Kanañ : Différence entre versions

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher
 
(4 révisions intermédiaires par un utilisateur sont masquées)
Ligne 14 : Ligne 14 :
  
 
La voyelle du verbe ''kanañ'' est longue. Il forme en cela une paire minimale avec ''kannañ'' '(se) battre, laver'.
 
La voyelle du verbe ''kanañ'' est longue. Il forme en cela une paire minimale avec ''kannañ'' '(se) battre, laver'.
 +
 +
 +
Les cartes [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-347.jpg 347], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-348.jpg 348], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-349.jpg 349], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-350.jpg 350], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-351.jpg 351], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-352.jpg 352], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-353.jpg 353], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-354.jpg 354], [http://sbahuaud.free.fr/ALBB/Kartenn-355.jpg 355], de l'[[ALBB]] montrent la variation dialectale des formes conjuguées de ce verbe.
  
  
 
=== suffixe de l'infinitif ===
 
=== suffixe de l'infinitif ===
  
Le [[suffixe verbal de l'infinitif]] est le plus souvent ''[[-añ]]'', mais on trouve aussi ''[[-al]]'' en vannetais.
+
Le [[suffixe verbal de l'infinitif]] montre une grande variation.
 +
 
 +
 
 +
  [[Le Brigant (1779)|Le Brigant (1779]]:29):
 +
  "Les Infinitifs en ''an'' & au ''in'' en Tréguier se prononcent en Léon en ''a'' & en ''i'' en Cornouailles ou en Quimper en ''o'' & en Vannes ''ein'' [...] & en ''eign''.
 +
  Exemple : '''''canan''' & meulin'' en Tréguier 'chanter & louer'
 +
  en Léon '''''cana''' & meule''
 +
  en Quimper '''''cano''' & meulo''
 +
  & dans le diocèse de Vannes ''can'''ein''' & meuleìn'', ''caneign & meuleign''.
 +
 
 +
 
 +
On trouve aussi ''[[-al]]'' en vannetais.
  
  
 
{| class="prettytable"
 
{| class="prettytable"
| (1) ||Én èbr heneoah ||ne fehè bout kleuet ||boéhieu en Eled ||é '''kañnal''' d’er Peah.  
+
| (2) ||Én èbr heneoah ||ne fehè bout kleuet ||boéhieu en Eled ||é '''kañnal''' d’er Peah.  
 
|-
 
|-
|||[[P.e|en]].[[art|le]] ciel [[fenoz|ce.soir]] ||ne [[COP|serait]] [[bezañ|être]] [[klevout|entendu]]|| voix [[art|le]] anges ||[[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> chanter [[da|à]]'[[art|le]] paix
+
|||[[P.e|en]].[[art|le]] [[oabl|ciel]] [[fenoz|ce.soir]] ||ne [[COP|serait]] [[bezañ|être]] [[klevout|entendu]]|| voix [[art|le]] anges ||[[particule o|à]]<sup>[[4]]</sup> chanter [[da|à]]'[[art|le]] [[peoc'h|paix]]
 
|-  
 
|-  
 
| ||colspan="4" |'Dans le ciel ce soir, on ne pourrait entendre les voix des anges chanter à la paix.' ||||||||||||''Vannetais'', [[Herrieu (1974)|Herrieu (1974]]:41)
 
| ||colspan="4" |'Dans le ciel ce soir, on ne pourrait entendre les voix des anges chanter à la paix.' ||||||||||||''Vannetais'', [[Herrieu (1974)|Herrieu (1974]]:41)
Ligne 30 : Ligne 44 :
  
  
 +
=== dérivation ===
 +
 +
Le préfixe ''[[dis-]]'' obtient '''''dis'''kanañ'' 'répondre à un chant, chanter sans cesse' ([[Kervella (1947)|Kervella 1947]]:§880).
 +
 +
 
== Syntaxe ==
 
== Syntaxe ==
  
Ligne 38 : Ligne 57 :
  
 
== Horizons comparatifs ==
 
== Horizons comparatifs ==
 +
 +
 +
{| class="prettytable"
 +
| (3) || nid oes dim || ohono efe || 'n '''canu'''. |||||||| ''Gallois (Morgannwg)'', [[Heusaff (1996)|Heusaff (1996]]:30)
 +
|-
 +
| || NEG COP NEG || P.lui lui ||à chanter
 +
|-
 +
|||colspan="4" | 'Il n'est pas en train de chanter.'
 +
|}
 +
  
 
=== emprunt ===
 
=== emprunt ===
Ligne 43 : Ligne 72 :
 
En [[français de Basse-Bretagne]] à Douarnenez, le verbe breton a été emprunté au moins dans sa forme infinitive.
 
En [[français de Basse-Bretagne]] à Douarnenez, le verbe breton a été emprunté au moins dans sa forme infinitive.
  
* ''Quand il va au frikou, il arrête pas de '''kan-ner'''. Un plaisir c'est à écouter''.
+
(4) ''Quand il va au frikou, il arrête pas de '''kan-ner'''. Un plaisir c'est à écouter''.
 
: 'Quand il va à la noce, il n'arrête pas de chanter. C'est UN (réel) PLAISIR à écouter.' [[Pichavant (1996)|Pichavant (1996]]:120)
 
: 'Quand il va à la noce, il n'arrête pas de chanter. C'est UN (réel) PLAISIR à écouter.' [[Pichavant (1996)|Pichavant (1996]]:120)
  

Version actuelle en date du 8 octobre 2019 à 10:08

Le verbe kanañ 'chanter' est transitif ou intransitif (1).


(1) Unan bennak a zo o kanañ e-kichen.
un quelconque R est à4 chanter à-côté
'On chante à côté.' Lesneven/Kerlouan, Y. M. (04/2016)


Morphologie

La voyelle du verbe kanañ est longue. Il forme en cela une paire minimale avec kannañ '(se) battre, laver'.


Les cartes 347, 348, 349, 350, 351, 352, 353, 354, 355, de l'ALBB montrent la variation dialectale des formes conjuguées de ce verbe.


suffixe de l'infinitif

Le suffixe verbal de l'infinitif montre une grande variation.


 Le Brigant (1779:29): 
 "Les Infinitifs en an & au in en Tréguier se prononcent en Léon en a & en i en Cornouailles ou en Quimper en o & en Vannes ein [...] & en eign. 
 Exemple : canan & meulin en Tréguier 'chanter & louer' 
 en Léon cana & meule 
 en Quimper cano & meulo 
 & dans le diocèse de Vannes canein & meuleìn, caneign & meuleign.


On trouve aussi -al en vannetais.


(2) Én èbr heneoah ne fehè bout kleuet boéhieu en Eled é kañnal d’er Peah.
en.le ciel ce.soir ne serait être entendu voix le anges à4 chanter à'le paix
'Dans le ciel ce soir, on ne pourrait entendre les voix des anges chanter à la paix.' Vannetais, Herrieu (1974:41)


dérivation

Le préfixe dis- obtient diskanañ 'répondre à un chant, chanter sans cesse' (Kervella 1947:§880).


Syntaxe

structure thématique

Le verbe kanañ sous sa forme intransitive est un verbe inergatif, puisque son unique argument est un agent. Il s'apparente dans sa structure aux verbes d'expression comme komz ou prech 'parler'.


Horizons comparatifs

(3) nid oes dim ohono efe 'n canu. Gallois (Morgannwg), Heusaff (1996:30)
NEG COP NEG P.lui lui à chanter
'Il n'est pas en train de chanter.'


emprunt

En français de Basse-Bretagne à Douarnenez, le verbe breton a été emprunté au moins dans sa forme infinitive.

(4) Quand il va au frikou, il arrête pas de kan-ner. Un plaisir c'est à écouter.

'Quand il va à la noce, il n'arrête pas de chanter. C'est UN (réel) PLAISIR à écouter.' Pichavant (1996:120)