvre et déborde du sens français de 'envoyer'. Il s'emploie aussi avec différentes postpositions.


(1) Ba'n amzer oan yaouank vi ket kas 'nenn kalz d'ar skol.
dans le temps étais jeune était pas envoyé IMP beaucoup à le école
'Du temps de ma jeunesse, on n'était pas souvent envoyé à l'école.'
Breton de Saint Yvi, German (2007:174)


Morphologie

composition

Le suffixe verbal de l'infinitif est le plus souvent un morphème zéro, mais on trouve aussi en haut-vannetais la forme kasiñ.


(2) pa oa ur samm bennak da gasiñ
quand était le charge quelconque à1 envoyer
'quand il fallait porter une charge' Haut-vannetais (Jo Sergent), Louis (2015:216)


dérivation

Le préfixe de- forme degas, 'apporter' sur kas, 'envoyer' (Helias 1986:14).

Le préfixe treuz- forme treuzkas, 'transférer'.

Syntaxe

but

Comme tous les verbes de mouvement, le but apparaît précédé de la préposition da (Kervella 1969:IX, Gros 1970:147).


postpositions

(4) Kas ar c'hi er-maez.
envoie le chien dehors
'Sors le chien.' Cap Sizun, Chalm (2008:§C10)


(5) Gwellaikañ ma c'hell e kas e labour en-dro.
mieux.leplus.DIM.leplus que peut R4 envoie son1 travail encore
'Il travaille du mieux qu'il peut.' Standard, Kervella (1947:§566)

Sémantique

la notion d'éloignement

Au contraire du français 'envoyer', kas n'implique pas l'éloignement du patient de l'agent.


(2) Kas a rae ar jao 'vit bout houarnoù nevez.
envoyer R faisait le cheval pour avoir fers neuf
'Il amenait son cheval pour qu'il ait des fers neufs.' Le Scorff, Ar Borgn (2011:15)


'provoquer, faire advenir'

(3) Ar produioù chimik a gas kleñvedoù d’an dud.
le produits chimique R1 envoit maladies à'le gens
Les produits chimiques provoquent des maladies chez l’homme. Haut-vannetais, Louis (2015:101)

Expressions

kas kaout, 'avoir envie, chercher à avoir'

Naoned (1952:59) note à Scaër/Guiscriff la forme Me' zo o kas kaout X, 'J'ai envie de X', aussi documentée à Saint-Yvi. Heusaff (1996:165) cité dans German (2007:172) propose une étymologie commune au moyen gallois keissaw 'chercher'. Le sens semble effectivement plus proche de 'chercher' que de 'avoir envie'.


(1) Me 'zo o kas kaout madigoù.
moi est à4 envoyer avoir bonbons
'J'ai envie de bonbons.' Scaër, H. Gaudart (c.p.)


(2) Ha ni oam ket gouest goud p’ra oa haoñ ' kas kaoud. Breton de Saint Yvi, German (2007:172)
et nous étions pas capable savoir quoi était lui à4 envoyer avoir
'Et on n'a jamais pu savoir ce qu'il cherchait.'


  • Bonjour Maian Stefen me oa kas kaout ul litrad djwin.
'Bonjour M.S., je venais chercher un litre de vin.'
  • Me oa ‘kas kaout madigoù gant Maian Stefen.
'J'achetais des bonbons à M.S.', H. Gaudart (03/2017)


(3) Bet meus bet ar bizaoù ma bet c’hoant da gaout.
eu ai eu le bague avais eu envie de1 avoir
'J’ai eu la bague dont j’avais envie.'
et pas ... * e oan o kas kaout, "car ce serait comme si tu allais la chercher", Scaër, H. Gaudart (03/2017)


kas kavout, kas gwelout, kas kompren, kas goût...

Selon l'Académie bretonne (1922:293), l'usage dialectal (dialecte non-précisé) de "kas kavout, 'chercher à trouver' [est] plus fort que da gavout, evit kavout". On trouve aussi kas gwelout, kas kompren, kas goût... Favereau (2016) considère que kas est une variante dialectale de klask 'chercher', ce qui serait d'une part phonologiquement étonnant, et d'autre part peu plausible quand les locuteurs distinguent ces deux verbes comme le fait H.G..


(3) Eman o c'houilia dre-holl kas kavout ar pez en deus kollet.
est à "insecter" partout envoyer trouver ce que 3SGM a perdu
'Il est en train de fouiner partout pour trouver ce qu'il a perdu.' dialectal, Académie bretonne (1922:293)


(4) [ tud ən dyt ataw gazgwɛl kʁistjan]
Tout an dud atav 'gas gwel Kristiane.
tout le1 gens toujours (R)1 cherche voir Christiane
'Tout le monde demande toujours Christiane.' Duault, Avezard-Roger (2004a:412)


(5) [mi zo kas' guːd-t]
Mi zo kass 'goûd.
moi est (à)4 gens chercher savoir
'Je me demande / Je m'interroge...' Haute Cornouaille (Poullaouen), Lozac'h (2014:'kas')

kas anezhi

L'expression kas anezhi, littéralement 'l'envoyer' signifie 'faire la fête'. Elle est passée en français de Douarnenez.


(4) Ils sont pas prêts de rentrer! En train de "kass an eil" quand je suis arrivée ils étaient.

'Ils sont pas prêts de rentrer! Ils étaient en train de FAIRE LA FETE quand je suis arrivée.', Pichavant (1996:122)


un oad kaset mat, 'un âge avancé'

(5) Daousto d'e oad kaset mat, e kerzhe c'hoazh buan pasapl.
malgré de'son âge envoyé bien R4 marchait encore vite assez
'Malgré son âge bien avancé, il marchait encore passablement vite.'
Le Scorff, Ar Borgn (2011:80)