Kaezh

De Arbres
Aller à : Navigation, rechercher

L'adjectif kaezh est évaluatif ou hypocoristique. C'est un des rares adjectifs qui peut se placer devant le nom qu'il modifie.


(1) Matriona gaezh a yae war goshaat ivez hec'h unanik.
Matriona1 chère R allait sur1 vieillissant aussi sa+C un.DIM
'Matriona vieillissait aussi seule.'
Trégorrois (Kaouenneg)/Standard, ar Barzhig (1976:50)


Morphologie

mutation

L'adjectif prénominal kaezh peut muter. Il n'est pas lui-même un obstacle à la mutation du nom après un article.


(2) er gaih varteloded
le cher1 matelots
'Les (pauvres) chers matelots.' Vannetais, Le Bayon (1878:9,fn1)


-kaezh

Kaezh apparaît aussi en suffixe hypocoristique dans l'adjectif paour-kaezh.


(1) ar paour-kêz den-se, ar paour kêz koz, ar paour kêz kêz.
le pauvre-cher homme-ci le pauvre-cher vieux le pauvre cher cher
'ce pauvre malheureux', 'le pauvre vieux', 'le pauvre homme'
Trégorrois, Gros (1989:'Kêz')


nominalisation

(4) ar paour kêz kêz.
le pauvre cher cher
'le pauvre homme' Trégorrois, Gros (1989:'Kêz')


(5) Feiz! N'eo ket bet hir he buhez ive, ' gêz!
foi ne1'est pas été long son vie aussi 1 cher
'Ma foi, sa vie n'a pas été longue, la pauvre (femme)!'
Trégorrois, Gros (1989:'Kêz')

Syntaxe

adjectif prénominal

Le placement prénominal de l'adjectif kaezh est possible dans tous les dialectes, mais pas obligatoire (1). La lecture évaluative est présente lorsque l'adjectif est devant le nom.


(3) bugalé gaih / kaih voès er gaih vam
enfants 1cher cher1 femme le 1cher 1mère
'chers enfants' / 'pauvre femme, la pauvre mère' Vannetais Le Bayon 1878:11)

Diachronie

Loth (1890c:5) propose pour Mœnicaptus, nom d'un roi gaulois tué en 214 avant Jésus-Christ, dans une bataille contre les Romains (Tite-Live, XXIV, 42), la traduction 'esclave du dieu Mœnos'. Le second terme captus serait devenu dans les Iles-Britanniques *cactos, d'où l'irlandais cacht 'esclave', le gallois caeth (moyen breton caez, breton contemporain de Loth kez, et léonard keaz, vannetais kèh). Loth renvoie à D'Arbois de Jubainville (1881:83-).

Matasovic (2009) propose une racine protoindo-européenne en *kHp-to-, 'captif', et une racine proto-celtique en *kaxto 'prisonnier, esclave', ayant donné le moyen irlandais cacht [ā f] 'servante', cacht [o m] esclave, le moyen gallois caeth [m&f] 'lien, captif, captivité', le moyen breton quaez, le vieux cornique cait.

La dérivation est compliquée par de multiples emprunts, par exemple le latin captāre donnant le vieil irlandais cachtaid 'atrapper', ou dans le sens d'emprunt inverse, la forme latine captīuus donnant au contact du gaulois *kaxtos la forme de latin vulgaire *cactīuus, qui a donné ensuite le français chétif.

Voir aussi Favereau (2016) pour des exemples en moyen gallois et moyen breton signifiant 'captif'.